AVC 2018 en(très) bref: un nouveau président, un bilan annuel »pas folichon », une administration pointilleuse

es discours attendus des co-présidents de l'interprofession champenoises.
Les discours attendus des co-présidents de l’interprofession champenoises.

Comme je l’ai expliqué hier (lire ici) après le beau travail présenté par l’équipe des services techniques du Comité Champagne, (ouiii la vendange 2018 était fabuleuse !!!), puis la conférence de Brice Lalonde  qui a salué les résultats environnementaux de la Champagne, l’autre grand moment de l’assemblée de l’Association viticole champenoise (AVC) est l’intervention des deux co-présidents de l’interprofession champenoise,  Le duo indissociable de la Champagne, Jean-Marie Barillère(UMC) pour les maisons de champagne et Maxime Toubart (SGV) pour les vignerons. . Ces deux discours de politique champenoise ont permis à l’assistance d’en savoir un peu plus sur le premier bilan des expéditions pour l’année 2018.  Et malheureusement, ce dernier  » n’est pas folichon » selon Jean-Marie Barillère. Au moins c’est dit !

Le patron des maisons de champagne explique que si le volume est en baisse par rapport à 2017 (307, 3 millions de bouteilles) « en espérant qu’il ne descende pas à moins de 300 millions de cols« ,  il ajoute que pour le chiffre d’affaires global,  » il n’y aura pas de record  » comme cela a été le cas en 2017 avec 4, 9 milliards d’euros. Et le coupable désigné :  » c’est la France !  » Un marché français qui réalise 6 millions de bouteilles en moins sur l’année 2018.  » Le moral des français est en berne et les comportements sont modifiés. » Et  une pensée semble traverser toute l’assemblée : avec le mouvement des « Gilets Jaunes », les mois de novembre et décembre  ne risquent guère d’apporter une amélioration. Quant au marché anglais qui rebondit légèrement actuellement,  » des ventes anticipées avant un Brexit dur. Donc nous allons gagner peut-être un millions de cols mais à quel prix !  » De plus, Jean-Marie Barillère indique:  » ces résultats cachent une grande disparité. » que cela soit entre les familles du champagne ou même entre les négociants.  On a compris, c’est pas la fête ! D’autant qu’il constate :  » que seules les marques connues vendent loin et cher .  » Conclusion :  » l’appellation champagne ne suffit plus ! « pour attirer de nouveaux consommateurs. Pour Jean-Marie Barillère, le couple « appellation,-marque »  et la quête de l’excellence représente les remèdes aux maux champenois. Toutefois, que serait un discours du président de l’UMC sans un rappel sur les bouteilles sur lattes : ‘ » je préfère accepter la mort des bouteilles sur lattes, plutôt que les accompagner !« . C’est dit aussi !

Face à ce discours, Maxime Toubart ( qui célébrait son anniversaire ce même jour ) prend un autre axe : celui de la défense des champenois mis à mal par une administration française ou européenne : « Là-bas, loin de nous et de notre réalité. Loin du terrain. Loin de nos métiers. Loin de nos entreprises. Là-bas, dans des bureaux et des salles de réunion. Sur des papiers. En fonction d’éléments et d’indicateurs plus que théoriques « .Droits de plantation,foncier, pressoirs, déclarations de récolte,  vins sans indication, paiement des pressurages, clause de réserve …La liste  de doléances est longue : Le blues du vigneron face aux cols blancs des ministères. Une lutte de tous les instants pour trouver des arguments et des solutions afin de faire évoluer une législation qu’il trouve peu encline envers les Champenois.  Quoi qu’il en soit, le président du SGV relativise le débat en se voulant, en revanche, apaisant face au Négoce. Pour la défense de l’appellation, il rappelle qu’il veut aller de l’avant en acceptant la discussion avec les maisons voire le compromis. Sans aller trop loin …bien sûr !

Juste pour info : deux nouveaux visages à la tête de l’AVC. D’une part, François Pierson est nommé président de l’AVC. François Pierson, vigneron à Louvois,  est un élu du SGV et représente la Grande Vallée de la Marne. Son vice-président est Christophe Rapeneau, président de la maison GH Martell, Charles de Cazanove et Château de Bligny.

'Association viticole champenoise. Son vice-président est Christophe Rapeneau.
François Pierson est le nouveau président de l’Association viticole champenoise. Son vice-président est Christophe Rapeneau.
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire