Sous la présidence de Régina Vanderlinde, l’assemblée générale de l‘OIV (Organisation Internationale de la vigne et du vin) a conduit à l’adoption de 18 résolutions pour l’année à venir (merci Jus Vini Blog). Parmi ces résolutions, il faut compter la mise en œuvre d’une viticulture durable, la transformation digitale du secteur vitivinicole et l’ajout du Russe comme nouvelle langue officielle de l’OIV.

Transformation digitale du secteur vitivinicole

Les États Membres de l’OIV sont unanimes quant à l’importance d’évolution et d’adaptation digitale, surtout dans le contexte actuel, marqué par la pandémie provoquée par le Covid-19. Le projet en cours propose, entre autres objectifs, la création d’un observatoire mondial sur la transformation digitale du secteur vitivinicole ; le développement d’un nouveau système de collecte et d’élaboration de données sectorielles ; la création d’un nouveau site internet pour l’OIV, ainsi que le déploiement d’une nouvelle plateforme d’intelligence collaborative pour améliorer les échanges entre le secrétariat de l’OIV et les États Membres . En décembre prochain, sera lancé un appel d’offres pour la mise en œuvre de ce projet, qui aura une durée de trois ans, à partir de janvier 2021.

Le russe, nouvelle langue officielle de l’OIV ?

L’OIV l’avait déjà annoncé récemment : des négociations ont été entreprises pour l’adoption du russe parmi les langues officielles de l’OIV. . Pendant l’assemblée générale, Maxime Markovich, directeur du département de la coopération internationale du Ministère de l’Agriculture de la Fédération de Russie, a présenté les avantages de l’ouverture de l’OIV vers une nouvelle langue. Les États Membres se sont entendus sur les bénéfices de cette intégration et ont convenu des points à travailler au cours des mois prochains, conditions pour que le russe devienne la 6ème langue officielle de l’Organisation. Avec cette mesure, la communauté russophone aura la possibilité de mieux appréhender et faire siennes les pratiques et normes internationales adoptées par l’OIV visant à améliorer les conditions d’élaboration et de commercialisation des produits vitivinicoles.

Les nouvelles résolutions de l’OIV

Le développement durable est une priorité pour les Etats Membres de l’Organisation qui, par le biais de la nouvelle résolution OIV-VITI 641-2020, ont approuvé le guide de l’OIV pour la mise en œuvre des principes de la vitiviniculture durable. Ceci vient compléter et actualiser l’ensemble des recommandations de l’OIV dans le domaine de la durabilité.

Plusieurs résolutions concernant de nouvelles pratiques œnologiques viendront compléter le Code international des pratiques œnologiques de l’OIV, comme le guide de l’OIV pour l’identification des dangers, des points critiques et de leur maîtrise dans la filière vin (HACCP) (Résolution OIV-OENO 630-2020). Ce guide vise à harmoniser l’analyse des dangers, et à proposer à titre d’exemple des niveaux de risque et des points critiques susceptibles de survenir lors des étapes d’élaboration des vins.

Parmi les décisions concernant l’économie et le droit, l’OIV a adopté la définition du vin blanc avec macération (Résolution OIV-ECO 647-2020) : un vin blanc issu de la fermentation alcoolique d’un moût au contact prolongé avec le marc de raisin, incluant les pellicules, la pulpe, les pépins et éventuellement les rafles. Cette définition permet de distinguer notamment les vins obtenus par la méthode géorgienne de vinification à l’ancienne dans des kvevris traditionnels, inscrite en 2013 sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO. Enfin, l’OIV a également adopté les lignes directrices pour l’évaluation des traitements physiques appliqués aux raisins et à leurs produits dérivés (Résolution OIV-SECSAN 664-2020).

Le résumé complet est ICI


Devenez membre, soutenez La Champagne de Sophie Claeys ! 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.