A l’occasion du déplacement en Champagne du Premier ministre, les co-présidents du Comité Champagne, Jean-Marie Barillère (UMC) et Maxime Toubart (SGV), ont rencontré Jean Castex à Châlons-en-Champagne. À l’occasion, ils ont salué le plan de relance gouvernemental et exprimé formellement les priorités champenoises à privilégier dans ce cadre. Des priorités traduites par un communiqué de presse du Comité Champagne, “parce qu’il incarne par excellence la joie de vivre, le champagne est le vin le plus impacté par les conséquences économiques et commerciales de la pandémie de COVID : les pertes anticipées dès 2020 devraient s’élever à plus d’un milliard d’euros. Pour passer le cap de l’année 2021, les vignerons et maisons de Champagne demandent un allègement des charges patronales des exploitants, qui ne sont pas éligibles au dispositif en vigueur.

Concernant la transition agroécologique, qui est au cœur du plan de relance gouvernemental, le Comité Champagne rappelle les ambitions de la Champagne notamment le « zéro herbicide » d’ici à 2025 et  les 100% des exploitations certifiées en 2030 .  En lien avec la Région Grand Est, le Champagne demande le soutien de l’Etat et de l’Union européenne pour accélérer cette transition par une aide à toute première certification environnementale.

Enfin, l’interprofession propose de compléter le plan de relance par une action résolue de soutien de la gastronomie française et de la restauration, qui sont déterminants pour son économie : la Champagne demande une mesure forte de relance de ce secteur sinistré par le confinement et une réouverture en demi-teinte. La vente de vin est un poste clé de l’équilibre financier des établissements : il est proposé d’appliquer à la vente de boissons alcooliques, comme c’est déjà le cas en Corse, le même taux que celui des prestations de restauration à consommer sur place, soit 10%.

Pour info : le Champagne représente 16 000 vignerons et 360 maisons, 5 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2019, dont plus de 3 milliards d’euros à l’export, ce qui équivaut à 22% en valeur des exportations de vins et spiritueux français. Le Champagne représente 30 000 emplois non délocalisables”.

Devenez Membre, soutenez La Champagne de Sophie Claeys ! 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.