Chouquettes, donuts, gigots et quiches au jambon, la nouvelle façon de consommer des Vignerons de la Champagne

Vous l’attendiez, la voilà, l’acte 2 de la nouvelle campagne de communication des Vignerons de la Champagne initiée par le Syndicat général des vignerons (SGV). Celle qui est “réservée à toutes les occasions”. Celle-là même qui a fait le buzz l’année dernière (lire ici).  La campagne affiche six visuels par vague,  quatre nouveaux visuels cohabitent avec deux des visuels de 2018 (l’oeuf et la sardine…)  pour favoriser le lien avec la campagne précédente. Les codes créatifs demeurent les mêmes : l’idée de spontanéité de la consommation, la simplicité des produits, le contraste entre le met quotidien et le champagne. Ces instants de consommation sont toujours présentés avec une écriture minimaliste et une mise en scène précise qui accordent au champagne la place centrale.

Dans les nouveautés : quatre nouveaux types de mets ou d’occasions de consommer réalisés par quatre nouveaux photographes. Chacun ayant été choisi pour que son style soit parfaitement adapté aux thèmes qu’il doit photographier.

Selon le dossier de presse : “L’écriture photographique de l’ensemble garantit une modernité et une cohérence capable à la fois d’attirer le public, notamment les millenials, d’être attribuée au champagne, et de respecter sa qualité par un traité de haut niveau.”
Dès juin 2019, la première vague permettra de découvrir 2 nouveaux instants de consommation :

« Plaisirs sucrés », photos réalisées par Lucy Sparks. La photographe a su créer des visuels plus féminins dans des compositions ton sur ton propres à son style et volontairement très intimistes.

« Plats froids », photos réalisées par Marius Hansen. Il représente dans ces visuels des plats tout juste sortis du réfrigérateur pour accompagner le champagne, évoquant une consommation sur le pouce qui allie plaisir et spontanéité.

Pour installer un rendez-vous avec les consommateurs, le déploiement se fait sur les mêmes médias visuels : affichage / presse / digital, et selon un principe de désaisonnalisation pour favoriser l’émergence de nouveaux modes de consommation (juin et septembre).Visant l’exportation,  la campagne se déploiera également vers de nouveaux marchés stratégiques ; la Belgique Francophone, le Luxembourg et en parallèle un test sera fait sur le digital en Italie du Nord (région de Milan).

N’attendez aucun commentaire de ma part sur l’esthétisme ou le bien fondé de cette campagne de communication. Lors de son premier acte au printemps dernier, je l’avais trouvé étonnante voire détonnante. Mais on m’a clairement signifié que je n’étais pas la cliente à cibler. Pas faux !

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.