Pour l’exercice 2020/21, Pernod Ricard anticipe un environnement qui restera volatile et incertain, en particulier en raison du contexte sanitaire et de ses conséquences potentielles sur les moments de convivialité, ainsi qu’un environnement économique difficile. Nous attendons un ralentissement durable pour le Travel Retail, mais une bonne résilience du Off-trade aux Etats-Unis et en Europe, ainsi qu’une reprise progressive en Chine, en Inde et pour le On-trade dans le monde ” a déclaré Alexandre Ricard, président du groupe Pernod Ricard lors de l’annonce des résultats 2019/2020 il y a quelques heures.

 Le chiffre d’affaires pour l’exercice 2019/20  du groupe Pernod- Ricard s’élève à 8 448 M€, en décroissance interne de -9,5% (-8,0% en facial), incluant un effet de change favorable principalement dû à l’appréciation du Dollar américain vs l’Euro.

La croissance du chiffre d’affaires au S1 était solide mais le S2 a été impacté par l’épidémie de Covid-19. Par région, le chiffre d’affaires 2019/20 s’explique par :

Amérique : -6%, avec une bonne résilience aux Etats-Unis2 et une croissance modeste au Canada, mais un déclin à deux chiffres de l’activité en Amérique Latine et pour le Travel Retail.

Asie/Reste du Monde : -14%, principalement dû à la Chine, l’Inde et le Travel Retail, avec une base de comparaison élevée

Europe : -6%, bonne résilience dans l’ensemble, avec l’Allemagne, le Royaume-Uni et l’Europe de l’Est en croissance, mais le Travel Retail, l’Espagne et la France en recul.

Les principales catégories ont été affectées par la pandémie, mais bonne performance des marques :

Marques Stratégiques Internationales : -10%, après une croissance diversifiée au S1, dû principalement à Martell, Chivas Regal, Absolut et Ballantine’s

Marques Stratégiques Locales : -9%, en croissance modeste sur les 9 premiers mois, mais fort recul sur le T4, principalement dû aux Whiskies Indiens Seagram’s, et amplifié par une base de comparaison élevé

Marques Specialty : +7%, malgré l’épidémie de Covid-19, croissance dynamique de Lillet, Altos et Redbreast, grâce à une exposition géographique plus favorable

Vins Stratégiques : -4%, principalement dû à Jacob’s Creek, et malgré la croissance de Campo Viejo.

Le chiffre d’affaires pour le T4 de l’exercice 2019/20 s’élève à 1 238 M€, en décroissance interne de -36,2% (-37,9% en facial), fortement affecté par la progression du Covid-19 dans le monde, en particulier le Travel Retail et le On-Trade. Le Off-Trade a mieux résisté que prévu, notamment aux Etats-Unis et en Europe.

Tout en poursuivant le plan de transformation à long terme, le S2 a été marqué par une gestion active de la crise sanitaire :

  • Priorité donnée à la santé et à la sécurité des collaborateurs et partenaires commerciaux
  • Niveau de stocks sain à fin juin, grâce à une bonne gestion de la demande et au maintien des chaines d’approvisionnement
  • Gestion active des ressources et réduction des coûts, en réponse à la crise sanitaire
  • Poursuite de l afeuille de route 2030 Sustainability & Responsibility, tout en développant de nouvelles mesures d’accompagnement pour l’ensemble des parties prenantes pendant la crise
  • Déploiement de la transformation digitale, finalisation du projet Reconquête pour renouer avec la croissance sur le marché français et réorganisation de l’activité vin pour redynamiser la croissance

Sur l’exercice 2019/20, Pernod Ricard a gagné ou maintenu ses parts de marché dans ses 10 principaux marchés.

RESULTATS

La performance au S1 a été solide, avec une croissance interne du ROC de +4,3%, sur une base de comparaison élevée (+12,8% de croissance interne au S1 de l’exercice 2018/19), illustrant le succès du plan stratégique Transform & Accelerate.

En raison de l’impact de l’épidémie de Covid-19 sur le S2, le ROC de l’exercice 2019/20 s’élève à

2 260 M€, en décroissance interne de -13,7% et -12,4% en facial.

La diminution du taux de marge opérationnelle courant est limitée à -131pdb en croissance interne grâce à : Une bonne résistance de l’effet prix sur les Marques Stratégiques : +1%

  • La marge brute en déclin -140pdb :
    • Un mix négatif sur les Marques Stratégiques Internationales, principalement lié à Martell et Chivas Regal
    • Une évolution défavorable des coûtants, en particulier l’agave et l’alcool de grain neutre GNS en Inde, une absorption plus faible des coûts fixes, malgré des économies liées aux initiatives d’excellence opérationnelle
  • Les investissements publi-promotionnels : +88pdb, grâce à la mise en place d’un plan d’envergure pour réduire les coûts au S2
  • Les coûts de Structure : -79pdb, dû à une moindre absorption des coûts fixes liée au déclin du chiffre d’affaires, en dépit d’une stricte discipline sur les coûts.

Le taux d’impôt 2019/20 sur les bénéfices courants est d’environ 24%, vs 26% pour l’exercice 2018/19.

Le résultat net courant part du Groupe s’élève à 1 439 M€, en décroissance de -13% par rapport à l’exercice 2018/19 et le résultat net part du Groupe s’élève à 329 M€, en décroissance de -77% par rapport à l’exercice 2018/19, dû à des dépréciations d’actifs d’1Md€ déclenchées par le Covid-19, en particulier sur la marque Absolut (912 M€ en montant brut, 702 M€ net d’impôts).

FREE CASH FLOW ET DETTE

Le Free Cash Flow courant s’élève à 1 003 M€, reflétant l’impact du Covid-19.

Le coût moyen de la dette est de 3,6% vs 3,9% sur l’exercice 2018/19. Les taux plus faibles sur les nouvelles obligations émises ne sont pas pleinement reflétés sur l’exercice 2019/20.

La gestion du Cash a été active et la position de liquidité renforcée, grâce aux émissions obligataires et à une nouvelle ligne de crédit. La position de liquidité au 30 juin 2020 s’élève à 5,3 Mds€, dont 3,4 Mds€ de lignes de crédit disponibles et non tirées.

Le gestion active du portefeuille s’est poursuivie tout au long de l’année, avec les transactions Italicus, KI NO BI et la vente de Café de Paris au S2.

La Dette nette a augmenté de 1 804 M€1 vs le 30 Juin 2019 et s’élève à 8 424 M€, en raison d’un Free Cash Flow plus faible, d’une augmentation du cash-out liée aux acquisitions, d’un rachat d’actions pour un montant de 523 M€ (exécuté avant la suspension du programme en avril), d’une augmentation du taux de distribution de dividendes à c. 50% (vs 41% sur l’exercice 2018/19), d’une augmentation des dettes locatives suite à la mise en place de la norme IFRS 16, et d’un effet devises défavorable principalement dû à l’évolution de l’Euro par rapport au Dollar américain. Le ratio Dette nette/EBITDA à taux moyens est de 3,22 au 30 juin 2020. Un dividende de 2,66€ est proposé au vote de l’Assemblée Générale le 27 novembre 2020.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.