Lanson-BCC et Vranken-Pommery, des chiffres d’affaires en légère hausse pour 2017

Après avoir évoqué les résultats 2017 de l’activité « champagne » de LVMH, voici un petit post sur les chiffres d’affaires des groupes Lanson-BCC et Vranken-Pommery Pommery.

Les résultats 2017 du groupe Lanson BCC.
Le chiffre d’affaires 2017 du groupe Lanson BCC.

Lanson-BCC  enregistre pour l’exercice 2017 un chiffre d’affaires consolidé de 261,59 M€ (+ 0,9 %).
En faisant abstraction de la filiale de courtage, dont l’activité est traditionnellement fluctuante, le chiffre d’affaires consolidé s’élève à 256,36 M€ (+ 1,6 %).
Les ventes des maisons sont en légère baisse en France, au Royaume-Uni (où s’ajoute un effet de change négatif de 6,5 %) et en Europe. Les progrès réalisés sur plusieurs autres destinations Export ne compensent pas totalement le recul de marchés traditionnels.
Le chiffre d’affaires consolidé du 4ème trimestre, qui représente cette année 48 % du chiffre d’affaires consolidé de l’exercice, a bénéficié d’une fin d’année plus dynamique qu’en 2016.
Le groupe représente :
– Champagne Lanson à Reims, distribué à 80% à l’international.
– Champagne Chanoine Frères à Reims, vins destinés principalement à la grande distribution européenne (marque Chanoine), surtout connu pour sa fameuse Cuvée Tsarine.
– Champagne Boizel à Epernay, leader en vente par correspondance en France (B to C), distribué dans le secteur traditionnel à l’international.
– Maison Burtin à Epernay, fournisseur de la grande distribution européenne et propriétaire également de la marque Besserat de Bellefon, laquelle est distribuée en réseaux traditionnels (restauration, cavistes).
– Champagne De Venoge à Epernay, vendu en distribution sélective, en particulier sa grande Cuvée Louis XV.
– Champagne Philipponnatà Mareuil sur Aÿ, propriétaire du fameux Clos des Goisses, dont les vins se trouvent également en distribution sélective ainsi que dans la belle restauration mondiale.
– Champagne Alexandre Bonnet, Les Riceys, propriétaire d’un vaste vignoble et dont les vins sont commercialisés en secteurs traditionnels.

Les résultats 2017 du groupe Vranken-Pommery Monopole.
Le chiffre d’affaires 2017 du groupe Vranken-Pommery Monopole.

Pour le groupe Vranken-Pommery Monopole Le chiffre d’affaires s’élève à 300,2 ME au 31 décembre 2017, contre 300,1 ME au 31 décembre 2016.

Au 31 décembre 2017, le chiffre d’affaires Champagnes et Portos s’inscrit à 252,2 ME (contre 254,9 ME).  La situation est différente que celle de son alter ego : ainsi selon le communiqué de presse du groupe :  » le repli constaté sur le 4e trimestre est principalement dû à des ventes interprofessionnelles mieux réparties sur l’ensemble de l’année 2017, par opposition à l’année 2016 où le 4e trimestre avait concentré une plus grande part de ces ventes.  La profondeur de gamme, et la créativité des Champagnes Pommery & Greno, avec ses nouvelles cuvées Apanage Brut et Blanc de Blancs, Royal Blue Sky et Louise Brut Nature, confirment le positionnement ultra premium de la marque ‘ » explique la direction. Toujours, selon la direction : «  Le lancement en toute fin d’année 2017 de la gamme ‘ Vranken Brut Nature ‘ : Brut, Premier cru, Rosé et Millésime, sera également un nouvel élément de dynamisme pour les années à venir. »

Outre ses marques de champagne, Vranken-Pommery Monopole est propriétaire des marques de porto Rozes et Terras do grifo. Enfin, le groupe est le leader des vins rosés avec les Sables de Camargue (gris de gris) des domaines Listel et les Côtes de Provence (rosé) du Chateau la Gordonne. Le groupe possède le plus important vignoble en Europe réparti entre la Champagne, la Provence, la Camargue et le Portugal.

