Oser le champagne pour les fêtes, tout savoir sur les bons accords

Un repas de fête au champagne

A l’apéritif
Un classique, à condition de respecter quelques règles : caviar et saumon sont les bienvenus (le foie gras, moins) ; boudin blanc et saveurs fromagères aussi. Un blanc de blancs jeune et racé convient parfaitement. Sont à éviter les noix salées, les mélanges de fruits secs sucrés et la charcuterie.

Coquillages et crustacés
– Un champagne frais et rond accompagne à merveille la douce saveur de la chair délicate des écrevisses, exaltée par une cuisson naturelle grillée ou à la vapeur.

– La langouste se marie fort bien avec un champagne savoureux et tendre, rosé, millésimé ou non. Ils sont aussi au diapason dans le registre de l’aigre-doux, avec une pointe de vanille, une touche de citronnelle ou d’épices douces. Avec un champagne savoureux et tendre, rosé, millésimé ou non

– Les langoustines – en carpaccio, grillées ou à la vapeur accompagnées d’une sauce raffinée à base de fenouil – apprécient un champagne assez corsé, épanoui, aux arômes boisés subtils et persistants.

– Avec ses arômes de noisette, presque sucrés, rehaussés d’une pointe d’iode, la saint-jacques exprime une sensualité délicate. Idéales avec un champagne brut millésimé, longuement mûri en cave, puissant et structuré.

– Le bouquet breton, grosse crevette très savoureuse à déguster chaude ou froide, s’accompagne d’un champagne frais et tonique, ferme et franc comme un brut non millésimé jeune à dominante de chardonnay.

– Le homard au goût richement iodé, à la chair est ferme et d’une saveur délicate, nécessite un champagne structuré alliant fraîcheur et matière, aux saveurs fruitées intenses.

– Le corail de l’oursin révèle des saveurs suaves, fines et iodées. Un champagne corsé et frais s’accordera à sa nature, un millésime assez récent, dominé par les cépages noirs, au caractère ferme, minéral et fruité.

– La diversité des huîtres est aussi riche que celle des vins de champagne. Choisir en fonction, mais un blanc de blancs vif, frais et léger se marie toujours bien.

Les poissons
– Les poissons blancs (turbot, saint-pierre, bar, sole, lotte, sandre, brochet…), qu’ils soient d’eau douce ou non mais préparés noblement, grillés ou en sauce légère, se marient fort bien avec le champagne. Ainsi que le saumon de qualité, fumé ou grillé. Préférer un blanc de blancs, millésimé ou non, jeune ou âgé, en fonction du prestige du plat. –
Eviter les poissons au goût trop puissant (sardines, harengs…) et les plats trop corsés en saveur (bouillabaisse, choucroute de la mer)

La volaille et les viandes
Des accords exceptionnels se trouvent avec la volaille (poularde, pintade, chapon) mais aussi le veau et les morceaux nobles du porc. Là aussi, choisir le champagne en rapport avec le prestige du met, mais toujours un brut.
– Rien n’est impossible, mais mieux vaut laisser les viandes rouges et le gibier à d’autres appellations.

La truffe noire
Ce champignon d’exception exige un champagne riche, structuré, voire tannique, puissant et vineux. On peut conseiller un blanc de noirs (à base de noir et/ou de meunier) dans la fougue de sa jeunesse ou un millésimé complexe et mature, toujours à majorité de cépages noirs.

La cuisine étrangère
Le champagne peut trouver une harmonie avec les cuisines asiatiques ou créoles, à condition que les épices ou l’aigre-doux n’emportent pas la bouche. Le demi-sec convient généralement bien, mais un blanc de noirs peut être essayé sur certains plats.

Les fromages
Trop puissants, le roquefort et ses cousins persillés n’ont pas droit au champagne. Les pâtes molles dans leur jeunesse style brie, coulommiers ou camembert peuvent trouver leur bonheur avec un brut. Les pâtes dures (comté, beaufort) supporteront un champagne vineux.

Les desserts
Le champagne, vin de dessert… Oui, mais pas n’importe lequel. Un dessert peu sucré acceptera un brut, sinon il faudra passer au demi-sec. Le champagne apprécie les fruits rouges et les pommes, même en sorbet, mais beaucoup moins le chocolat, sauf en rosé.

Bon appétit et bonnes fêtes

Tête à tête avec Michel Letter (Mumm Perrier-Jouët) :  » il faut raccourcir le temps de décision « 

Michel Letter aspire à une Champagne qui bouge

Il va partir dans le midi au pays des cigales, du soleil et du Ricard. Normal, Michel Letter a l’air et la chanson du sud de la France. C’est un bouffée de chaleur dans le paysage froid de la Champagne (surtout en hiver). En 2005 il prend la direction des maisons Mumm et Perrier-Jouët avec une ambition dévorante, celle de devenir un acteur incontournable de la Champagne. Pourtant l’affaire n’était pas gagné d’avance, bien sûr, il y a les moyens financiers du groupe Pernod-Ricard à qui appartient les deux structures, mais fallait-il être accepté par l’oligarchie champenoise ? Et à ce titre il a été adoré ! Franchement une bonne pioche pour le groupe. The rigth man !

Sous cette bonhommie se cache un homme d’affaires brillant et dynamique. Les chiffres parlent d’eux-même avec 40% de croissance en douze ans. Atteignant désormais environ 14 millions de cols ( 3,6 millions pour Perrier-Jouët et 9,5 millions de cols pour Mumm). Formule 1, Design Miami, Usain Bolt…On appelle cela une belle réussite.

Pourtant si Michel Letter part, il n’en reste pas moins présent pour l’interprofession. Et sa vision est très claire :  » L’échelle du temps champenois évolue trop lentement par rapport à un monde qui bouge de plus en plus vite.  Nous sommes à peine dix maisons à être branchées digital. Il faut accélerer. »  Engagements sur la viticulture durable, décisions sur la réserve individuelle et classement à l’Unesco, Michel Letter reconnaît que les choses bougent en Champagne. Mais parallèlement, d’autres idées lancées lors de Champagne 2030 ne semblent pas évoluer.  Temps de vieillissement, vins sur lattes  tri du raisin… Pour Michel Letter,  » un client comprendra la pénurie, mais pas la baisse de qualité

Michel Letter va rester quelques temps à disposition de l’interprofession champenois. A ceux que cela intéresse, il reste une valeur sûre avec comme maître mot  » il faut raccourcir le temps champenois de la décision« 

Mumm Perrier-Jouët : une réception pour 2 500 vignerons

2 500 vignerons et viticulteurs réunis par Mumm et Perrier-Jouët

Les maisons Mumm et Perrier-Jouët (groupe Pernod Ricard) ont réuni à Epernay près de 2 500 vignerons et viticulteurs partenaires pour définir les enjeux de la Champagne le 14 décembre dernier. César Giron, le Pdg de Mumm et Perrier-Jouët, a ainsi officialisé pendant la soirée, la prise de fonction de Christophe Danneaux, nouveau directeur d’activités des deux maisons. Il succède à Michel Letter qui avait occupé ce poste pendant 12 ans et prendra sa retraite dès janvier 2018.

Christophe Danneaux succède à Michel Letter à la direction de Mumm et Perrier-Jouët

Selon le communiqué de presse, cette réception a permis aux maisons de communiquer leur vision stratégique de la Champagne et de sensibiliser leurs partenaires aux enjeux majeurs des prochaines années. Christophe Danneaux a affirmé la volonté des Maisons de défendre le Champagne via l’interprofession, d’innover et de faire rayonner Mumm et Perrier-Jouët en France et à l’International. Le sujet de la viticulture durable a été également abordé avec l’obtention récente des certificats viticulture durable pour les vignobles Mumm et Perrier-Jouët.

