L’art et la manière du « Petit-déjeuner vendanges « en Champagne

Lard et Maroilles, la tradition champenoise respectée pour les petits-déjeuners "vendanges".
Lard et maroilles, la tradition champenoise respectée pour les petits-déjeuners « vendanges ». Photos MICHEL JOLYOT

Sur la balance, il y a un avant et un après vendanges. Petit-déjeuner, déjeuner, dîner et cochelet…accompagnent la récolte champenoise. Les petits-déjeuners sont un rituel incontournable en Champagne. Ils sont le plus souvent organisés par des vignerons ou des coopératives. On y accueille comme à la maison les chefs de caves, les courtiers, les patrons de champagne, les directeurs de vignoble, des prestataires de service, mais quelques des membres du clergé, du cercle médical ou politique. Presque un petit côté balzacien !

Coteaux champenois et charcuterie, le "combo" des petits-déjeuners "vendanges".
Coteaux champenois et charcuterie, le « combo » des petits-déjeuners « vendanges ».

L’art de la table dépend du nombre de personnes, du lieu et du statut du maître de maison. Ainsi l’accueil peut se dérouler à demeure dans sa salle à manger ou dans une salle de réunion de coopérative ou encore dans une annexe de pressoir. Flûtes en cristal ou bien en verre, assiette en plastique, en Arcopal ou en porcelaine, cela dépend du style que l’on veut donner à l’évènement. Ils existent des règles fondamentales à l’instar du plateau de fromages avec son indissociable maroilles et de la tarte aux fruits, aux choix, mirabelles, quetsches ou raisins. Si certains font preuve d’imagination en y proposant les premières huîtres de la saison, d’autres restent plus traditionnels, en proposant comme au champagne Georges Vesselle à Bouzy, du lard fait maison, une fierté d’Eric et Bruno Vesselle qui l’accompagnent de leur fameux Bouzy Rouge. A ce propos, si en général, le champagne est versé à l’apéritif, le Coteau champenois est le bienvenu à table (voire le Rosé des Ryceys pour les Aubois). Chaque hôte sort son vin tranquille de sa cave pour la plus grande joie des convives. Certains peuvent être considérés comme des cuvées de garage vinifiées par le patron pour sa consommation personnelle. Le décor est planté !

Mais attention, il ne faut pas prendre ce moment d’agapes sympathiques à la légère. C’est autour de cette table que s’échangent des marcs d’Avize contre d’autres de Mailly-Champagne, un bout de parcelle contre un autre, un poste contre un autre… Bref, c’est l’endroit où l’on fait et refait la Champagne,  l’estomac plein, le café  noir qui fume dans la tasse, on y règle là quelques détails.. quelques kilos…quelques euros..

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire