Le boulevard du Nord à Aÿ va porter le nom de boulevard de Champagne

Voici une information cadastrale : le boulevard du Nord à Aÿ va désormais porter le nom de Boulevard de Champagne. Cette étroite mais longue artère de la commune est une parfaite représentation de l’équilibre champenois. On y retrouve le duo vignoble/négoce avec des maisons (les champagnes Deutz et Ayala) et une coopérative, l’une des plus importantes de la Champagne avec la Cogévi (champagne Collet). Bien sûr pour ceux qui connaissent les lieux, ce boulevard peut-être considéré comme le “pendant”, presque l’alter égo, de la rue parallèle, la rue Jeanson, où sont situés les sièges sociaux de ces domaines. Pourtant ce qui pourrait être un acte passant presque inaperçu dans la vie de la cité agéenne est un dossier qui remonte à quelques années quand Dominique Levêque, maire incontournable depuis 1989, a été saisi d’une première demande pour changer le nom du boulevard. Pas si simple, fallait-il oublier l’un des emblèmes de la grande révolte des vignerons en 1911 (*lire ci-dessous) ? Comme le souligne Dominique Levêque : ” certains encore très sensibles à ces évènements n’ont pas apprécié cette demande, et cela n’a pas pu se faire “. Seulement d’autres ont persisté à l’instar du président de la maison Deutz, Fabrice Rosset. Ce dernier a dû être convaincant puisque désormais le boulevard du Nord va donc être baptisé Boulevard de Champagne. À l’heure où la notion d’oenotourisme est dans toutes les têtes en Champagne grâce à l’inscription au patrimoine de l’Unesco, un choix a été fait entre l’évocation d’un passé enfiévré et le si prestigieux mot “champagne”.

Un peu d’histoire

*Après la demande, faite le 11 avril 1911 par le Sénat, de la suppression de l’appellation « Champagne », précédée de révélations quant au coupage du Champagne avec d’autres vins moins coûteux, par les négociants, les vignerons se révoltent. “Dans la nuit, on saccage des celliers et immeubles de négociants fraudeurs, ou supposés tels, à Damery, à Dizy et à Ay. Au petit jour, les troupes se mettent en place, rien moins cette fois-ci qu’une brigade de cavalerie, sous le commandement d’un général. Le 12 avril, face à 5 à 6 000 vignerons venus de 51 communes viticoles, Ay est tenu par quatre escadrons de chasseurs et dragons, soit environ 600 cavaliers. Vers 13 heures, se heurtant à des barrages de troupe, une colonne de 2 000 émeutiers se dirige vers la seule issue qui lui reste pour pénétrer dans Ay, le boulevard du Nord, qui longe le coteau et où se trouvent plusieurs maisons de champagne importantes.”(source UMC)

 

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.