Autre vie, autres défis à relever. Dominique Demarville et Laurent Fresnet, tous deux sont entrés en fonction comme chef de caves respectivement chez Veuve-Clicquot et Henriot en 2006. Début janvier 2020, ils entreront en fonction comme chef de caves de Laurent-Perrier et de G.H. Mumm. Cela valait bien un petit post pour mettre en valeur quelques cuvées “phares” créées et élaborées par ces deux maîtres de l’art.

Avec l’Extra Brut Old une expression moderne et complexe de l’héritage de base de la grande maison vieille de 200 ans. Une vraie nouveauté pour la marque jaune qui lance en 2017 ce multi-millésime d’une complexité réelle, composé exclusivement de célèbre collection de vins de réserve de la maison, notamment 1988, 1996, 2006, 2008, 2009 et 2010 dosé à 3 gr/l. Elle sera suivie en 2019 de l’ Extra Brut Extra Old 2 (avec des vins de 1990, 1998, 1999, 2006, 2008, 2009, 2010 et 2012). En 2018,  Dominique Demarville innove également avec sa “nouvelle” Grande Dame dont le pinot noir, cépage phare de Veuve-Clicquot est prédominant (92%).  Une vraie réussite saluée par toutes les critiques du vin. A cela j’ajouterai le Rich de Veuve-Clicquot dont le succès est “interplanétaire” même si certains déplorent l’ajout de glaçons dans le champagne (moi j’adore ! ). On peut également saluer tout le travail de communication “vins” effectué par Dominique Demarville après la découverte des flacons sous la mer des îles Aaland et  bien sûr, sa collaboration sur les “accords mets-vins” avec le chef cuisinier Joël Robuchon. C’est maintenant au tour de Didier Mariotti de veiller sur l’avenir des vins de la Veuve-Clicquot.

Outre les millésimes dont le dernier en date est le Rosé millésime 2012, Laurent Fresnet est l’origine de la cuvée 38. Une solera en Champagne avec un assemblage exclusivement composé de quatre des plus grands crus de chardonnay de la Côte des Blancs : Chouilly, Avize, Oger et Mesnil-sur-Oger, et dont le premier tirage de la Cuve 38 eut lieu en 2009 (assemblage 1990-2007) . Commercialisée uniquement en magnum, la cuvée est en sans cesse évolution grâce au principe de la réserve perpétuelle. Avec sa cuvée Hemera lancée en 2018,  Laurent Fresnet cherche une évolution dans le haut de gamme de la maison Henriot. Si son assemblage est identique à celui de l’iconique cuvée des Enchanteleurs, mais la palette des vins et des terroirs évolue avec 50% de pinots noirs (Verzy, Verzenay et Mailly Champagne) et 50 % de chardonnays grands crus (Avize, Mesnil-sur-Oger et Chouilly), elle est dosée à 5 gr/l. Quant au choix du millésime, le chef de caves choisi l’année 2005. Une année peu ou prou millésimée par les grandes opérateurs. C’est désormais à Alice Tétienne de reprendre le flambeau au sein de la maison Henriot.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.