Charles Heidsieck chez Christie’s, So Charles !

Vente historique de cuvées Charles Heidsieck chez Christie’s

C’est à Londres et à New-York chez Christie’s que se déroulera la vente aux enchères de 600 flacons (de la bouteille au jéroboam) du champagne Charles-Heidsieck. Une vente historique. La maison achetée en 2011 par la famille Descours (groupe ÉPI) est en pleine ascension.

Un juste retour des choses pour un champagne très apprécié des oenophiles. C’est justement pour dépasser cette notoriété confidentielle (souvenez-vous du fameux « Sauf pour ceux qui savent « ) que la maison lance cette belle opération de communication sur les marchés à l’export (80% des un million de cols est réalisé sur l’international) .  » Nous répondons ainsi à plusieurs demandes. Celle de la communication, mais également aux souhaits de nos clients. Nous recevons de nombreuses sollicitations pour des millésimes de Charles  » souligne Cyril Brun, chef de caves.

L’ombre de Cyril Brun se détache de celle des Crayères.

Et des millésimes, il y en a !   Cuvée La Royale, Champagne Charlie et Charles Heisdeick, de 2006 en remontant jusqu’en 1966. Une vraie caverne d’Ali Baba dans les crayères de la maison. D’ailleurs profitant de cette vente exceptionnelle, une collection « Crayères » va être lancée.Une offre à la quantité limitée uniquement disponible chez les cavistes (côté prix, on oscille entre 300 euros la bouteille et 750 à 800 euros le magnum) . Les habillages ont été décollés pour  être présentés façon « nouveau Charles »  » sauf le millésime 1981 qui a gardé son étiquette originale, mais a été soigneusement sélectionné.

En tout 300 bouteilles seront vendues chez Christie’s à Londres le vendredi 8 décembre  et 250 à New-York le samedi 9 décembre. Les estimations oscillent entre un carton de six de Blancs de Millénaires 1985 entre 1 500 et 2 200 dollars ou  douze flacons de la Cuvée La Royale Charles Heidsieck 1981entre 3 000 et 4 500 dollars. Le catalogue est ici

Cuvée La Royale 1981. Couleurs et odeurs…

Juste pour faire baver certains, petite dégustation dans les crayères de la maison en tête à tête avec Cyril Brun d’une Cuvée La Royale 1981. Les parfums sont là, enivrants,  la craie est encore présente, l’effervescence persiste. Quand le champagne atteint ce type de qualité on s’approche d’une certaine idée de la perfection.

Champagne Deutz : la toute nouvelle cuvée « Hommage à William Deutz »

Fabrice Rosset et son  » Hommage à William Deutz « 

Une cuvée baptisée “Hommage à William Deutz” millésime 2010. Fabrice Rosset lui doit bien cela ! La maison de champagne d’Aÿ lui porte chance. Après avoir réuni la crème de la crème des chardonnays de la côte des blancs pour son “Amour”, voilà qu’il renouvelle l’expérience, aidé son chef de caves, Michel Davesne, avec la crème de la crème des pinots noirs d’Aÿ. Un monocépage racé, élégant et délicat (dosé à 9 gr). Un exemple de la perfection du pinot noir dans sa délicatesse.  Très impliqué dans les assemblages, la vision apparaît à Fabrice Rosset comme une évidence lors d’une dégustation de vins clairs de deux parcelles spécifiques issus de la vendange 2010 :  des parcelles de Meurtet (52%) et la Côte Glacière (48%).

Un monocépage pinots noirs composé de deux parcelles d’Aÿ

Pour l’anecdote, une cuvée pinots noirs existait déjà dans les caves. Des magnums de 1975 y ont été retrouvés, jamais commercialisés.

Environ 6.000 cols ont été produits. Et la maison envisage déjà la suite avec deux cuvées différentes représentant les vins de chacune des deux parcelles pour le millésime 2012. “ Nous nous retrouvons dans l’univers de la cuvée William (NDLR : j’adore…) et rendons également honneur au fondateur de la maison. De plus il faut comprendre que nous recevons sans cesse des souhaits de prescripteurs, de cavistes et de sommeliers qui cherchent tous de nouveaux produits à proposer ”. Toutefois, il faut faire bon et beau. Pour cela la maison Deutz a le savoir-faire. Il ne manquait plus de le faire savoir, c’est fait !

Prix : 80-85 euros