Cet évènement a été l’occasion de présenter aux invités un nouvel extranet, MMPJ & Moi, une véritable plateforme digitale, conçue pour et avec les partenaires vignerons et viticulteurs des Maisons. Cette plateforme est un espace de partage qui cultive la convivialité et les échanges, incluant l’ensemble des outils et documents nécessaires à une bonne collaboration avec les Maisons. Les partenaires de Mumm et Perrier-Jouët pourront y trouver leurs informations personnelles et professionnelles (profil, contrats, factures, bilans audit, etc.). MMPJ & Moi les tiendra également informés des nouvelles techniques et réglementations, par exemple sur les vendanges et la vinification.

En deuxième partie de soirée, un évènement exceptionnel a été consacré à la nouvelle bouteille, un flacon révolutionnaire et avant-gardiste, qui a remporté plus de 6 médailles d’or tant pour son design que pour la qualité de son vin.

Christie’s : 250 000 euros pour la vente Charles Heidsieck

Pour la maison Charles Heidsieck, la très jolie vente organisée par Christie’s à Londres et à New-York le 7 et 9 décembre dernier a permis de montrer ,aux amateurs de millésimes de champagne, des flacons exceptionnels. Le succès a été rendez-vous.

Une belle vente pour Charles Heidsieck à Londres et à New-York

Toutefois, voici quelques exemples choisis pour montrer encore une fois qu’à l’égal des grands châteaux,  les champagnes millésimées deviennent très recherchés par les collectionneur oenophiles ( Bien sûr, on est encore loin des enchères vertigineuses de la Romanée Conti).

Ainsi à Londres, une caisse de six bouteilles de Champagne Charlie 1979 a été adjugée à 6 600 livres, six magnums de Champagne Charlie 1982 sont partis pour 8 400 livres. Pour la vente de New-York, une caisse de douze bouteilles de Champagne Charlie 1985 a été acquise pour la somme de 11 025 dollars.

Au total, la vente qui portait sur 600 bouteilles (toutes vendues) a rapporté près de 250.000 euros.

Le Champagne Lanson dans l’Arena de Londres

Le champagne Lanson renouvelle son partenariat avec l’Arena.

Le champagne Lanson travaille en partenariat avec l’O2 depuis 2008. L’extension de l’accord, négocié par AEG Global Partnerships, permet à la maison de Champagne de gagner des droits dans tous les bars publics du lieu, qui attire plus de neuf millions de visiteurs chaque année.

L’O2 Arena, aussi dénommé North Greenwich Arena dans le contexte des Jeux olympiques d’été de 2012, est une salle omnisports située dans le complexe du Dôme du millénaire (The O2) à Londres, en Angleterre.

Avec une capacité allant jusqu’à 23 000 places, c’est l’une des plus grandes arènes couvertes en Europe.

Prince détient le record du plus grand nombre de spectacles consécutifs à guichets fermés dans la salle : 21 concerts lors de son Earth Tour en 2007.

Selon le magazine Drinks Business, l’O2 installera un nouveau bar à champagne de marque Lanson à l’intérieur de l’aréna qui sera disponible pour tous les visiteurs.

Cristal 2008, Jean-Baptiste Lecaillon et moi !

Un très beau sourire pour le Cristal 2008

« C’est mon meilleur Cristal à la date ». La messe est dite. Attendu par tous les marchés le millésime 2008 de la cuvée iconique de la maison Roederer sera commercialisé dans plus d’un an ( le 2009 a été commercialisé au printemps dernier). Il a été bichonné, chouchouté, dorloté et …élaboré par l’enfant chéri de la Champagne, le chef de caves, Jean-Baptiste Lecaillon. Pour mieux comprendre de cet as de la vinification (et du plus joli sourire), un petit tête à tête avec l’homme et son oeuvre !
On le sait en Champagne, le 2008 est une réponse aux attentes des élaborateurs. « Il pourrait même détrôner le 2002, pourquoi pas un nouveau 1988 «  affirme Jean-Baptiste Lecaillon. C’est là où tout l’art de la vinification doit être mis au service du vin. Et chez Roederer, les moyens et les talents sont là.  » C’est une histoire de temps, de patience, mais j’étais sûr de moi. Tout était en place pour réaliser un très grand millésime « . Un travail minutieux avec près de 500 échantillons pour définir l’exact assemblage, puis déterminer le dosage. » On a commencé à 8 grammes, puis nous sommes passés à 7, 75 gr « . La précision avant tout !

