Le champagne de Venoge présente son Louis XV millésime 2008, il est royal !

Gilles de la Bassetière présente la Louis XV millésime 2008.
Gilles de la Bassetière présente la Louis XV millésime 2008.

Il fallait une année exceptionnelle pour sortir une cuvée d’exception. La cuvée Louis XV du champagne de Venoge à Epernay présente son millésime 2008. Cette cuvée a été consacrée via le guide Parker en termes élogieux et par une note excellente  lire ici .  C’est une cuvée particulièrement étonnante car elle donne  l’impression d’avoir été toujours inscrite dans le paysage champenois comme si elle avait traversé les siècles. Ce n’est pas le cas.  La cuvée Louix XV  est tout jeune dans le monde des flacons très haut de gamme par rapport à ses pairs.

Un édit Royal

Sa création remonte à 2005. C’est Gilles de la Bassetière, président de la maison (groupe Lanson BCC), qui en est à l’origine.  Rentré dans la maison de champagne en 1995,  à l’époque elle appartient encore au groupe Rémy Cointreau, Gilles de la Bassetière voit passer (très rapidement le groupe LVMH) avant de travailler pour Lanson BCC en 1998. Après sa nomination à la tête de Venoge en 2002, il décide de créer une cuvée de prestige.  » Je suis parti de l’idée qu’il nous fallait un élément historique pour mettre en valeur cette cuvée. Pas seulement une légende, mais bel et bien un réel fait de l’Histoire de France lié à l’histoire du champagne. »  Ce dernier est rapidement trouvé grâce à l’arrêt du 25 mai 1728 : Louis XV autorise uniquement aux vins de Champagne d’être commercialisés et transportés en bouteille. La prise de mousse peut enfin avoir lieu en bouteille  Voilà de quoi remercier Louix XV en élaborant une cuvée portant son nom.

Un flacon royal qui harmonise parfaitement le contenant et le contenu.
Un flacon royal qui harmonise parfaitement le contenant et le contenu.

Un écrin digne de ce nom

Pour le contenu, l’assemblage est composé uniquement de grands crus partagés à 50% entre les pinots noirs de Mailly Champagne, Verzenay et Verzy et les chardonnays d’Avize, Oger et Mesnil-sur-Oger. Dosé à 6 gr/l, le vin n’a pas subi de fermentation malolactique.  La « Louis XV » révèle le millésime 2008, il est parfait dans sa puissance élégante et sa légère fraîcheur, un vin aristocratique. Quant au contenant,  il lui fallait un écrin digne de ce nom.  »  Cette carafe a été faite pour la famille Trouillard en 1961, propriétaire de la marque. Elle a eu l’idée de transformer cette celle-ci pour les cuvées Prince avec un col de quart de champagne. J’ai décidé de la dédier aux cuvées Louis XV en la travaillant en verre transparent.  » Si le modèle est très réussi, il n’est pas simple à mettre en oeuvre.  » On vient juste de recevoir des gyropalettes pour le remuage, l’habillage est réalisé à la main, quant au bouchage, on ne peut pas le passer à la chaîne, il nous faut une boucheuse spécifique. » confirme Gilles de la Bassetière. Qui a fait de cette citation,  « La vraie noblesse s’acquiert en vivant, et non pas en naissant« , son adage.

 

Suivez-moi !
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire