Le fanstame du « Premier coup de sécateur » en Champagne, attention le compte à rebours a commencé !

(photo Comité Champagne)

Qui va faire la une du journal ? Qui va faire son plus beau sourire, sécateur dans une, grappe de raisins dans l’autre ? Et oui voici venu le joli temps du « premier coup de sécateur » en Champagne. Un délicieux moment clé médiatique. Celui  de mettre en avant le vigneron qui va « inaugurer » la vendange. Celle de 2019 n’échappera pas à la règle. C’est la seconde fois que je mets ce sujet en exergue, donc il est sensiblement identique à celui de l’année dernière, car comme les premiers coups de sécateurs c’est un peu tous les ans la même chose.

Coco ! Le premier coup de sécateur en Champagne, ça marche toujours ! Lors de mes premiers reportages sur les vendanges, hardi-petit, je me suis lancée à la quête de ce  fameux premier coup de cisaille dans les galipes. Interrogeant des vignerons, appelant maintes fois au CIVC  (à l’époque où il ne s’appelait pas encore le Comité Champagne) pour obtenir l’info sur les dérogations, cherchant à tout prix à trouver l’oiseau rare qui mettra le premier sa grappe de raisins dans un panier (maintenant c’est plus facile, tu passes en direct avec le vigneron via les réseaux sociaux) . Au fil des années je me suis aperçue que ce premier coup de sécateur était souvent lié à la maturité de très jeunes ou très vieilles vignes. Un épiphénomène ! Et pourtant devenu sacralisé par les médias,  ce premier coup de sécateur est un vrai piège pour un journaliste. Car une fois obtenu ce scoop de grande envergure, il faut attendre le ..second coup de sécateur. Et le plus souvent, celui-ci  arrive une bonne semaine après…Quand le coeur des vendanges démarrent vraiment. Et bien sûr, le rédacteur en chef hautement qualifié ne peut donc pas compter sur des reportages télé ou photos montrant l’intense activité de centaine de vendangeurs dans les vignes.

Bref, vous l’avez compris le premier coup de sécateur est un faux ami. Mais pas pour tout le monde,  en Champagne, ce moment de « grâce » permet de se faire connaître très vite, très haut et très fort…à moindre coût.   Le dernier en date, the last but not the least, est notre ami Jacques Beaufort, (champagne André Beaufort). Pour ceux qui ne le connaissent pas, Jacques Beaufort a été l’un des premiers pèlerins du bio en Champagne. Son domaine est soigné avec des huiles essentielles et cultivées selon les règles de l’homéopathie.  Là aussi, c’est un épiphénomène champenois. Mais c’est bien chez lui  le 17 août 2018  que TF1, France 2, France 3, le Figaro, l’union et autres médias ont décidé de se rendre pour marquer le départ des vendanges en Champagne.  Qui concerne près de 15 800 vignerons et 320 maisons de champagne sur 278 000 parcelles. Soit dit l’image que l’on veut, c’est celle du premier coup de sécateur ! On prend ce qu’il y a à prendre !

Print Friendly, PDF & Email

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.