» Quand j’étais enfant, je regardais les travaux. Au début des années cinquante, quand mon père (Jean Cattier) l’a acheté, c’était un champ de bataille avec des talus et des fossés  » se souvient Jean-Jacques Cattier, » à l’époque, alors qu’on travaillait encore à la pioche et au tombereau tiré par des chevaux, mon père avait […]
Cet article n'est disponible qu'aux membres : connectez-vous à votre compte
SI vous n'êtes pas encore membre, cliquez ici

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.