photo d’archives

Les ventes de champagne au sein  des circuits de la grande distribution* s’établissent en 2019 à 40,9 millions de bouteilles, en repli de 15,6%. Le chiffre d’affaires décroît de 20,5% à 799,3 millions d’euros. Ainsi, en 2019, la grande distribution ne représente plus que 28,9% des bouteilles expédiées en France. Malgré ce recul important, le champagne conserve la première position au sein du rayon des vins effervescents dans les grandes surfaces alimentaires, où il représente 21,8% des volumes vendus pour 56 % du chiffre d’affaires.

L’année 2019 est marquée par l’entrée en vigueur des lois issues des Etats Généraux de l’Alimentation qui conduisent à une mutation des ventes de champagne dans la grande distribution, à travers l’encadrement des opérations promotionnelles et le relèvement de 10% du seuil de revente à perte. Ainsi, on note que près de 90% du recul du champagne dans ce circuit est attribuable au repli des ventes en promotion (-28 % en volume). La promotion ne représente plus que 42,4% des ventes de champagne en volume dans les grandes surfaces alimentaires, contre 49,5% en 2018 et 50,7% en 2017. Les champagnes positionnés en fond de rayon connaissent également un recul qui reste toutefois moins soutenu : les volumes reculent de 4,2%.

Recentrage sur le milieu de gamme

 Dans les hypers et supermarchés, les ventes de champagne se recentrent sur la tranche de prix située entre 12 et 20 euros (prix TTC payé par les consommateurs), qui représente désormais 56% des bouteilles vendues (contre 41% en 2018) et 45% du chiffre d’affaires. Les tranches de prix les plus basses, inférieures à 12 euros perdent 3 points de part de marché : elles ne représentent plus que 6% des ventes en volume et moins de 3% du chiffre d’affaires. Il faut cependant noter que les volumes de champagne vendus à plus de 20 euros perdent également 12 points de part de marché à 38% des volumes, mais ils restent majoritaires en valeur puisqu’ils représentent 52% du chiffre d’affaires.

Dans ce contexte, seules les marques de distributeurs semblent bénéficier de cette situation nouvelle : habituellement peu promotionnés, les volumes vendus progressent de 3,7% pour une croissance du chiffre d’affaires de 4,1%.

Source Comité Champagne 

NB : un petit mot pour signaler qu’il existe encore bien des promotions “sauvages” dans certaines grandes surfaces (8 euros TTC la bouteille tout dernièrement !!!) 

 

2 COMMENTS

  1. Je suis en formation de S.C.C. ( Sommelier Conseil Caviste) à l’Université du Vin de Suze-La-Rousse dans la Drôme et l’on voudrait me faire croire que l’on peut trouver du Champagne à 8 euros en G.D. ( Grande Distribution )…Du Champagne, certes, mais d’une qualité qui doit véritablement approchée la médiocrité la plus infâme qui soit.
    Honnêtement, si vous n’êtes pas prêt à dépenser au moins 17 euros pour une bouteille,alors mieux vaut boire encore un Crémant…Cela ne fait aucun doute chez moi, c’est clair et indéniable.

    • Je vous remercie de me lire, mais je suis complètement (mais en fait, un peu malheureusement) contre votre commentaire. Pourquoi “malheureusement” ? parce que la viticulture et la vinification en Champagne ont continué d’évoluer. Et franchement certains champagnes à moins de dix euros sont forts honnêtes (je redis malheureusement !!!!) Et on ne peut absolument pas se dire que ce champagne en promotion n’est pas bon. D’autant plus que chacun le sait en Champagne, les grandes surfaces se servent du champagne pour en faire un produit d’appel lors d’évènements annuels festifs Donc non, cela ne remplacera jamais un crémant fut-il très bon car ce n’est pas la même chose…(et il y en a de très bon bien évidemment). Mais je ne suis pas ni sommelier, ni caviste.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.