Cristal Rosé 2008, remarquez la dymo qui fait tout le charme de l’échantillon.

C’est somptueux ! C’est un millésime de craie et de sol. Des notes salines, un parfum envoutant, une élégance doublée d’une puissance sans fin en bouche : «  C’est un millésime champenois qui provient d’une viticulture qui a évolué ». Pour le Cristal Rosé 2008, on est sur le domaine de la gourmandise voire du plaisir et de la jouissance. « Avec 2008, le Cristal sera parmi les grands ». Salués par les journalistes étrangers qui ont eu la chance de le déguster, la cuvée obient déjà des notes exceptionnelles. A noter que la maison ne millésimera pas de millésimes 2010 et 2011.

Trier le raisin en Champagne ou les livreurs de raisins ?

Avec la vendange 2017 le tri du raisin devient un enjeu déterminant.

 

Les chiffres parlent d’eux mêmes :
Le rendement marchés a été signé le 21 juillet dernier avec la décision interprofessionnelle de 10 800 kg/ha dont 500 en réserve à débloquer un peu plus tard. A la fin des vendanges, le rendement agronomique a été de 11 000 kg/ha. Et l’on sait que le volume du rendement moyen de la vendange a été de 10 300 kg/ha. Y a comme un souci au niveau du tri.

Tous les ans, le discours est le même. Quelque soit le millésime qui en sortira, les instances techniques du Comité Champagne le disent et l’écrivent : il faut trier les plus belles grappes. Une évidence pour obtenir une belle qualité du vin. En 2017, il s’agissait là d’une obligation devant l’état du vignoble champenois à la veille des vendange. Le message du réseau Matu était clair : « Le tri et une gestion rigoureuse des circuits de cueillette seront déterminants pour préserver la qualité de la récolte. 2017 s’annonce comme un millésime difficile ».

Force est de constater lors des premières dégustations de vins clairs (bof, bof et bof ! j’y reviendrai ) que le message n’a pas forcément été entendu. Mais c’est lors de la grande messe organisée annuellement par l’Association Viticole Champenoise (présidée par Pierre-Emmanuel Taittinger) que les langues se sont déliées, et en particulier celle du président de l’Union des Maisons de Champagne (UMC), Discours JMB – AVC 6-12-2017 (le discours en pièce jointe). « Le travail d’une très grande majorité ne peut pas, ne doit pas être détruit par le comportement irresponsable de quelques personnes. La vendange 2017 doit nous faire réagir : on ne peut pas continuer à laisser le travail mal fait, non sanctionné par le marché ou alors, il y a un problème ». A priori, le discours de son homologue du Syndicat des Vignerons (SGV), (Discours M Toubart AVC 2017) est passé sur ce « problème », préférant évoquer la hausse du prix du kilo de raisins ( lire ma chronique du 4 décembre ).

Bref tout ça pour dire qu’il y a encore du boulot, et comme l’a souligné un patron d’une maison de champagne d’une façon un peu abrupte : « il ne faut plus trier le raisin, mais les livreurs de raisins « 

Les derniers chiffres du champagne. En hausse !!!

Une jolie hausse pour les expéditions du mois d’octobre

Pour le mois d’octobre 2017, les expéditions de vins de Champagne progressent de 8,4% par rapport au mois d’octobre 2016. Elles s’établissent 36,0 millions de bouteilles. L’ensemble des marchés et des catégories professionnelles sont en hausse.

Pour les dix premiers mois, les expéditions s’établissent à 223,6 millions de bouteilles et augmentent de 2,9%.

Les maisons sont en hausse de 3,9% à 168,2 millions de bouteilles. Alors que les expéditions vers la France (+1,4%) et les pays du reste du monde (+10,2%) progressent, l’Union européeLnne est stable (-0,1%).

