Le monde ne s’est pas arrêté dans la maison Deutz à Aÿ, même s’il tourne au ralenti. En attendant la fin du confinement, l’activité continue doucement mais sûrement dans les caves. Face à une nature particulièrement en avance cette année, et qu’aucun virus ne peut freiner, le travail est plus actif dans le vignoble…

Côté Vignoble, par Patrick Boivin, directeur du vignoble  et Cédric Georget, adjoint :

“Côté vignoble, la vigne ne connaît pas le COVID-19 et n’a pas arrêté son développement. L’activité est “normale” malgré la situation “anormale”. Nous avons dû aménager les postes de travail afin de respecter les gestes barrière. Dans la mesure du possible, les salariés travaillent seuls et nous évitons, autant que faire se peut les passages au hangar et le transfert du matériel d’une personne à une autre.

Le retour du beau temps depuis la mi-mars nous a permis de terminer sereinement les travaux de taille et de lierie et de rattraper le retard sur les travaux mécaniques : broyage, épandages de fertilisants et surtout travail du sol. Nous n’utilisons plus d’herbicide sur l’intégralité du vignoble, il faut donc remplacer le classique désherbage chimique par des passages mécaniques.

Les températures quasi estivales enregistrées depuis le début du mois d’avril ont permis de généraliser le débourrement de la vigne. Nous retiendrons une date moyenne aux alentours du 7 avril pour le chardonnay, du 9 avril pour le pinot noir et le 12 avril pour les meuniers toujours un peu plus tardifs. Soit, une petite semaine d’avance à ce stade par rapport à la moyenne décennale.  On observe aussi une grande hétérogénéité entre les parcelles. Ce décalage s’explique avec les dates de tailles, les parcelles taillées le plus tôt débourrant également plus tôt. Quoi qu’il en soit, et avec les températures actuelles, nous devrions avoir un rééquilibrage rapide.
Cette dernière semaine, les chantiers de plantation battent leur plein. Une première pour nous cette année, l’intégralité des parcelles a été installé au GPS centimétrique. Fini les décamètres, les cordeaux et le traditionnel traçage de carré. Une grosse partie du travail se fait maintenant sur l’ordinateur avant d’aller sur le terrain avec un gain en rapidité et surtout en précision.  Le moral des troupes est comme la météo, au beau fixe !”

(à gauche Etienne Défossé – directeur de zone export  (qui est venu donner un coup de main ) et Cédric Georget, adjoint au directeur de vignoble),

 

Côté Caves, par Michel Davesne (chef de caves)

 “Côté caves, l’activité a changé de façon drastique depuis le mardi 17 mars après-midi. Depuis cette date, elle a été concentrée les assemblages. Seuls le Deutz Brut Classic et le Deutz Rosé SA avait été assemblés avant le début du confinement.  Depuis ce sont tous les éléments de la gamme que nous avons pu réaliser. La cuvée Amour rosé 2019, qui marque la fin des assemblages, a été définie ce lundi 20 avril. En effet, en raison de la qualité des vins clairs de la récolte 2019, nous avons décidé d’élaborer la totalité de la gamme, y compris nos parcellaires d’Aÿ.

La nature nous a véritablement gâté l’an passé car les 3 cépages et l’ensemble des régions (que nous vinifions chez Deutz) ont donné des vins d’un très bon niveau qualitatif, avec un petit plus pour le meunier et le pinot noir.
Globalement, les vins de 2019 sont généreux, riches, fruités et dotés d’un superbe équilibre entre vinosité et fraîcheur, et d’une très belle longueur sur des finales acidulées et minérales.  Ceci laisse à penser que les 2019 auront un potentiel de garde très élevé !

Par ailleurs, les vins de réserve (essentiellement issus de la vendange 2018) se sont parfaitement intégrés avec les vins de l’année. Si bien que nos deux cuvées non millésimées (Deutz Brut Classic et Deutz Rosé SA) sont me semble-t-il, très prometteuses, parfaitement équilibrées et totalement dans l’esprit « Deutz ».
En raison du confinement, nous avons décidé de retarder le début du tirage de 2 semaines pour démarrer le lundi 4 mai, le temps de bien mettre en place toutes les mesures de sécurité nécessaires et repenser chaque poste en conséquence.”

La Côte Glacière à Aÿ, l’une des deux cuvées parcellaires de la maison Deutz en “Hommage à William Deutz” . (photo Michel Davesne)

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.