Malgré une acidité encore présente, la qualité est « globalement » satisfaisante pour la vendange 2019

Le Réseau Matu  et ses bénévoles sont une vraie chance pour la Champagne.  Comme une espèce de vigie de vendange permettant de déterminer grâce à une méthodologie pré-établie, le poids moyen des grappes, leur richesse en sucres, leur acidité totale, leur pourcentage de véraison -de maturation et de pourriture grise.

Les prélèvements du Réseau Matu ont débuté le 19 août dernier ( 237 parcelles renseignées lors du premier prélèvement et 484 le 26 août), les degrés sont déjà élevés (chardonnay, 5,1 % vol. ; pinot noir, 6,4 % vol. ; meunier  5,8 % vol.), l’acidité aussi, mais c’est la suite va se révéler surprenante. L’arrivée de cette troisième vague de chaleur prévue jusqu’au 31 août provoque une dynamique de maturation inédite. Entre le 19 et le 26 août, la prise de degré est exceptionnelle (chardonnay  +2,6 % vol. ; pinot noir  +1,8 % vol. ; meunier +1,9 % vol.) . Pourtant le poids des grappes progresse correctement même s’il reste en dessous des prévisions. Le millerandage et l’échaudage de juillet en sont les principales causes (chardonnay 98 gr ; pinot noir, 114 gr ; meunier,112 gr).  La dynamique de charge en sucres (est forte. A l’échelle des petites régions, la Côte des Bar et Montgueux, le Sézannais, le Vitryat et dans une moindre mesure la Grande vallée de la Marne, la montagne de Reims et la Côte des blancs se distinguent par des degrés ou une dynamique de maturation plus élevés que la moyenne.

A ce jour, aucun élément ne permet d’envisager un retournement de situation : les rendements sont moyens, la contrainte hydrique est faible à modérée, la chaleur et le soleil sont présents, les nuits sont fraîches et le risque de pluies ou d’orages est limité. La dynamique de maturation devrait donc se poursuivre au moins jusqu’à lundi prochain.

Et l’acidité

Au 26 août, le degré potentiel est élevé  mais le niveau d’acidité totale est également très élevé. Parmi les 10 dernières années, 2019 est le millésime avec le plus haut niveau d’acidité totale à degré équivalent.  Cependant, la chute d’acidité devrait être assez conséquente dans les prochains jours avec notamment la dégradation de l’acide malique suite aux fortes chaleurs. Il faut également noter que le taux de véraison est toujours en cours d’évolution. Avec 65 % de baies vérées, il s’agit du plus faible taux enregistré sur les 10 dernières années, à degré équivalent. Le degré potentiel ne doit donc pas être la seule clé de décision des dates de vendanges. Les niveaux de véraison et d ’acidité complétés par des informations plus subjectives telles que la dégustation des baies ou des jus doivent  permettre d’ajuster au mieux les dates pour cueillir des raisins au bon niveau de maturité. Le potentiel de maturation du millésime 2019 est élevé, une vendange précipitée peut être source d’arômes végétaux et d’un déséquilibre des moûts néfastes à la qualité des vins.

Qualité satisfaisante

La qualité sanitaire est satisfaisante. L’épidémie d’oïdium est stabilisée depuis le début véraison mais les symptômes restent présents. Il est important d ’identifier dès maintenant les sites touchés pour prendre les dispositions nécessaires au moment des vendanges, comme le tri, la non – cueillette ou l ’élimination des grappes les plus touchées avant récolte. A la véraison, cette maladie est particulièrement difficile à diagnostiquer. La fréquence de pourriture grise est faible quels que soient les cépages. Lors du dernier prélèvement, seule une vingtaine de parcelles sur 450 dépassent 20 % de fréquence en Botrytis sur le réseau matu. Cette fréquence ne devrait pas évoluer au regard de la météo annoncée. A noter cette année, les blancs ne sont pas indemnes. Dans tous les cas, le millésime 2019 est à ce stade globalement sain. Toutefois, certaines parcelles touchées par l’oïdium ou les pourritures devront faire l’objet d’une attention particulière lors de la cueillette.

Le calendrier

Du jeudi 29 au vendredi 30 août matin : réunions communales et intercommunales pour proposer les dates d’ouverture de vendanges harmonisées.

Avant vendredi 30 août 12 heures :  le délégué régional de l’AVC communique les dates d’ouverture souhaitées au Comité Champagne.

Vendredi 30 août 16 h 30  : commission vendange du Comité Champagne élargie aux délégués régionaux : elle expertise les dates proposées sur la base des données du réseau Matu complétées par d’autres sources (maisons de Champagne, coopératives, vignerons, …). En cas de désaccord, la commission se concerte avec le délégué régional concerné pour trouver un consensus.

Samedi 31 août 10 h 30  :  réunion de publication du ban des vendanges avec les correspondants et délégués régionaux de l’AVC. Validation définitive des dates proposées par la commission.

Samedi 31 août 12 heures : publication du ban des vendanges sur le site du Comité Champagne et du SGV, transmission aux services de l’INAO puis au puis au Préfet.

Vendredi  6 septembre 10 h 30  : Comité régional de l’INAO. (

(source Réseau Matu)

Print Friendly, PDF & Email

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.