307, 3 millions de flacons, les chiffres du champagne 2017

Une hausse de 0, 4% des expéditions de champagne en 2017.
Une hausse de 0, 4% des expéditions de champagne en 2017.

 

Les chiffres définitifs des expéditions de Champagne en 2017 sont publiés par le Comité Champagne :

Les ventes totales s’élèvent à 307,3 millions bouteilles, soit + 0,4% par rapport à l’année 2016.

Le marché français est en recul de 2,5% avec 153,7 millions de bouteilles. « Une baisse plus forte qu’attendue en raison d’un mois de décembre décevant », a commenté Maxime Toubart, président du Syndicat Général des Vignerons, co-président du Comité Champagne.

L’exportation, en hausse de 3,5%, rejoint la France avec 153,6 millions de bouteilles. Les relais de croissance se confirment hors de l’Union Européenne (en baisse de 1,3% avec 76,6 millions de bouteilles), puisque les pays tiers dépassent désormais cette zone et enregistrent une progression de près de 9% pour atteindre 77 millions de bouteilles.

Jean-Marie Barillère, président de l’Union des Maisons de Champagne, co-président du Comité Champagne, se réjouit que « grâce à l’exportation et à la valorisation de ses cuvées, la Champagne réalise le chiffre d’affaires record de 4,9 milliards d’Euros ».

 

 

 

 

Nicolas Feuillatte chez Amazon Go

Christophe Juarez , directeur général de Nicolas Feuillate chez Amazon GO
Christophe Juarez , directeur général de Nicolas Feuillatte chez Amazon GO

L’affaire me laisse perplexe ! Un sourire « Ultra brite » aux lèvres, le directeur général du centre de Chouilly (Nicolas Feuillatte), Christophe Juarez se félicite sur les réseaux sociaux d’être le premier champagne à être présenté sur les linéaires d’Amazon Go à Seattle.

Pour rappel Nicolas Feuillattereprésente 11 millions de bouteilles expédiées en 2016 dont 10,4 sous la marque Nicolas Feuillatte (dont 61 % pour la France et 39% à l’Export). Elle se veut la première marque en France / la 3ème marque mondiale. Son chiffre d’affaires est de 202 millions d’euros en 2016 pour un résultat net de 20 millions d’euros et un résultat d’exploitation de 20 millions d’euros.

Depuis le début de l’année, ça bouge à Chouilly. De nouvelles nominations et une nouvelle politique commerciale sont à l’ordre de jour. Une star du marketing, Nadia Lelandais, avec un CV long comme le bras, a été nommée. Une spécialiste de la grande distribution. Pas de cris d’orfraies sur ce thème ! La GD, tout le monde veut en être ! A l’instar de Canard-Duchêne, Mercier ou Feuillate  voire Moët & Chandon (sans oublier la famille Rapeneau ou les Roches Blanches) qui se livrent une bataille rangée chaque année. On peut le comprendre  : en France en 2016,   27 millions de bouteilles de champagne ont été commercialisées pour un chiffre d’affaires de 549 millions d’euros, soit plus de la moitié de la valeur du marché des vins effervescents (59%) vendus.On peut doubler les chiffres si on parle du monde. Attention, je n’évoque pas sur ce post les champagnes de prix d’appel, les dix euros ou moins, ou les promotions de fin d’année !

Sur Amazon Go, Nicolas Feuillatte a dégainé le premier.  Même si l’intérêt d’être présent sur les linéaires d’un supermarché de Seattle  ( surtout des salades et des sandwichs emballés)  ne paraît pas vraiment glamour, Amazon reste le maître des règles de la nouvelle consommation.  C’est la société qui a fait évoluer les achats en ligne. Avec Amazon Go, l’objectif est de disrupter aussi les courses alimentaires inhérentes à l’angoisse permanente de la la queue en caisse.  « une expérience sans effort, magique« , selon le groupe. Avec des bulles, ce sera encore meilleur !

