Millésimes 1992, 1996, 1998, le champagne Napoléon sort de l’oenothèque

L'oenothèque Napoléon présentée par Johann Jarry.
L’oenothèque Napoléon présentée par Johann Jarry.

L’oenothèque est la valeur sûre de la communication du vin. Pas de bling-bling, pas d’expériences métaphysiques, juste le vin ! Un peu d’histoire, de la poésie,  la couleur des vins, les parfums qui s’en dégagent créent  la magie.  Une communication peu onéreuse qui peut rapporter de jolies retombées médiatiques ou commerciales, encore faut-il posséder les flacons ad hoc. En recherche de notoriété pour sa marque, le Champagne Napoleon (appartenant à l’Union Goutte d’Or à Vertus,  Johan Jarry, chef de caves, et directeur genéral  a décidé de regarder de plus près dans ses stocks à Vertus. ll y a trouvé quelques joyaux. Cet ancien de chez G.H. Mumm, est remonté jusqu’en 1964 et en a comptabilisé près de 10 000 cols. Un joli trésor !  »  » Je veux aller à la rencontre de nouveaux consommateurs qui cherchent une nouvelle expérience avec le champagne. « 

Trois millésimes, le 1992, 1996 et le 1998 en dégustation.
Trois millésimes, le 1992, 1996 et le 1998 en dégustation.

De fait, on peut imaginer que certaines fines gueules amateurs  de sensations fortes préféreront ce type d’expérience « nouvelles » à celles apportées par les glaçons et le sucre. Car des sensations, il y en a ! Mettez votre nez sur un millésime 1992 ( dans son état, dégorgé en 2005, 8 à 10 gr de sucre ), certes une vendange qui n’est pas restée dans les mémoires champenoises, et vous plongez dans un univers aromatique de caramel, de foins séchés, de tabac…Dégustez-le, vous découvrez d’autres mondes encore avec des notes de citrons confits voire de pamplemousse en finale.  Tirant vers le vieil or, les bulles sont fines et persistantes. Bien sûr, avec ce type de vins, tout spécialiste vous dira qu’il faut des plats à la hauteur ( homard bleu cuit en cocotte, pommes de terre fondantes…) . Moi,   je l’aime tel quel. Un vrai bonheur pour qui aime les vieux champagne. (Un cigare peut-être… ). Outre le 1992, Johan Jarry présente le 1996  et le 1998. Des millésimes qui ont tous une histoire à part dans la mémoire champenoise.

« Je ne peux vivre sans champagne, en cas de victoire, je le mérite ; en cas de défaite, j’en ai besoin » Napoléon.

Les photos ont été réalisées par Michel Jolyot.

 

No bling-bling, no metaphysical experiences, just wine! A bit of history, poetry, the color of the wines, the perfumes that emerge create magic. An inexpensive communication that can bring nice media or commercial benefits, it is necessary to have ad hoc flasks. In search of notoriety for its brand, Champagne Napoleon (belonging to the Union Goutte d’Or) in Vetus, Johann Jarry, cellar master, decided to take a closer look at his stocks at Vertus. He found some jewels there. This former G.H. Mumm, went back to 1964 and recorded nearly 10,000 passes. A nice treasure! «  » I want to meet new consumers looking for a new experience with champagne.  »

In fact, we can imagine that some fine mouths lovers of thrills prefer this type of experience « new » to those brought by ice cubes and sugar. Because sensations, there are! Put your nose on a vintage 1992 (in its state, disgorged in 2005, 8 to 10 gr of sugar), certainly a vintage that has not remained in the memories of Champagne, and you dive into an aromatic world of caramel, hay dried, tobacco … Taste it, you discover other worlds again with notes of candied lemon or grapefruit in the final. Pulling towards old gold, the bubbles are fine and persistent. Of course, with this type of wine, any specialist will tell you that it takes dishes to the height (blue lobster cooked in casseroles, melting potatoes …). Mo I like it as it is. A real treat for those who love old champagne. (A cigar maybe …). In addition to the 1992, Johann Jarrty presents the 1996 and the 1998. Vintages that all have a history apart in the Champagne memory.

 

 

Suivez-moi !

Laisser un commentaire