Selon son communiqué, la filière Bio Grand Est veut mettre en avant  la viticulture bio. Ainsi pour soutenir et encourager le développement de la viticulture bio en Champagne, différents acteurs majeurs du territoire se sont mobilisés. Ce projet est porté par Bio en Grand Est et l’ACB (Association des Champagne Biologique), et inclut différents acteurs du Champagne tels que le Centre Nicolas Feuillatte, la distillerie Jean Goyard…

L’objectif de ce projet est de développer et structurer la filière Champagne Bio qui manque encore de visibilité malgré son fort développement récent. Actuellement, plus de 3% du vignoble champenois est en bio et le nombre de conversions ne fait qu’augmenter. Cette structuration de filière répond non seulement à une demande des consommateurs, mais aussi à l’attente de transformateurs à la recherche de volumes suffisants pour développer ce nouveau créneau.

Pour une durée de 2 ans, cet écosystème professionnel a pour objectif de mener de multiples études et actions technico-économiques présentées afin de développer la viticulture biologique en Champagne, en particulier sur les zones à enjeu “eau”. Ainsi de nombreuses actions pour développer le maillage de pressurage et de vinification bio vont être menées. Des accompagnement à la conversion vont également être mis en place. Des études sur les champagnes bio, les coûts de production et le prix des raisins bio seront lancées pour mieux acquérir des références technico-économiques.

Toujours selon ce communiqué,  la Champagne représente 34 000 ha de vignoble dont 5 800 ha en AAC (Aire d’alimentation de captage). L’analyse de l’eau captée sur ces zones révèle la dégradation de près de 70% des captages par la présence de produits phytosanitaires (source AESN 2019).

Devenez membre pour soutenir  La Champagne de Sophie Claeys

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.