Préceptes pour le soupir d’une bouteille de champagne

Classe et patience pour déboucher une bouteille de champagne.
Classe et patience pour déboucher une bouteille de champagne.

 

Simple oui ! Encore faut-il encore le faire avec élégance.  Ouvrir un flacon de champagne demande un certain cérémonial. Après mille et un conseils reçus, voici un condensé mode d’emploi du  » savoir déboucher  » devant ses amis.

Sortir la bouteille de son réceptacle. Si elle était dans le seau champagne, l’essuyer avec la serviette. Dégager l’œillet du muselet et le détordre; séparer légèrement les branches du muselet. L’œillet (boucle) est parfois apparent, ou tout au moins visible par le renflement qu’il forme sous l’étain. Sinon, il faut palper le goulot pour le sentir sous le doigt. Légèrement connoté non ! Normalement, l’œillet se détord dans le sens contraire à celui des aiguilles d’une montre, mais attention, pour quelques marques, c’est l’inverse; d’onction  se méfier. Placer aussitôt un pouce sur le bouchon, par mesure de sécurité, si le bouchon est jugé prêt à partir. Saisir le corps de la bouteille avec une main, en l’inclinant de 30 à 45° afin de faciliter le débouchage en évitant la sortie de la mousse. Ne pas diriger la bouteille vers le public présent qui pourrait être atteint en cas de départ intempestif du bouchon. Tourner la bouteille pour en séparer sans bruit le bouchon.

Si toutes ces manipulations sont exécutées dans les règles de l’art, il sera possible d’entendre le « soupir » du champagne !

Opening Champagne bottles

Take out the bottle from its storage place or receptacle. If the bottle was in a Champagne bucket, wipe it out with the towel. Get the metal loop and twist it to loosen the metal cage around the cork. The metal loop is sometimes visible, or at least can be seen under the foil wrap. If not, one has to feel the neck of the bottle.
Usually, the metal loop untwists counterclockwisely but since such is not the case for some brands, one has to be careful. Immediately rest your thumb on the cork, for safety reasons, if the cork is about to pop out. Get a good grip on the body of the bottle with one hand, and tilt it up to 30 to 45° so as to ease the uncorking and avoid the foam getting out. Be very careful when opening the Champagne bottle with people around, in case the cork pops out. Slowly turn the bottle to uncork it without a loud noise. If the uncorking ceremony is performed properly, one will hear the soft “pop” of Champagne!

La Noble Cuvée de Lanson 2002 so classy !

Hervé Dantan, chef de caves de la maison Lanson présente la Noble Cuvée 2002

Hervé Dantan, chef de caves de la maison Lanson présente la Noble Cuvée 2002

The last but not the least ! Voici peut-être la dernière 2002 commercialisée. La maison Lanson lance sa Noble Cuvée portant le millésime mythique champenois.  Pour l’Histoire, la première avait été élaborée par Bernard Gasco en 1979. A l’époque, la maison présentait  un brut et un millésime, l’idée était de créer une cuvée de prestige.  » La famille Lanson Imaginait un vin très fin, délicat et élégant  » raconte Hervé Dantan, chef de caves. Quelques décennies plus tard, les Nobles Cuvées se sont succédée.  Cette dernière a été élaborée par Jean-Paul Gandon. A ce propos, restons admiratifs sur ces chefs de caves qui présentent les cuvées élaborées par leur prédécesseur. Dans les plus belles maisons, ce sont des passeurs de témoins. Chacun apporte sa note personnelle durant son passage tout en intégrant la notion du temps champenois.

Pour ce millésime 2002, La Noble Cuvée blanc de blancs (créer en 1988° est composée en majorité de chardonnays issus des terroirs d’Avize, Oger, Cramant Mesnil…Dosée à six grammes, la cuvée est vinifiée, selon la recette maison, sans fermentation malolactique (même si l’on sait le dogme 100% sans malo sera désormais discuté au sein de la maison). Elle a vieilli quinze ans en cave (chardonnays sans malo, il faut au moins ça). Le résultat est à la hauteur des espérances portées par la famille Lanson en 1979 : le vin est caractérisé par sa minéralité, sa finesse et son élégance  dotée  d’une légère touche saline (miam-miam !). On retrouve la même recette avec l’assemblage divisée en 70% de chardonnays (des terroirs mentionnés pour le blanc de blancs) et 30% de pinots noirs de Verzenay et d’Aÿ.  Là aussi, le vin apporte cette sensation d’élégance et de délicatesse auxquelleson peut ajouter des notes de fruits secs et d’épices. Le rosé suit cette courbe avec l’ajout de 6% de Bouzy.