A smile "Ultra brite" to the lips, the general manager of the center of Chouilly (Nicolas Feuillatte), Christophe Juarez welcomes on social networks to be the first champagne to be presented on the shelves of Amazon Go in Seattle.
As a reminder Nicolas Feuillate represents 11 million bottles shipped in 2016 including 10.4 under the brand Nicolas Feuillatte (including 61% for France and 39% for export). It is the first brand in France / the 3rd world brand. Its turnover is 202 million euros in 2016 for a net profit of 20 million euros and an operating result of 20 million euros.
Since the beginning of the year, it moves in Chouilly. New appointments and a new commercial policy are on the agenda. A marketing star, Nadia Lelandais, with a long resume as the arm, was named. A specialist in mass distribution. No screams of orfraies on this theme! GD, everyone wants to be! Like Canard-Duchêne, Mercier or Feuillate even Moët & Chandon (not to mention the family Rappeneau or the White Rocks) who engage in a pitched battle every year. It can be understood: in France in 2016, 27 million bottles of champagne were sold for a turnover of 549 million euros, more than half of the value of the sparkling wine market (59%) sold You can double the numbers if you talk about the world. Attention, I do not mention on this post champagnes of price of appe, ten euros or less, l or the promotions of end of the year!
On Amazon Go, Nicolas Feuillatte has unsheathed the first. Even if the interest of being present on the shelves of a supermarket in Seattle (especially salads and sandwiches packaged for sore bums) does not seem glamorous, Amazon remains the master of the rules of the new consumption. It is the company has evolved online shopping. With Amazon Go, the goal is to disrupt also the food shopping inherent to the constant anxiety of the queue at the cashier. "an effortless, magical experience", according to the group. With bubbles, it will be even better!

Année record pour le champagne Deutz

 

Une très belle année 2017 pour Fabrice Rosset, patron de la maison Deutz à Aÿ.

 

Une année record ! Un patron de champagne heureux ! Fabrice Rosset, président de la jolie maison Deutz d’Aÿ est particulièrement enjoué en dévoilant ses résultats. Il en à l’air et la chanson avec l’expédition de 2, 35 millions de bouteilles en 2017.  » Nous avons eu une superbe année tant en volume qu’en chiffre d’affaires qu’en résultats. » Le triplé gagnant champenois !

Cette réussite n’est pas nouvelle, tous les ans, tranquillement et sûrement, la maison Deutz recueille des points de croissance.   » Sur vingt ans, si on lisse les années, tous les ans, nous obtenons des records successifs.  » A cela il faut ajouter les chiffres du « Rhône », la maison soeur Delas qui produit les plus belles appellations du nord de la Vallée du Rhône, a expédié 2,5 million de cols en 2017. En tout : 60 millions d’euros de chiffre d’affaires. Quant aux résultats nets, ils seront connus après le prélèvement des impôts.  Et, cerise sur le gâteau,  depuis début janvier, la marque champenoise a bénéficié d’une hausse de 20% sur ses expéditions :   » cela prouve que tout a été vendu, il n’y a pas d’accumulation de stocks au 31 décembre. » 

The right man at the right place at the right time, Fabrice Rosset, considère qu’il s’agit là de la récompense d’un travail bien fait d’une équipe bien rodée :  » Nous sommes dans une continuité qui suit notre logique de développement maîtrisé. »  Le champagne Deutz est vendu à 40 % à l’export, avec des pointes en hausse en Suisse et en Suède, Fabrice Rosset se laisse encore de la marge et du temps pour s’étendre sur les marchés internationaux.

Avec le lancement de son parcellaire blanc de noirs, le fameux, Hommage à William Deutz, en fin d’année, cette réussite champenoise est à mettre au compte d’une certaine ambition mesurée, d’une idée du savoir-faire champenois, et, ceci entraînant cela,  une cote de sympathie des prescripteurs, là aussi un triplé gagnant !

A record year! A boss of happy champagne! Fabrice Rosset, president of the attractive house Deutz d’ A ÿ is particularly cheerful by revealing his results(profits). He(it) it in the air and the song with the expedition(shipping) of 2, 35 million bottles in 2017.  » We had a magnificent year both in volume and in turnover(sales) that in results(profits).  » The winning triplet champenois! This success is not new, every year, quietly and certainly, the house Deutz collects points of growth.  » Over twenty years, if we smooth years, every year, we obtain successive records.  » In it it is necessary to add the figures of the « Rhône », the sister enterprise Delas which produces the most beautiful naming of the North of the Valley of the Rhône, sent 2,5 million collars(passes) in 2017. In everything: 60 millions euros.

