Les membres du Syndicat Professionnel des Courtiers en Vins de Champagne avec Franck Hagard et Philippe Launois, co-présidents

Alors que leur assemblée générale vient de se déroule  le Syndicat Professionnel des Courtiers en Vins de Champagne (SPCVC) a fait le point sur son activité 2021 et de se projette sur 2022.

Le SPCVC a intègré cette année cinq nouveaux courtiers champenois fraichement diplômés*. « Ils sont malgré tout soumis à une période probatoire de deux années avant d’être définitivement intégrés » explique Franck Hagard, co-président du SPCVC. L’arrivée de « petits nouveaux » dans le métier vient boucler la période mouvementée qui s’était ouverte en 2014 avec la réforme des professions réglementées, et qui avait placé le courtier au coeur de l’attention de la filière viticole française. En effet, parce qu’elle supprimait la carte professionnelle, cette réforme avait mis à mal la valeur même de la profession. « Grâce à une large mobilisation nationale et à la pugnacité de notre président national, Jérôme Prince, ce risque a été écarté ». Un registre national des courtiers en vins et spiritueux a vu le jour, officialisé par un décret publié en octobre 2020, et l’examen de contrôle a été maintenu. « Depuis la parution de ce décret, nous reprenons un peu le cours normal des choses, et nous pouvons toujours nous appuyer sur CCI France et son réseau régional qui gèrent et organisent les inscriptions et les examens » .

C’est donc dans ce contexte que Maxime Bodenan, Constantin Leclaire, Anne-Sophie Malingre, Xavier Martin et Philippe Rauletont passé avec brio les examens en juillet dernier et « il faut reconnaître qu’ils ont du mérite car cet examen n’est pas donné à tout le monde. Cela nécessite pas mal d’heures de préparation ! » renchérit Philippe Launois, co-président du SPCVC. A l’approche des prochains examens qui doivent se tenir au premier semestre 2022, le Syndicat a annoncé que le mémento utilisé par les « apprentis-courtiers » venait de bénéficier d’un important « nettoyage ». «Nous nous sommes rapprochés de l’Université de Reims et plus particulièrement de l’Institut Georges Chappaz. Grâce au dispositif baptisé « Clinique du Droit » mené par Théodore Georgeopoulos, quatre étudiantes en master 2, futurs juristes du vin, nous ont accompagnés pour rénover, restructurer et étoffer notre mémento. Ce mémento, c’est un peu comme des annales de Bac mais dédiées au métier de courtier » annonce Philippe Launois. Pour compléter ce document, les candidats à l’examen de courtier peuvent également s’entrainer sur un recueil de questions, pas moins de 225, également utilisé par le jury.

« Accompagner la filière champagne lorsqu’elle traverse des tempêtes »

Franck Hagard est revenu sur le rôle du SPCVC au sein de la filière Champagne. « Le bureau de notre Syndicat se réunit très régulièrement afin de travailler sur des sujets spécifiquement champenois comme l’observation des cours, l’évolution des marchés ou encore la réglementation nationale et européenne. Nous sommes partie prenante dans les discussions interprofessionnelles sur des sujets clés comme la préparation des vendanges ou la réserve individuelle par le biais de rendez-vous internes et d’échanges très réguliers avec le Comité Champagne ». Par leur posture d’experts de terrain, les courtiers demeurent des vigies sur le marché du raisin. « Nous avons connu en Champagne, en l’espace de deux ans, une dégradation de la demande, puis une embellie totalement imprévue et une situation actuelle de forte pression sur les cours. Aujourd’hui, avec des ventes qui atteignent 331 millions de bouteilles sur 12 mois en glissement à fin mars, la pression sur l’amont est forte. Le rôle du courtier de conseiller expert – au vignoble comme au négoce – est indispensable pour accompagner la filière champagne lorsqu’elle traverse des tempêtes ».

En organisant le comité directeur de la Fédération nationale des syndicats de courtiers à Reims en mars 2023, le SPCVC démontre qu’il poursuit son investissement à l’échelon national. « Nos échanges réguliers nous permettent à la fois de faire de la veille et de partager des informations. Ainsi, le travail récent sur le mémento a attiré l’attention d’autres syndicats qui pourraient s’en inspirer localement. Une vraie cohésion existe entre les représentants des différentes régions, grâce à l’action permanente du président Jérôme Prince. Dans l’environnement instable que nous connaissons, ces partages et cette cohésion sont essentiels. Les turbulences de 2014 autour du métier de courtier en sont la preuve ! » ajoute Franck Hagard.

Dans les moments d’euphorie ou de désarroi, l’interprofession champenoise a toujours su faire preuve de responsabilité et de clairvoyance en imaginant des outils et élaborant des nouvelles perspectives. Le courtier a toujours participé à ces changements grâce à sa capacité d’adaptation, sa connaissance de la filière. Comme le souligne Philippe Launois « Certes, nous travaillons souvent dans l’ombre, et nous ne sommes pas toujours bien connus pour ce que nous faisons. Mais par son expertise et son indispensable indépendance, le courtier dit de campagne est l’un des maillons forts de notre Champagne ».

Bureau du SPCVC – Co-Présidents : Franck Hagard et Philippe Launois – Secrétaire : Xavier Guerrapin – Secrétaire adjoint : Laurent Hutier – Trésorier : Jean-Paul Nougué-Cazenave – Membres du Bureau : Jean-Pierre Dargent, Henri Picard, Denis Valton, Matthieu Cugnart, Reynald Leclaire, Yannick Farget, Marc Antoine d’Aymery, ainsi que Frédéric Germond.


Soutenez La Champagne de Sophie Claeys ! 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.