La Noble Cuvée bénéficie pour ce lancement 2002 d’un nouvel habillage. Un joli design plus sobre et classique mettant en valeur le flacon.

La Champagne Live sur la place de Londres au mois de mai prochain

Une évolution de la grande dégustation du Comité Champagne de la Place de Londres pour 2018
Une évolution de la grande dégustation du Comité Champagne de la Place de Londres pour 2018

 

Revisitons nos classiques ! Le rendez-vous incontournable du printemps pour les pros du champagne, c’est la grande dégustation du Comité Champagne  sur la place de Londres. Celle-ci  prend un virage à 180 degrés. Une autre façon de penser, une autre façon de faire.

Déjà l’année dernière, la dynamique directrice du bureau britannique, Françoise Peretti, avait lancé cet évènement en le transformant en  » The official #Champagne Experience Day »,  pour une présentation similaire. La dégustation de champagne de l’année dernière avait eu lieu à l’école d’art et de design Central Saint Martins à King’s Cross le 29 mars.

Avec l’aval de la commission de la communication du Comité Champagne, pour 2018, l’intitulé change,  le lieu, la date et l’organisation évoluent également.

Désormais, parlons de la Champagne Live.

Elle se déroulera au Kensington Olympia le 22 mai et sera organisée en association avec la London Wine Fair, qui aura lieu du 21 au 23 mai, et remplira l’Olympia Grand Hall. Une vraie bonne idée !

De manière significative, le format traditionnel de la dégustation du Comité Champagne sera abandonné, avec Champagne Live contenant trois zones de dégustation «thématiques», tout en supprimant les tables de marques pour chaque producteur soutenant l’événement. On peut également compter sur des masters class et sur une présence importante de la communication digitale.

 

 

Les coteaux champenois de Vitry-le-François à la fête en 2017

Une dégustation de vins clairs issus de la récolte 2017 pour la Saint-François
Une dégustation de vins clairs issus de la récolte 2017 pour la Saint-François.

 

Avec la Saint-François, les coteaux vitryats font les fiers. Quinze villages, à peine 480 hectares exposés sud où le chardonnay est le maître des lieux. C’est également un grand terrain de chasse pour les approvisionnements des maisons.

Comme tous les ans, depuis quatre ans, les membres de l’Association de promotion du champagne et des coteaux vitryats (APCCV) célèbrent la Saint-François ( hommage à François-1er, fondateur de Vitry-le-François ).  Plus précisément, il s’agit d’une présentation des vins clairs issu de la dernière vendange aux chefs de caves, oenologues (Pommery, Thiénot, Veuve-Clicquot, Jacquart…) et aux courtiers en vins.  Provenant des parcelles de Vitry-en-Perthois, Bassuet, Vanault-le-Chatel, Saint-Lumier-en-Champagne ou Vouvray-le-Grand en autres, ce sont donc douze échantillons des vins de la récolte 2017 qui ont été dégustés et commentés. Pour la faire « courte », les jeunes pousses du vitryats sont désormais adultes avec une moyenne d’âge de 25 ans, ils reflètent une certaine idée de la nouvelle viticulture champenoise.

es professionnels (chefs de caves et courtiers en vins) ont pu découvrir la qualité des vins clairs
Les professionnels (chefs de caves ou oenologues) ont pu découvrir la qualité des vins clairs

 

Au fil des commentaires, on retrouve les mêmes remarques sur la régularité, les arômes d’agrumes, la rondeur et la maturité. En résumé, de très jolis vins qui feront merveille dans les assemblages. Des compliments qui font rougir de plaisir Bertrand Trépo, président de l’association APCCV (un intitulé un peu aride !)   » On a eu de la chance cette année sur le Vitryat, pour nous des vendanges comme celles-ci, on en veut en bien une chaque année« . Le seul à dire du bien de cette vendange que d’autres préfèrent oublier.

 

Un flacon baptisé Méditation

Bertrand Trépo présente une toute jeune cuvée de champagne baptisée Méditation.
Bertrand Trépo présente une toute jeune cuvée de champagne baptisée Méditation.

 

La coopérative La Renaissance, à Bassuet, lancent la première cuvée baptisée Méditation de leur jeune marque : champagne Val Secret (du nom de l’abbaye disparue dans le village)  (114 adhérents, 82 hectares). Pur chardonnay, la cuvée est élaborée à partir d’une base de la vendange 2013 assemblée aux millésimes 2009 et 2012, un dosage à 5 g/l qui sert l’équilibre (vendu autour de quarante euros).

As every year, for four years, the members of the Association for the promotion of champagne and hillsides Vitryats (APCCV) celebrate the Saint-François (tribute to François-1er, founder of Vitry-le-François). Specifically, it is a presentation of the clear wines from the last harvest to cellar leaders, oenologists (Pommery, Thienot, Veuve-Clicquot, Jacquart …) and wine brokers. From the vineyards of Vitry-en-Perthois, Bassuet, Vanault-le-Chatel, Saint-Lumier-en-Champagne or Vouvray-le-Grand in other words, twelve samples of the wines of the 2017 harvest were tasted and commented. To make it « short », young shoots vitryats are now adults with an average age of 25 years, they reflect a certain idea of ​​the new viticulture champenoise.
Throughout the comments, we find the same remarks on regularity, citrus aromas, roundness and maturity. In summary, very beautiful wines that will be wonderful in the assemblies. Compliments that make him blush with pleasure Bertrand Trépo, president of the association APCCV (a somewhat arid title!) « We were lucky this year on the Vitryat, for us harvest like this, we want in well one each year « . The only one to say good of this harvest that others prefer to forget.

The cooperative La Renaissance, in Bassuet, launched the first batch called Meditation of their young brand: champagne Val Secret (named after the abbey disappeared in the village) (114 members, 82 hectares). Pure chardonnay, the cuvée is elaborated from a base of the 2013 harvest, assembled to the 2009 and 2012 vintages, a dosage of 5 g / l which serves the balance (sold around forty euros).

 

Le buzz du champagne du fond des mers

Le fantasme de la bouteille du fond des mers.

C’est la mer qui prend l’homme selon Renaud. Et pourquoi pas le champagne. La bouteille du fond des mers, voilà semble-t-il, la nouvelle valeur ajoutée du vin. En Champagne, cette expérience de vieillissement existe depuis quelques années. On apprend ainsi dans l’Union-Ardennais que  la dernière en date est celle commercialisée par la maison Leclerc-Briant à Epernay avec sa cuvée Abyss. Immergés en février 2016 au large de l’Ile d’Ouessant, les flacons  y ont reposé durant en un an. Cette cuvée a été spécifiquement élaborée afin que sa vinification se révèle dans les fonds marins.  Le mer et la biodyamie ont un prix : ce millésime 2012 est vendu autour de 130 euros.  Leclerc-Briant est loin d’être le seul.

Ainsi sans être exhaustif, début décembre 2017,  la maison auboise Drapier à Urville  a présenté les résultats de son expérience baptisée à juste titre Immersion. Il s’agit  de deux emballages jumeaux contenant d’une part, une bouteille vieillie sous l’eau, d’autre part, une bouteille vieillie dans les caves de Drappier. Chaque «bouteille immergée» est délicatement emballée de sorte que les coquilles, qui ont poussé sur la bouteille en vieillissant, ne sont pas endommagées.Les consommateurs peuvent choisir entre le pack twin Brut Nature, au prix de 90 €  ou le pack twin Grande Sendrée 2008 au prix de 190 €.

Un rêve de gosseLe trésor champenois caché sous la mer.

En terme de communication pour les maisons ( faut-il ajouter le bilan carbone de ces opérations!), il existe une différence de taille entre mettre une bouteille sous l’eau et découvrir des bouteilles sous l’eau. Le rêve n’est pas le même.

