Affiche de 1952 de Nikolaï Martynov

Za vashe zdorovie !* Depuis ce matin, les rédactions s’affolent pour une info parue en « exclusivité » dans Terre de Vins « ’l’interprofession champenoise a décidé de lever le 15 septembre la suspension des expéditions vers la Russie (lire ici). Celle-ci avait été demandée à la suite de l’interdiction faite aux Champenois d’utiliser la traduction du terme champagne sur leurs contre-étiquettes. Elle estime par ce moyen avoir réussi à éveiller les consciences et être parvenue à mobiliser les gouvernements. Elle n’entend pas pénaliser plus longtemps sa clientèle ». Certes, cette interdiction traitée « d’embargo » par certains a sûrement éveillé les consciences, mais surtout elle a permis à chacun de donner le temps pour se mettre en règle avec la nouvelle législation russe (lire ici) . Car pour l’instant, si effectivement trois courriers ont été envoyés cet été par les ministres de l’Agriculture, du Commerce extérieur et des Affaires étrangères à leurs homologues russes pour une suspension de cette législation, ces courriers sont pour l’instant restés sans réelles réponses. Est-ce un vrai problème puisque comme le souligne Terre de vins : « On notera que les étiquettes principales resteront inchangées faisant toujours apparaître le nom “Champagne” en caractères latins. En revanche, sur la contre-étiquette, devra figurer à la place du terme “Shampagnskoe”, la mention “Vin mousseux” traduite en russe. Sera également inscrit en russe “Région de Champagne, France”.

Parallèlement, les ventes pour les fêtes de fin d’année, elles, se concrétisent clairement, et rappelons-le la Russie est le 15e marché en termes d’expéditions champenoises avec 1,9 million de bouteilles pour un chiffre d’affaires de 35 millions d’euros. Ceci expliquant peut-être cela !

*À votre santé en russe


Soutenez La Champagne de Sophie Claeys ! 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.