Accueil Filière Champagne Vranken-Pommery Monopole/Université de Reims Champagne-Ardenne : étude sur les AOP/IGP viticoles ...

Vranken-Pommery Monopole/Université de Reims Champagne-Ardenne : étude sur les AOP/IGP viticoles et le changement climatique

©La Champagne de Sophie Claeys

Conscients de l’importance fondamentale de la question du changement climatique, le groupe Vranken-Pommery Monopole et l’Université de Reims Champagne-Ardenne, aux côtés du Comité Européen des Entreprises Vin (CEEV) unissent leurs forces autour d’un projet novateur : « Les AOP/IGP vitivinicoles à l’épreuve du changement climatique : étude sur les mutations réglementaires en France et en Europe ».

Cette étude, menée par Guillaume Moreno, doctorant au sein du Centre de Recherche Droit et Territoire (CRDT -EA 3312) de l’Université de Reims Champagne-Ardenne, permettra d’apporter des réponses concrètes à un défi majeur de l’époque, et notamment pour le secteur vitivinicole.

En effet, les solutions techniques pour l’adaptation des vignobles au changement climatique ne peuvent être appliquées sans un encadrement juridique adéquat, proposé aux autorités publiques et au monde professionnel. D’autres acteurs sont mobilisés dans la réussite de cette étude : le Comité Européen des Entreprises Vin, le laboratoire RIBP, Résistance Induite et Bioprotection des Plantes de l’URCA et l’Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV) qui donnent accès au doctorant, à des informations précises sur l’impact du changement climatique sur le vignoble. Cette interdisciplinarité est favorisée par l’implication de l’Institut Georges Chappaz de la vigne et du vin en Champagne, qui répond à sa mission fédératrice en coordonnant le dialogue entre les différents acteurs universitaires et professionnels.

Résumé de l’étude : « La filière vitivinicole contribue incontestablement à la prospérité économique française et plus largement européenne, et avec elle une signature singulière : la notion de terroir. Ses différents paramètres que sont la qualité, la typicité, l’origine géographique ainsi que les méthodes de production et qui justifient la création d’un tel système sont aujourd’hui réglementés à travers le cahier des charges, outil juridique régit par le droit européen et sont directement menacés par le phénomène de changement climatique. Si les « vignobles du Sud » sont particulièrement exposés à ce phénomène, de plus en plus, les « vignobles septentrionaux » tels que la Champagne, subissent également ces mutations, différemment. C’est le système d’AOP, dans son ensemble, qui est aujourd’hui, défié ».

Le comité de pilotage du projet est composé de Clément Pierlot, chef de caves, Champagne Pommery, de Caroline Rondeaux juriste, Vranken-Pommery Monopole et de Théodore Georgopoulos, directeur du Programme Vin & Droit – Chaire Jean Monet, président de l’Institut Georges Chappaz de la vigne et du vin en Champagne (directeur de thèse).


Soutenez La Champagne de Sophie Claeys ! 

Article précedentOn stoppe les éditions sleeves chez Canard-Duchêne pour Reforest’action
Article suivantAvec Deutz’ Berceau Vinothèque Wines, le Champagne Deutz lance son oenothèque

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.