Ces dernières années, des nombreux millésimes ont été retrouvés au fond des mers. Le plus connu dernièrement est celui déniché par des plongeurs dans la mer Baltique en juillet 2010 dans l’épave d’une goélette ayant sombré non loin de l’archipel autonome finlandais d’Aaland. Un trésor de 168 bouteilles en juillet 2010 dont des Veuve-Clicquot datées de 1835. La bouteille de Veuve-Clicquot, ainsi qu’une autre de Juglar – une maison châlonnaise disparue depuis – ont trouvé preneur à 24.000 euros lors d’une vente aux enchères

En 1997, une équipe de plongeurs suédois localise une épave. Il s’agit du Jönkö-ping, qui a été torpillé par les Allemands en novembre 1916, en pleine mer Baltique. À son bord, se trouvent près de 5 000 bouteilles de champagne. En juillet 1998, les premières bouteilles sont repêchées. Une heureuse nouvelle pour la maison Heidsieck et C° Monopole, il s’agit du millésime 1907. Les experts sur place disent alors que ce champagne est « abondant en bulles et étonnamment jeune ». Lors d’une vente aux enchères qui s’est déroulée ultérieurement à Londres, une des bouteilles atteint le prix de 20 000 francs.

Toujours en 1997 et toujours dans le nord de l’Europe, une région qui n’en finit pas d’apporter de bonnes surprises aux Champenois, cinq membres du club de plongée de Skagen partent s’enquérir du sort de l’épave du Volturnus. Parti de Londres le 27 octobre1919, le Volturnus a pour mission d’approvisionner la marine anglaise au Danemark. À 4 heures du matin, il heurte une mine le 11 novembre et coule à l’extrême nord du Danemark par trente mètres de fond. Les plongeurs découvrent neuf bouteilles de champagne. Les étiquettes ont disparu. Seule la mention écrite sur le bouchon a permis d’en déterminer l’élaborateur. Il s’agissait de Binet Fils & Cie-1911.

La mer serait-elle la meilleure cave du monde, préservant arômes et pression ? C’est sûrement ce qu’à penser la maison Roederer puisqu’elle a participé à une expérience sur ce thème. Des bouteilles de brut premier ont été immergées en 2008 à quinze mètres de profondeur dans la baie de Saint-Malo. Elles y sont restées durant un an. La communication sur cette expérience est d’ailleurs restée discrète.

Oser le champagne pour les fêtes, tout savoir sur les bons accords

Un repas de fête au champagne

A l’apéritif
Un classique, à condition de respecter quelques règles : caviar et saumon sont les bienvenus (le foie gras, moins) ; boudin blanc et saveurs fromagères aussi. Un blanc de blancs jeune et racé convient parfaitement. Sont à éviter les noix salées, les mélanges de fruits secs sucrés et la charcuterie.

Coquillages et crustacés
– Un champagne frais et rond accompagne à merveille la douce saveur de la chair délicate des écrevisses, exaltée par une cuisson naturelle grillée ou à la vapeur.

– La langouste se marie fort bien avec un champagne savoureux et tendre, rosé, millésimé ou non. Ils sont aussi au diapason dans le registre de l’aigre-doux, avec une pointe de vanille, une touche de citronnelle ou d’épices douces. Avec un champagne savoureux et tendre, rosé, millésimé ou non

– Les langoustines – en carpaccio, grillées ou à la vapeur accompagnées d’une sauce raffinée à base de fenouil – apprécient un champagne assez corsé, épanoui, aux arômes boisés subtils et persistants.

– Avec ses arômes de noisette, presque sucrés, rehaussés d’une pointe d’iode, la saint-jacques exprime une sensualité délicate. Idéales avec un champagne brut millésimé, longuement mûri en cave, puissant et structuré.

– Le bouquet breton, grosse crevette très savoureuse à déguster chaude ou froide, s’accompagne d’un champagne frais et tonique, ferme et franc comme un brut non millésimé jeune à dominante de chardonnay.

– Le homard au goût richement iodé, à la chair est ferme et d’une saveur délicate, nécessite un champagne structuré alliant fraîcheur et matière, aux saveurs fruitées intenses.

– Le corail de l’oursin révèle des saveurs suaves, fines et iodées. Un champagne corsé et frais s’accordera à sa nature, un millésime assez récent, dominé par les cépages noirs, au caractère ferme, minéral et fruité.

– La diversité des huîtres est aussi riche que celle des vins de champagne. Choisir en fonction, mais un blanc de blancs vif, frais et léger se marie toujours bien.

