Dates, poids, maturité, état sanitaire, la vendange 2018 serait celle de tous les superlatifs

Situation exceptionnelle en Champagne pour les vendanges 2018.
Situation exceptionnelle en Champagne pour les vendanges 2018.

2018 est une année exceptionnellement précoce. A année exceptionnelle, prélèvements exceptionnels :  lors des deux premiers,  248 et 348 parcelles ont été saisies respectivement le 6 et le 9 août. Du jamais vu depuis 2000 ! Le réseau Matu (Comité Champagne) s’active.

Petit résumé de la situation : après un hiver très humide et plutôt frais, les sols sont largement rechargés en eau. Le débourrement se déroule en moyenne le 17 avril, avec près de 4 jours de retard sur la normale décennale. A partir du mois de mai, tout s’accélère. Les températures montent. La fleur est observée avec 10 jours d’avance (1er juin) et la fermeture de la grappe avec 16 jours d’avance (28 juin).  Vingt jours par rapport à la normale ! Exceptionnel. A partir de mi-juin, le mercure continue de grimper mais un temps sec s’installe. Des températures caniculaires sont enregistrées. Et leur corollaire, le manque d’eau !  En juillet, la vigne semble se figer. Le début véraison est attendu vers le 20 juillet, mais le manque d’eau  et les températures élevées font penser à un phénomène de blocage. Il n’en est rien. Début août, la coloration des raisins s’accélère et les premiers prélèvements réalisés hors cadre du réseau matu montre un niveau de maturité déjà très élevé. Le résultat des deux premiers prélèvements officiels viendront le confirmer.

Avec 118 g tous cépages confondus, le poids moyen observé à ce niveau de maturité est en-dessous des attentes. Les grappes de chardonnay avec 128 g sont sensiblement plus grosses que celle observées sur pinot noir et meunier avec respectivement 112 et 117 g.  Au 9 août, les degrés moyens sont déjà très élevés (7,0 % vol. en moyenne tous cépages confondus). Au regard de la charge, il s’agit du plus haut niveau de maturité enregistré à cette date sur notre réseau depuis sa création. 

Le chardonnay est en moyenne à 6,6 % vol., le pinot noir et le meunier à 7,3 et 7,1 % vol..  Le niveau d’acidité est, par contre, particulièrement faible sans être alarmant.  Les valeurs observées sont faibles mais pas anormalement basses. A degré équivalent, ces valeurs sont proches de celles observées en 2002, millésime plutôt réussi en Champagne.

Sur le réseau maturation, avec 348 prélèvements le 9 août, aucune grappe n’a été signalée avec présence de pourriture, qu’elle soit grise ou acide. Seules deux parcelles sont mentionnées avec de l’oïdium en faible fréquence. La situation est exceptionnellement saine, c’est de bon augure. Le retour de conditions humides et chaudes peut provoquer une dégradation de la situation, mais dans tous les cas, un scénario de type 2017 est écarté.

Selon le réseau Matu, si les conditions sanitaires restent favorables, les raisins doivent exprimer pleinement leur potentiel et la vendange ne devra pas être précipitée. Les vendanges trop hâtives de 2011 ou 1996 doivent rester à l’ esprit…

A noter que la réunion AVC du ban des vendanges, initialement prévue le mercredi 22 août, pourrait être anticipée au samedi 18 août,

Pour ceux qui tomberaient sur cet article par hasard, le réseau Matu est une mécanique champenoise parfaitement huilée. Il s’agit de recueillir les résultats de 450 parcelles témoins permettant de suivre l’évolution  de la vigne (le poids moyen des grappes, leur richesse en sucres, leur acidité totale, leur pourcentage de véraison -c’est-à-dire de maturation- et de pourriture gris) jusqu’à la vendange afin de déterminer les dates d’ouverture de la cueillette dans chaque commune.

Suivez-moi !
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire