À fin novembre sur douze mois glissants, les expéditions de champagne se monteraient à 296 millions de bouteilles, dont  environ près de  trois millions de cols d’avance ( deux millions aux USA, un million en Grande Bretagne) en stock dans des entrepôts. Principe de précaution oblige (et malgré la grève des transports et les ports bloqués à l’instar de Marseille hier), par containers entiers (environ 10 000 col chacun), des bouteilles de champagne sont envoyées outre-Atlantique ( et en Angleterre) depuis déjà quelques mois. Une démarche qui s’accélère encore depuis les annonces de la prochaine liste taxée par l’administration Trump (lire ici).

Face aux différentes Taxe GAFA, Taxe Airbus, la Champagne, particulièrement les plus gros exportateurs, fait du stock dans ses  filiales américaines. Une logique de sauvegarde commerciale d’autant que  le premier marché en valeur que sont les USA pèsent 577  millions d’euros sur le chiffre d’affaires du champagne. Mais une logique qui est à double tranchant car, que cela soit en volume ou en valeur, les chiffres des expéditions de champagne de l’année 2019 pourraient être tronqués. La hausse des ces derniers pour cette fin 2019 entraîneraient alors une forte baisse des expéditions en début d’année 2020. Une situation qui pourrait se répercuter sur le secteur amont de la champagne en terme de “rendement marché” lors des prochaines vendanges.  Ni vendus, ni consommés pour l’instant, ces millions de cols sont ainsi stockés en sell in. Et le “sell out”  reste à espérer d’ici le 31 décembre.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.