Les poissons
– Les poissons blancs (turbot, saint-pierre, bar, sole, lotte, sandre, brochet…), qu’ils soient d’eau douce ou non mais préparés noblement, grillés ou en sauce légère, se marient fort bien avec le champagne. Ainsi que le saumon de qualité, fumé ou grillé. Préférer un blanc de blancs, millésimé ou non, jeune ou âgé, en fonction du prestige du plat. –
Eviter les poissons au goût trop puissant (sardines, harengs…) et les plats trop corsés en saveur (bouillabaisse, choucroute de la mer)

La volaille et les viandes
Des accords exceptionnels se trouvent avec la volaille (poularde, pintade, chapon) mais aussi le veau et les morceaux nobles du porc. Là aussi, choisir le champagne en rapport avec le prestige du met, mais toujours un brut.
– Rien n’est impossible, mais mieux vaut laisser les viandes rouges et le gibier à d’autres appellations.

La truffe noire
Ce champignon d’exception exige un champagne riche, structuré, voire tannique, puissant et vineux. On peut conseiller un blanc de noirs (à base de noir et/ou de meunier) dans la fougue de sa jeunesse ou un millésimé complexe et mature, toujours à majorité de cépages noirs.

La cuisine étrangère
Le champagne peut trouver une harmonie avec les cuisines asiatiques ou créoles, à condition que les épices ou l’aigre-doux n’emportent pas la bouche. Le demi-sec convient généralement bien, mais un blanc de noirs peut être essayé sur certains plats.

Les fromages
Trop puissants, le roquefort et ses cousins persillés n’ont pas droit au champagne. Les pâtes molles dans leur jeunesse style brie, coulommiers ou camembert peuvent trouver leur bonheur avec un brut. Les pâtes dures (comté, beaufort) supporteront un champagne vineux.

Les desserts
Le champagne, vin de dessert… Oui, mais pas n’importe lequel. Un dessert peu sucré acceptera un brut, sinon il faudra passer au demi-sec. Le champagne apprécie les fruits rouges et les pommes, même en sorbet, mais beaucoup moins le chocolat, sauf en rosé.

Bon appétit et bonnes fêtes

Cristal 2008, Jean-Baptiste Lecaillon et moi !

Un très beau sourire pour le Cristal 2008

« C’est mon meilleur Cristal à la date ». La messe est dite. Attendu par tous les marchés le millésime 2008 de la cuvée iconique de la maison Roederer sera commercialisé dans plus d’un an ( le 2009 a été commercialisé au printemps dernier). Il a été bichonné, chouchouté, dorloté et …élaboré par l’enfant chéri de la Champagne, le chef de caves, Jean-Baptiste Lecaillon. Pour mieux comprendre de cet as de la vinification (et du plus joli sourire), un petit tête à tête avec l’homme et son oeuvre !
On le sait en Champagne, le 2008 est une réponse aux attentes des élaborateurs. « Il pourrait même détrôner le 2002, pourquoi pas un nouveau 1988 «  affirme Jean-Baptiste Lecaillon. C’est là où tout l’art de la vinification doit être mis au service du vin. Et chez Roederer, les moyens et les talents sont là.  » C’est une histoire de temps, de patience, mais j’étais sûr de moi. Tout était en place pour réaliser un très grand millésime « . Un travail minutieux avec près de 500 échantillons pour définir l’exact assemblage, puis déterminer le dosage. » On a commencé à 8 grammes, puis nous sommes passés à 7, 75 gr « . La précision avant tout !

Cristal Rosé 2008, remarquez la dymo qui fait tout le charme de l’échantillon.

C’est somptueux ! C’est un millésime de craie et de sol. Des notes salines, un parfum envoutant, une élégance doublée d’une puissance sans fin en bouche : «  C’est un millésime champenois qui provient d’une viticulture qui a évolué ». Pour le Cristal Rosé 2008, on est sur le domaine de la gourmandise voire du plaisir et de la jouissance. « Avec 2008, le Cristal sera parmi les grands ». Salués par les journalistes étrangers qui ont eu la chance de le déguster, la cuvée obient déjà des notes exceptionnelles. A noter que la maison ne millésimera pas de millésimes 2010 et 2011.

Les derniers chiffres du champagne. En hausse !!!

Une jolie hausse pour les expéditions du mois d’octobre

Pour le mois d’octobre 2017, les expéditions de vins de Champagne progressent de 8,4% par rapport au mois d’octobre 2016. Elles s’établissent 36,0 millions de bouteilles. L’ensemble des marchés et des catégories professionnelles sont en hausse.

