©Michel Jolyot

D’après un article du magazine britannique, The Drinks Business : « La forte demande de champagne est susceptible de provoquer des pénuries vers la fin de l’année ». Et d’expliquer que ce phénomène pourrait entraîner une absence de promotions pour les fêtes de fin d’années. Les Anglais habitués à moult ristournes sur les bouteilles de champagne à Noël risquent donc d’être déçus.

Andrew Hawes, président de l’Association des agents de champagne du pays et directeur général de Mentzendorff, a déclaré qu’une combinaison de facteurs à long et à court terme devrait limiter l’offre vers la fin de l’année – et ceux-ci devraient toucher les acheteurs à Noël »; Ce n’est pas un cas de manque de champagne, mais c’est moins d’activités promotionnelles, surtout à Noël » observe-t-il.  Le Royaume-Uni a enregistré de fortes hausses de ventes de champagne au cours des six derniers mois à la suite d’une baisse des expéditions d’environ 18 %. « Alors que globalement, le marché était en baisse, il n’était pas aussi bas que les gens le pensaient. Les maisons haut de gamme établies ont connu une bonne année – Bollinger, par exemple, a vendu plus que jamais au Royaume-Uni » dit-il. En mettant en exergue les bonnes performances du e-commerce.  Il a également souligné que, comme la demande s’était bien maintenue au Royaume-Uni et sur d’autres marchés, ceux-ci avaient absorbé les stocks qui avaient été alloués à des marchés tels que les États-Unis, où la demande avait chuté en raison des tarifs Trump et de la pandémie. Cependant, les États-Unis et d’autres marchés ayant repris plus fortement que prévu ce printemps et cet été, les agents ont dû réapprovisionner l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement.

La pénurie affecte également le commerce de proximité, comme l’a expliqué James Simpson MW du portefeuille Pol Roger, « les agents font ce qu’ils peuvent pour assurer la cohérence de l’approvisionnement. Pol Roger par exemple a déjà commencé à allouer des stocks à ses clients de la restauration et de l’hôtellerie. Nous faisons ce que nous pouvons pour rassembler nos stocks et traiter les clients de manière aussi juste et équitable que possible », a-t-il déclaré au secteur des boissons. « Notre travail est de nous assurer que nous avons suffisamment de réserves pour les restaurants, hôtels, endroits où Pol Roger est vendu » Et de déclarer « Ils ont eu une année terrible, donc notre combat est d’assurer la continuité pour eux ». 

Et comme Drinks Business n’a pas les deux pieds dans le même sabot, un autre article a été publié le même jour en concordance avec celui-là  : Top 10 des vins effervescents pour une pénurie de Champagne.

De quoi citer Roland Topor : Les Français ont du vin, les Anglais de l’humour !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.