Accueil VIGNOBLE Famille Moutard : Alambic, distillation et andouillette de Troyes

Famille Moutard : Alambic, distillation et andouillette de Troyes

Cela se passait dans l’Aube. Dry Gin (fine champenoise triple distillation, genièvre et prunelle sauvage), vodka (triple distillation de fine champenoise), whisky (avec fermentation du brassin de malt dans le village de Buxeuil)… Oui tout cela se passe bien en Champagne,et cela fait plus de 100 ans que ce savoir-faire se transmet de génération en génération. Distillation dans 5 alambics traditionnels à repasse, vieillissement en fût de ratafia champenois… La famille Moutard, au delà de son expertise reconnue dans le Champagne – notamment avec ses vieux cépages en sélection massale, dont l’Arbane et le Petit Meslier -, maîtrise également l’art de produire des spiritueux et sait le faire en toute convivialité.

Ainsi au cœur de la Distillerie 1892 – c’est la date de création de ce lieu -une fois par an, François Moutard (le père), Alexandre et Benoit (la nouvelle génération qui a décidé de relancer les spiritueux maison en Champagne) aiment à organiser leur traditionnel déjeuner avec quelques épris du terroir au cœur de la distillerie dans laquelle ils élaborent en cette saison leur whisky, vodka et autres marcs champenois (dont l’Extra Old Pinot Noir issu de la collaboration avec le chef Arnaud Lallement de l’Assiette Champenoise). Au menu, un casse-croûte de produits choisis : saucisse de Morteau, andouillette de Troyes farcie au chaource, légumes de saison… le tout cuit pendant plus de trois heures directement dans l’alambic.

Ce moment hors du temps voulait également faire ressurgir un savoir-faire ancestral, des idées que l’on redécouvre aujourd’hui. Car cette distillerie artisanale et familiale a une véritable approche circulaire et écoresponsable : cela en fait un des seuls domaines enChampagne qui démarre son travail à la vigne pour le poursuivre en distillerie avant de réintégrer – en bout de chaîne – tous ses composts dans son vignoble en propriété et préparer ainsi un nouveau cycle de végétation. Une approche visionnaire célébrée autour d’un repas tel qu’on pouvait l’imaginer déjà ici, en 1892.

Clin d’oeil en vidéo


Soutenez La Champagne de Sophie Claeys !

Article précedentLa semaine dans les galipes en Champagne (du 14 au 19 février)
Article suivantLes jolis stylos en bois de Benoit (Champagne Benoit Munier)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.