Pour les dix premiers mois, les expéditions s’établissent à 223,6 millions de bouteilles et augmentent de 2,9%.

Les maisons sont en hausse de 3,9% à 168,2 millions de bouteilles. Alors que les expéditions vers la France (+1,4%) et les pays du reste du monde (+10,2%) progressent, l’Union européeLnne est stable (-0,1%).

Lesexpéditions des coopératives augmentent de 5,7%, pour un volume de 19,7 millions de bouteilles. Elles progressent de 7,4% à destination de la France et de 17,7% vers les pays du reste du monde. Elles sont en recul de 5,7% vers l’Union européenne.

Les expéditions des vignerons sont en retrait de 2,8%, à 35,7 millions de bouteilles. En France, destination de la majorité de leurs volumes, leurs expéditions sont toujours en recul (-4,5%). Néanmoins, elles restent dynamiques à destination du reste du monde (+11,7%) et vers l’Union européenne (+4,0%).

Au total, la France, qui pèse 46,6% des expéditions, est en légère hausse pour la première fois de l’année (+0,2%), à 104,3 millions de bouteilles. L’Union européenne, en légère baisse de 0,4%, représente 24,2% des expéditions, à 54,1 millions de bouteilles. Le reste du monde augmente de 10,7%. Il constitue 29,2% des expéditions avec 65,3 millions de bouteilles.

Sur douze mois, les expéditions sont en hausse de 1,9%. Elles s’établissent à 312,4 millions de bouteilles.

(Comite Champagne)

Experience 2002 vs 2009 en Champagne avec Laurent Fédou (Canard-Duchêne)

Petit test sur les millésimes 2002 et 2009 avec Laurent Fédou

“I am convinced that 2009 is of the same pedigree as 2002,” said Moët & Chandon cellar master Benoît Gouez, when launchin a Champagne from the former vintage in London last week. La scène se déroule fin octobre, elle est relatée par Patrick Smith, journaliste à Drinks Business lors du lancement du millésime 2009 de la maison Moët & Chandon. Une sacrée déclaration de la part du chef de caves de la Grande maison. 

D’un côté le 2002, de l’autre le 2009 !

Peut-on comparer le millésime du siècle ! Rappelons-nous que ce millésime est complètement à part pour les Champenois, somptueux, riche, exceptionnel, mais à part ! Une espèce d’ovni dans la sphère des millésimes. Cette comparaison m’as interpellée, j’ai décide de faire un fun test avec Laurent Fédou ( Canard-Duchêne ) élu chef de caves de l’année lors des Trophées Champenois (Bulles et Millésimes). Un millésime 2002 et un 2009, l’assemblage n’est pas totalement identique à celui de la “Grande Maison” mais c’est un assemblage champenois ( chardonnays, pinots noirs, meuniers). Bien sûr intellectuellement ce n’est pas totalement honnête, mais bon, c’est juste pour voir. Car il faut compter sur bien d’autres facteurs, en autres sur la qualité des approvisionnements et le vieillissement en cave. Comparer un jeune et un vieux ( si l’on peut dire, mais on est en Champagne). Les deux vins ont été dégorgés pour l’occasion sans ajout de dosage. Comme on peut s’y attendre le 2002 est fabuleux, il embaume le verre. Des parfums exotiques et épicées, des arômes de café  de miel et de cire d’abeille, restant encore très frais.  » C’est volumineux, charpentés et construits, c’est riche et généreux « , Laurent Fédou est dithyrambique. Arrêtons-le pour passer au 2009. L’air et la chanson ne sont pas les mêmes :  » C‘est riche et opulent mais pas aussi dynamique que le 2002. En fait on pourrait dire que le 2002 a encore du potentiel, alors que le 2009 a tout donné, l’un est opulent et gras, l’autre généreux et frais «  . Fin du test. 

Paris fête le Champagne, honneur au millésime 1998

Odilon de Varine , directeur général et chef de caves de la maison Gosset avec un Célébris Extra-Brut 1998

Jeudi 30 novembre Nabuchodonosor célèbre sa traditionnelle soirée  » Paris fête le champagne » avec une dégustation des millésimes 1998 suivie d’un dîner chez Laurent. Les plus belles maisons de la Champagne était présentes. Une occasion de découvrir un des beaux  plus millésimes champenois.