 

Le marché anglais en chute, pas pour tout le monde

On trinque encore en Grande-Bretagne mais pas avec n'importe qui et n'importe quoi .
On a moins trinqué au champagne en Grande-Bretagne en 2017.

 

Chacun son style, chacun ses résultats, l’année 2017 n’est pas la même pour tout le monde en Champagne. Une confirmation sur le marché britannique, selon Nielsen, le volume de champagne vendu au Royaume-Uni jusqu’à fin décembre a subi une baisse de 20% en volume et de 11% en valeur, portant la quantité de bouteilles vendues par les détaillants britanniques à 16.7 m en 2016 à 13,3 millions en 2017. Une donnée qui a été longuement détaillé par les journalistes british (dont on a l’impression qu’ils se délecte de l’affaire). Dans une interview réalisé par DB, on lit que Julien Lonneux, PDG de Vranken Pommery UK suggère : « que les expéditions de Champagne vers le Royaume-Uni pour 2017 passeraient de 31 millions en 2016 à 27 millions. »

Qu’ils sont loin les 39 millions de 2007.

Selon Andrew Hawes importateur et distributeur du champagne Bollinger, cette baisse des ventes est liée aux changements sociétaux en Grande-Bretagne, à la hausse des prix et une modification de la vente du produit dans les principaux détaillants britanniques.Toutefois, ce dernier relativise en soulignant que «  la situation du marché du champagne au Royaume-Uni était «variée», que «la situation est nettement moins négative pour les marques haut de gamme» et pire pour le champagne exclusif et sous marque de distributeur.
Et oui ! Autre article, autre date, Jérôme Seignon, directeur international de Moët & Chandon met en avant les résultats de sa maison : « 2017 a été une année très forte pour Moët & Chandon, avec une croissance en ligne [4% de hausse en volume] – pour Moët et un peu plus pour Dom Pérignon (+5%) ». Mais ils en sont à combien de millions de cols  commercialisés, 5 ou 6 millions … Plus encore ? En effet, parlant spécifiquement de Dom Pérignon, ce dernier a d’ailleurs déclaré que la sortie l’année dernière de trois millésimes pour ce champagne – le 2009 blanc, 2005 rosé et P2 2000 – avait aidé à la performance de la marque en France et encore plus au Royaume-Uni.

On peut aussi apprécier l’analyse fine du journaliste qui écrit  » Avec l’investissement du groupe dans de nouvelles installations vinicoles pour ses marques, et la volonté de payer des prix relativement élevés pour sécuriser les approvisionnements de raisins dans la région, on dit souvent chez les commentateurs en Champagne que LVMH prévoit d’augmenter considérablement ses volumes. le groupe a pour objectif d’atteindre 100 millions de bouteilles par an dans les 10 prochaines années. » A bon entendeur …

Breixit, champagnes bas de gamme, hausse des prix, il reste toutefois une donnée qui n’a pas été du tout évoquée dans ces différents reportages, celle de la montée en puissance en valeur, en volume et en notoriété du Prosecco .Pour l’instant, la Champagne a décidé de s’inspirer du proverbe : le silence est le meilleur des mépris, isn’t it !

Moët & Chandon, une année record malgré « des contraintes » d’appros

Avec 65, 6 millions de bouteilles, les champagnes progressent solidement, avec des volumes en hausse de 4%.

Des résultats records pour Moët & Chandon.
Des résultats records pour Moët & Chandon.

 

LVMH Moët Hennessy Louis Vuitton, leader mondial des produits de luxe, réalise en 2017 des ventes de 42,6 milliards d’euros, en progression de 13 %. La croissance organique des ventes ressort à 12 %. Tous les groupes d’activités enregistrent une croissance organique à deux chiffres à l’exception des Vins et Spiritueux dont la progression du second semestre est limitée par les contraintes d’approvisionnement.

