Le marché anglais en chute, pas pour tout le monde

Home ECONOMIE Le marché anglais en chute, pas pour tout le monde
On trinque encore en Grande-Bretagne mais pas avec n'importe qui et n'importe quoi .
On a moins trinqué au champagne en Grande-Bretagne en 2017.

 

Chacun son style, chacun ses résultats, l’année 2017 n’est pas la même pour tout le monde en Champagne. Une confirmation sur le marché britannique, selon Nielsen, le volume de champagne vendu au Royaume-Uni jusqu’à fin décembre a subi une baisse de 20% en volume et de 11% en valeur, portant la quantité de bouteilles vendues par les détaillants britanniques à 16.7 m en 2016 à 13,3 millions en 2017. Une donnée qui a été longuement détaillé par les journalistes british (dont on a l’impression qu’ils se délecte de l’affaire). Dans une interview réalisé par DB, on lit que Julien Lonneux, PDG de Vranken Pommery UK suggère : « que les expéditions de Champagne vers le Royaume-Uni pour 2017 passeraient de 31 millions en 2016 à 27 millions. »

Qu’ils sont loin les 39 millions de 2007.

Selon Andrew Hawes importateur et distributeur du champagne Bollinger, cette baisse des ventes est liée aux changements sociétaux en Grande-Bretagne, à la hausse des prix et une modification de la vente du produit dans les principaux détaillants britanniques.Toutefois, ce dernier relativise en soulignant que «  la situation du marché du champagne au Royaume-Uni était «variée», que «la situation est nettement moins négative pour les marques haut de gamme» et pire pour le champagne exclusif et sous marque de distributeur.
Et oui ! Autre article, autre date, Jérôme Seignon, directeur international de Moët & Chandon met en avant les résultats de sa maison : « 2017 a été une année très forte pour Moët & Chandon, avec une croissance en ligne [4% de hausse en volume] – pour Moët et un peu plus pour Dom Pérignon (+5%) ». Mais ils en sont à combien de millions de cols  commercialisés, 5 ou 6 millions … Plus encore ? En effet, parlant spécifiquement de Dom Pérignon, ce dernier a d’ailleurs déclaré que la sortie l’année dernière de trois millésimes pour ce champagne – le 2009 blanc, 2005 rosé et P2 2000 – avait aidé à la performance de la marque en France et encore plus au Royaume-Uni.

On peut aussi apprécier l’analyse fine du journaliste qui écrit  » Avec l’investissement du groupe dans de nouvelles installations vinicoles pour ses marques, et la volonté de payer des prix relativement élevés pour sécuriser les approvisionnements de raisins dans la région, on dit souvent chez les commentateurs en Champagne que LVMH prévoit d’augmenter considérablement ses volumes. le groupe a pour objectif d’atteindre 100 millions de bouteilles par an dans les 10 prochaines années. » A bon entendeur …

Breixit, champagnes bas de gamme, hausse des prix, il reste toutefois une donnée qui n’a pas été du tout évoquée dans ces différents reportages, celle de la montée en puissance en valeur, en volume et en notoriété du Prosecco .Pour l’instant, la Champagne a décidé de s’inspirer du proverbe : le silence est le meilleur des mépris, isn’t it !

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire