Le réseau Matu a débuté officiellement le 3 août (lire ici). Etant coutumier d’accélérations imprévues officieusement, les premiers prélèvements réalisés, entre autres, par le Comité Champagne avant cette date, laissent présager des degrés déjà élevés. C’est le cas !

Comme je ne me lasse pas de le répéter et de l’écrire, le Réseau Matu et ses bénévoles sont une vraie chance pour la Champagne.  Ils permettent de déterminer grâce à une méthodologie pré-établie, le poids moyen des grappes, leur richesse en sucres, leur acidité totale, leur pourcentage de véraison, de maturation et de pourriture grise.

Donc au 3 août dernier, le degré moyen observé au vignoble est de 5,9 % vol (tous cépages et régions confondus). Cette valeur, déjà élevée pour un premier prélèvement à date, masque des disparités importantes entre cépages et régions. Le Pinot (PN) et le Meunier (MN)ont respectivement 2,1 et 1,8 % vol. d’avance sur le Chardonnay (CH). Le Chardonnay bénéficie toujours d’une dynamique de maturation très forte en fin de par- cours, mais cette année, l’écart est important. Ensuite au niveau des régions, le Pinot noir de la Côte des Bar a, en moyenne, une avance de 1,3 % vol. par rapport au Pinot marnais. Enfin, les degrés observés dans le Sézannais sont également très élevés, y compris pour le Chardonnay. Ce premier prélèvement est déjà surprenant mais le plus étonnant reste à venir !

Record absolu de l’évolution du degré potentiel

Puis la canicule s’installe et le réseau Matu s’emballe. 451 parcelles sont prélevées le 10 août. L’évolution moyenne hebdomadaire du degré potentiel sur l’ensemble du réseau est de + 2,2 % vol. C’est un record absolu ! Le précédent était détenu par le millésime 2019 avec + 2,0 % vol. lors de la première semaine de prélèvement. La dynamique du Chardonnay est très forte (+2,6 % vol.) mais celle du Pinot et du Meunier est également exceptionnelle (respectivement + 2,2 et + 2,1% vol.). L’écart entre cépages se comble mais il reste important au 10 août (CH : 7,1 % vol. ; PN : 8,8 % vol. ; MN : 8,4 % vol.).

Les grappes sont plutôt bien conformées et le poids moyen est plutôt élevé (CH 112 g; PN 115g; MN 114 g). La prise de poids hebdomadaire reste ce- pendant modérée (+ 8 g en moyenne tous cépages confondus). Le Chardonnay et le Meunier se comportent différemment du Pinot noir avec une prise de poids nettement plus marquée quelles que soient les régions (+ 11 g pour les CH et MN ; + 4 g pour les PN). La prise de degré exceptionnelle observée en 2020 est donc principale-ment liée aux températures favorables mais également à un phénomène de concentration, notamment sur Pinot noir.

A ce jour, aucun élément ne permet d’envisager un retournement de situation concernant la dynamique de maturation : les rendements sont moyens à élevés, le risque de pluies ou d’orages violents semble limité, la canicule se poursuit jusqu’à ce mercredi. Puis, la chaleur et le soleil seront présents avec des nuits plus fraîches. La progression devrait donc se poursuivre avec un rythme soutenu au moins jusqu’à lundi prochain. Il faut cependant noter que la contrainte hydrique, désormais élevée sur certains secteurs, peut induire des dynamiques plus faibles que la moyenne malgré la concentration. C’est le cas notamment sur certaines parcelles du Massif de Saint Thierry et de la Côte des Bar, mais aussi de quelques secteurs sur craie particulièrement peu arrosés (ex : Chouilly, Oiry). A ce stade, il ne s’agit pas encore de blocage à proprement parler. A l’échelle de la Cham- pagne, la charge en sucres (quantité de sucres dans les grappes x poids des grappes) ne marque pas d’infléchissement et est très dynamique, à l’image des 6 derniers millésimes.

Millésimes 2020 versus 2019

2020 est similaire au millésime 2019 que ce soit en termes analytiques ou cinétiques. La maturité et l’équilibre aromatique seront obtenus à des degrés élevés. Parmi les 10 dernières années, 2020 est le millésime avec le plus haut niveau d’acidité totale à degré équivalent. A ce titre, il est très proche de 2019. La chute d’acidité devrait se poursuivre dans les prochains jours avec notamment la dégradation de l’acide malique. Il faut également souligner que le taux de véraison est toujours en cours d’évolution. Avec 68 % de baies vérées pour un degré moyen de 8,1 % vol., il s’agit du plus faible taux enregistré sur les 10 dernières années, également proche de 2019.

Le degré potentiel ne doit donc pas être la seule clé de décision des dates de vendanges. Il ne s’agit pas de récolter des raisins simplement riches en sucres, mais des raisins mûrs ! Les niveaux de véraison et d’acidité, complétés par des informations plus subjectives telles que la dégustation des baies ou des jus, doivent permettre d’ajuster au mieux les dates pour cueillir des raisins au bon niveau de maturité. Le potentiel de maturation du millésime 2020 est élevé, une vendange précipitée peut être source d’arômes végétaux et d’un déséquilibre des moûts néfastes à la qualité des vins.

Excellent état sanitaire

L’état sanitaire à l’échelle de la Champagne est globalement excellent. Les pourritures, qu’elles soient grise ou acide, sont à ce stade absentes du vignoble. Sur le réseau des préleveurs, aucune parcelle n’a été signalée avec présence de pourritures. Avec le retour de quelques épisodes orageux et d’averses, la situation pourrait toutefois évoluer, sans pour autant exploser. L’état sanitaire de la vendange devrait, a priori, être d’un très bon niveau.

L’épidémie d’oïdium est stabilisée depuis le début véraison mais les symptômes restent présents. Il est important d’identifier, dès maintenant, les sites touchés pour prendre les dispositions nécessaires au moment des vendanges, comme le tri, la non-cueillette ou l’élimination des grappes les plus touchées avant la récolte de la parcelle. A la véraison, cette maladie est particulièrement difficile à diagnostiquer. Les niveaux d’attaques relevés sur le réseau Matu sont également très proches de ceux observés en 2019.

Pour tenir compte de la forte dynamique de maturation, de la précocité de certains secteurs (Côte des Bar et Sézannais) et afin de faciliter l’organisation de la cueillette, la réunion de fixation des dates de vendanges a été avancée au samedi 15 août à 10h30à l salle des fêtes de Chouilly. (lire ici)

(source Réseau Matu Comité Champagne)

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.