Des chiffres qui parlent d'eux-mêmes
Des chiffres qui parlent d’eux-mêmes

 

Selon le document financier, le résultat opérationnel courant du groupe d’activités Vins et Spiritueux s’établit à 1 558 millions d’euros, en hausse de 4 % par rapport à 2016. La part des Champagnes et vins représente 674 millions d’euros et celle des Cognacs et spiritueux 884 millions d’euros. Cette performance résulte à la fois de l’augmentation des ventes en volume mais également d’une politique de hausse de prix sensible.

Moët & Chandon connaît une nouvelle année record, avec des avancées dans toutes les régions, et conforte sa position de leader. Tandis que Moët Impérial enregistre une solide croissance, le succès d’Ice Impérial se poursuit, de même que la forte dynamique de Nectar Impérial Rosé aux États-Unis. L’année est marquée par la présentation du millésime Grand Vintage 2009.

Dom Pérignon continue d’illustrer sa stratégie de valeur avec les lancements des millésimes Dom Pérignon Rosé 2005, Dom Pérignon Blanc 2009, porté par une collaboration avec l’artiste Tokujin Yoshioka, et Dom Pérignon P2 2000 (Plénitude Deuxième), ultime expression de la quête d’excellence de la Maison.

Mercier poursuit le développement ciblé de ses gammes d’accès aux champagnes de prestige.

Ruinart confirme sa progression en valeur autour de ses cuvées premium. L’engagement continu de la Maison dans la création contemporaine est renforcé par une communication digitale et immersive originale. Parmi ces créations, l’artiste Jaume Plensa a imaginé une sculpture monumentale en hommage à Dom Thierry Ruinart.

Veuve Clicquot développe sa présence dans tous ses marchés clés grâce au succès des bruts Carte Jaune et Rosé et des innovations Rich et Rich Rosé. Toujours symbole d’audace, la Maison lance Extra Brut Extra Old, premier champagne à associer à un faible dosage un assemblage exclusif de vins de réserve.

La croissance de Krug est soutenue par l’introduction de la notion d’édition pour son iconique Grande Cuvée. Les « Créations de 2004», Krug 2004 et Krug Grande Cuvée 160e Édition, accompagnées d’une sélection musicale, rencontrent un grand succès.

Le petit mot de la fin est sans ambiguïté : Dans un contexte d’approvisionnement qui restera relativement contraint, Hennessy continuera à capitaliser sur l’excellence et l’innovation.

According to the financial document, the current operating income of the Wines and Spirits business group amounted to 1,558 million euros, up 4% compared to 2016. The Champagne and wine portion represents 674 million euros. and that of Cognacs and spirits 884 million euros. This performance results both from the increase in volume sales but also from a significant price increase policy.

Moët & Chandon is experiencing a new record year, with progress in all regions, and consolidates its leadership position. While Moët Impérial records strong growth, the success of Ice Impérial continues, as well as the strong momentum of Nectar Impérial Rosé in the United States. The year is marked by the presentation of the vintage Grand Vintage 2009.

Dom Pérignon continues to showcase its value strategy with the launch of the Dom Perignon Rosé 2005, Dom Pérignon Blanc 2009 vintages, supported by a collaboration with artist Tokujin Yoshioka, and Dom Pérignon P2 2000 (Plénitude Deuxième), the ultimate expression of the quest for excellence of the House.

Mercier is pursuing the targeted development of its access ranges to prestigious champagnes.

Ruinart confirms its growth in value around its premium vintages. The Maison's ongoing commitment to contemporary creation is enhanced by an original digital and immersive communication. Among these creations, the artist Jaume Plensa has imagined a monumental sculpture in tribute to Dom Thierry Ruinart.

Veuve Clicquot is expanding its presence in all key markets thanks to the success of Carte Jaune and Rosé crudes and Rich and Rich Rosé innovations. Always a symbol of daring, the House launches Extra Extra Old Brut, the first champagne to combine a low dosage with an exclusive blend of reserve wines.

Krug's growth is supported by the introduction of the concept of publishing for its iconic Grande Cuvée. The "Creations 2004", Krug 2004 and Krug Grande Cuvée 160th Edition, accompanied by a musical selection, are a great success.

.