Lesexpéditions des coopératives augmentent de 5,7%, pour un volume de 19,7 millions de bouteilles. Elles progressent de 7,4% à destination de la France et de 17,7% vers les pays du reste du monde. Elles sont en recul de 5,7% vers l’Union européenne.

Les expéditions des vignerons sont en retrait de 2,8%, à 35,7 millions de bouteilles. En France, destination de la majorité de leurs volumes, leurs expéditions sont toujours en recul (-4,5%). Néanmoins, elles restent dynamiques à destination du reste du monde (+11,7%) et vers l’Union européenne (+4,0%).

Au total, la France, qui pèse 46,6% des expéditions, est en légère hausse pour la première fois de l’année (+0,2%), à 104,3 millions de bouteilles. L’Union européenne, en légère baisse de 0,4%, représente 24,2% des expéditions, à 54,1 millions de bouteilles. Le reste du monde augmente de 10,7%. Il constitue 29,2% des expéditions avec 65,3 millions de bouteilles.

Sur douze mois, les expéditions sont en hausse de 1,9%. Elles s’établissent à 312,4 millions de bouteilles.

(Comite Champagne)

Moët Hennessy connecté sur Alexa, l’assistant numérique d’Amazon

Un assistant personnel numérique connecté pour mieux apprécier le Champagne

Alexa est un assistant personnel numérique développé par Amazon. Il est capable d’interaction vocale, de lire de la musique, faire des listes de tâches, régler des alarmes, lire des podcasts et des livres audio, et donner la météo, le trafic et d’autres informations en temps réel.

Jamais en retard d’une idée Moët Hennessy US a lancé une nouvelle «compétence» sur l’assistant numérique d’Amazon, qui aidera les utilisateurs à s’informer sur le Champagne et à demander des accords mets-vins

Si cher, très cher raisin de Champagne

Le kilo de raisin issu des parcelles champenoises connaît une belle hausse de prix en 2017 (Bernard Sivade)

 

Nous y revoilà ! La thématique du prix du kilo de raisins en Champagne est en train de devenir un préoccupant sujet de conversation dans les galipes. Force de constater que le prix du kilo de raisin le plus cher du monde ne cesse d’augmenter au fil des années. Presque une tradition champenoise alors les expéditions annuelles , toutes familles confondues, ne montrent pas d’embellie significative. Toutefois l’ambiance que l’on pourrait qualifier de morose pour certains ne l’est pas pour tout le monde. En l’occurrence, la Grande maison et ses satellites. Comme tous les ans, l’activité « champagne » de LVMH cartonne ! Que cela soit en nombre de cols ou en valeur ajoutée. Ceci pouvant expliquer cela, le prix du kilo raisin a été augmenté de près de 9% aux dernières vendanges. De quoi faire un grand « Oup ! » Représentant près de 40 centimes d’augmentation (passant en moyenne de 6,40 à 6,80 euros selon les crus).  De plus, la livraison de moûts directement aux équipements Moët a été majorée de 15 centimes. Les coopératives sont furieuses cela représente un manque à gagner évident.

En fait si on analyse de plus près cette augmentation,  il n’y a pas de réelle surprise. Le développement des différents sites technologiques et oenologiques de Moët Hennessy Champagne Services (MHCS) ne sert pas à faire seulement  » joli « dans le paysage. Sans trahir de secrets, on sait aussi que les ambitions de MHCS sont très grandes. On évoque le chiffre de 100 millions bouteilles, rien que pour la maison Moët & Chandon. Des ragots sûrement, mais  pas de fumée sans feu !

On l’a compris la Champagne est à la croisée de chemins. Face à cette augmentation, qui ne serai sûrement pas la dernière, certains, dont des groupes endettés ou des coopératives, ne pourront pas suivre. Et si tous les livreurs sollicités à la veille des changements de contrats interprofessionnels décident de privilégier l’argent à la fidélité alors l’avenir devient plus sombre : le phénomène cognaçais est bien ne marche !