 

 

 

 

 

Les champagnes Henri Abelé et Alfred Gratien ensemble dans le groupe Henkell

L'intégration de Freixenet dans le groupe Henkel intéresse de près la Champagne
L’intégration de Freixenet dans le groupe Henkell intéresse de près la Champagne

 

D’ici quelques semaines, la décision sera prise. Le groupe espagnol Freixenet (une entreprise partagée en trois familles ) pourrait revendre des parts ou une part des parts au groupe Allemand Henkell.

Pourquoi les histoires des leaders de mousseux espagnols et allemands nous concerne ?  L’un et l’autre sont propriétaires de deux maisons de champagne connues : Henri-Abelé à Reims et Alfred Gratien à Epernay.

Les prémices de l’affaire remontent à deux ans. Mais elle n’est pas simple.

L’allemand Henkell avait fait sa première offre en 2016 pour 50,7% de Freixenet . Premier problème, une affaire de famille. Henkell a présenté son offre d’achat il y a plus d’un an, mais le décès des soeurs Carmen et Pilar Ferrer Sala, filles des fondateurs de l’entreprise, ainsi que le désaccord des différentes branches familiales ont ralenti le processus. Selon le journal espagnol Lavanguardia, « Trois des frères Bonet Ferrer, ainsi que la famille du vice-président, Enrique Hevia, actionnaires de Freixenet, ont accepté de vendre leurs actions au groupe allemand, qui obtiendrait alors 50,7% des actions. Le président d’honneur du groupe, José Ferrer, premier actionnaire avec 42% du capital, et José Luis Bonet, actuel président de Freixenet, ont décidé de ne pas vendre leur actions. »

De plus il y a à peine quelques jours, José-Luis Bones, le président de Freixenet, a déclaré  » mon oncle José Ferrer et moi, qui avons dit que nous ne serions pas des vendeurs « , at-il rappelé. Selon lui, «  l’entrée de Henkell à Freixenet serait une « opération intéressante, car les synergies sont importantes, bien qu’aucune décision n’ait été prise pour l’offre.«   Presqu’une télénovelas

Second problème, une affaire géopolitique : Freixenet étant une entreprise catalane, Henkell doit faire face à l’avenir de la Catalogne, et devant l’imbroglio politique  il n’était pas évident que l’allemand maintienne son offre estimée à 250 millions d’euros pour 50,7% du capital de Freixenet.

Côté Champagne,  les deux maisons sont assez éloignées en termes de vinification et d’images. Henri Abelé fait du tout inox avec un vieillissement de trois ans en caves, Alfred Gratien travaille sur les fûts avec un vieillissement plus long. Si la commercialisation est presque semblable avec 300.000 bouteilles par an.

Lors du rachat d’Henri Abelé par le roi des cavas catalans Freixenet avait fait grand bruit en 1985. L’arrivée en 2007 d’un vrai chef de cave, Franck Nicaise,  a permis d’intégrer une nouvelle cuverie et vinifier des lots plus petits et de meilleure qualité.  La maison Alfred Gratien appartient depuis 2000, comme la maison mère Gratien-Meyer à Saumur, au groupe Henkell, son chef de caves, Nicolas Jaeger travaille sur des fermentations malolactiques bloquées, le vieillissement en cave des vins millésimés se fait sous bouchon de liège.

Freixenet est le premier groupe du secteur du cava, avec un chiffre d’affaires de 529 millions d’euros en 2016 (+5% versus 2015). Il commercialise plus de 100 millions de bouteilles de cava par an.

Henkell ( à ne pas confondre avec Henkel) a réalisé 501 millions € de chiffre d’affaires en 2016 pour une production d’environ 250 millions de cols (vins et spiritueux). Henkell est l’une des six divisions du groupe Dr Oatker (également Allemand) qui dispose d’activités alimentaires, de boissons mais également  d’hôtels, de transport maritime et de banques qui réalise onze milliards de chiffre d’affaires. Représenté par ses filiales dans 20 pays, exportant vers plus de 100 pays à travers le monde c’est le leader du marché du vin, du vin mousseux, du Prosecco ou de diverses catégories de spiritueux dans de nombreux pays.

In a few weeks, the decision will be made. The Spanish group Freixenet (a company split into three families) could sell shares or a share of the shares to the German group Henkell.

Why are the stories of sparkling Spanish and German sparklers about us? Both of them own two famous champagne houses: Henri-Abelé in Reims and Alfred Gratien in Epernay.


German Henkell made his first bid in 2016 for 50.7% of Freixenet.
 First problem, a family affair. Henkell presented its offer to buy more than a year ago, but the deaths of sisters Carmen and Pilar Ferrer Sala, daughters of the founders of the company, as well as the disagreement of the various family branches slowed down the process. Also just a few days ago, José-Luis Bones, the president of Freixenet, said "my uncle José Ferrer and I, who said we would not be sellers," he said. According to him, "the entry of Henkell to Freixenet would be an" interesting operation, because the synergies are important, although no decision was made for the offer. "
Second problem, a geopolitical case: Freixenet being a Catalan company, Henkell must face the future of Catalonia, and in the face of the political imbroglio it was not clear that the German maintains its estimated supply of 250 million euros for 50.7% of the capital of Freixenet.

Second problem, a geopolitical case: Freixenet being a Catalan company, Henkell must face the future of Catalonia, and in the face of the political imbroglio it was not clear that the German maintains its estimated supply of 250 million euros for 50.7% of the capital of Freixenet.

Champagne side, the two houses are quite distant in terms of vinification and images. Henri Abelé does all stainless steel with aging of three years in cellars, Alfred Gratien works on the barrels with a longer aging. If marketing is almost similar with 300,000 bottles a year.

RÉAGIR

Le groupe Pinault intéressé par la maison Laurent-Perrier

Encore des rumeurs sur le rachat de la maison de champagne Laurent-Perrier.
Encore des rumeurs sur le rachat de la maison Laurent-Perrier.

Ici radio Galipes ! Attention article Chaud Chaud Chaud parce qu’il est à prendre avec beaucoup de pincettes ! L’affaire est assez étonnante pour être signalée.  Le (mystérieux) bijou champenois de Tours-sur-Marne intéresserait  François-Henri Pinault. Bien sûr, autant l’un que l’autre font partie de l’imagination champenoise. De grands serpents de mer de la Champagne. Ainsi il a toujours été dit que le deuxième groupe de luxe français aimerait s’installer en Champagne comme il a toujours été évoqué (depuis le décès de Bernard de Nonancourt, patron emblématique  de Laurent-Perrier), que la marque serait à vendre. Question vérification, aucune illusion, aucune réponse, les deux groupes sont côtés en bourse. Donc silence radio.  Pourtant un troisième opérateur rejoignant les deux autres (LVMH et Pernod Ricard), cela pourrait faire joli dans le paysage. On peut ajouter que cela calmerait les peurs, réelles ou non, liées au rachat d’un chinois richissime où à l’arrivée des groupes américains Gallo ou Constellation.

De plus voilà de quoi compléter le joli portefeuille de vins de la holding de la famille Pinault. Qui se remplit doucement mais sûrement.  Déjà avec le rachat difficile du Clos-de-Tart en Bourgogne (la maison Roederer faisait partie des concurrents) en octobre dernier, puis avec le Château Latour, 1er grand cru classé en Pauillac (Médoc), le domaine Eisele Vineyard situé dans la Napa Valley en Californie, le Domaine d’Eugénie en Bourgogne ou encore le Château Grillet dans la vallée du Rhône.

Mais faut-il s’en souvenir l’écho du rachat de la maison Laurent-Perrier ne date pas d’hier. En 2012 une rumeur insistante avait prêté à l’Union-Champagne, l’ambition d’acquérir la maison Laurent-Perrier. De plus si le Clos du Tart serait avec 220 millions d’euros, une des plus chères transactions jamais réalisée en Bourgogne, la maison Laurent-Perrier en Champagne, avec 160 hectares en propre et 1200 ha en approvisionnements, est nettement plus onéreuse (on parle d’un milliard d’euros).

The case is amazing enough to be reported. TheChampagne of Tours-sur-Marne would interest François-Henri Pinault. Of course, as much as one is part of the imagination champenoise. Great sea serpents of Champagne. Thus it has always been said that the second French luxury group would like to settle in Champagne as it has always been mentioned (since the death of Bernard de Nonancourt, emblematic patron of Laurent-Perrier), that the brand is for sale.
However the echo of the purchase of the Laurent-Perrier house is not new. We remember in 2012 that an insistent rumor had lent to Union-Champagne, the ambition to acquire the house Laurent-Perrier. Moreover if the Clos du Tart would be with 220 million euros, one of the most expensive transactions ever made in Burgundy, Laurent-Perrier house in Champagne, with 160 hectares in own and 1200 ha in supplies, is much more expensive (on speaks of a billion euros).

Les résultats de la vendange 2017 en Champagne

Les résultats provisoires de la vendanges 2017 en Champagne
Les résultats provisoires de la vendanges 2017 en Champagne

 

Cinq mois après la récolte (Harvest Horribilis!!!!), voici les résultats (provisoires) de la vendange 2017

La récolte en appellation Champagne correspond à  340 571 134 kilogrammes dont  11 271 930 kg de réserve individuelle soit 285 354 640 bouteilles disponibles et 9 767 704 en réserve (rappelons le il faut 1,154 kg/bouteille).Le rendement en Champagne en 2017 est de 9 724 kg/ha disponible et 333 kg/ha en réserve individuelle.

Promulgué en juillet dernier par le Comité Champagne, le rendement commercial était de 10 800 kg/ha dont 500 kg/ha sortis de la réserve champagne.The harvest in the Champagne appellation corresponds to 340 571 134 kilograms of which 11 271 930 kg of individual reserve is 285 354 640 bottles available and 9 767 704 in reserve (remember it requires 1.154 kg / bottle).

Les derniers chiffres (officiels) des expéditions champenoises

Bien sûr, on a lu, vu et entendu que  le fameux “ record “ champenois sera atteint cette année ! Près de cinq milliards d’euros de chiffre d’affaires pour l’année 2017. Bravo la Champagne !

Les expéditions champenoises en novembre 2017
Les derniers chiffres officiels des expéditions champenoises

Seulement on évoque peu ou prou les volumes. De fait, ce simple mot n’est pas vraiment apprécié en terre champenoise où on préfère aborder le thème sacro-saint de la valeur ajoutée.Faire plus avec moins ! Quoi qu’il en soit voilà les derniers chiffres officiels publiés sur les expéditions champenoises (Comité Champagne).

Pour le mois de novembre 2017, les expéditions de vins de Champagne reculent de 2,5% par rapport au mois de novembre 2016. Elles s’établissent à 47,7 millions de bouteilles. La France est en baisse tandis que l’Union européenne et les pays tiers sont en hausse.

Pour les onze premiers mois, les expéditions s’établissent à 271,3 millions de bouteilles et augmentent de 1,9%. Sur douze mois, les expéditions sont en hausse de 1,0%. Elles s’établissent à 311,2 millions de bouteilles. On peut penser que ce chiffre sera légèrement en hausse pour le mois de décembre. Pas tant que cela car les commandes, particulièrement sur les marchés à l’export, sont effectuées bien en amont.

Ainsi pour le mois de novembre, les maisons sont en hausse de 2,9% à 200,6 millions de bouteilles. Alors que les expéditions vers la France sont en retrait (-0,7%), les pays du reste du monde (+10,0%) et de l’Union européenne (+0,4%) progressent.

Les expéditions des coopératives augmentent de 4,4%, pour un volume de 24,2 millions de bouteilles. Elles progressent de 4,6% à destination de la France et de 14,8% vers les pays du reste du monde. Elles sont en recul de 2,6% vers l’Union européenne.

Les expéditions des vignerons sont en retrait de 3,2%, à 46,5 millions de bouteilles. En France, destination de la majorité de leurs volumes, leurs expéditions sont toujours en recul (-4,7%). Néanmoins, elles restent dynamiques à destination du reste du monde (+9,8%) et vers l’Union européenne (+4,1%).

Au total, la France, qui pèse 48,1% des expéditions, baisse de 1,4%, à 130,5 millions de bouteilles. L’Union européenne, en légère hausse de 0,4%, représente 25,2% des expéditions, à 68,3 millions de bouteilles. Le reste du monde augmente de 10,3%. Il constitue 26,7% des expéditions avec 72,6 millions de bouteilles

Allez on attend les chiffres de décembre pour trinquer à la santé de la Champagne !