Tout le monde en parle ce matin dans les journaux nationaux. Le fameux rapport de l’association “Alerte aux toxiques. Clairement une attaque en règle que l’on pourrait qualifier d’outrancière contre la certification HVE que cette association semble trouver un  peu “ligth” ! Pousse-t-on le bouchon un peu trop loin !

Et comme pour une fois, on ne parle pas de “masques et autres cas-contacts”,  le “buzz” a même dépassé les frontières. Ainsi selon mon confrère et ami, Marc Vanel sur son site (l’actualité du vin en Belgique et à l’étranger), l’association Alerte aux Toxiques a été, “fondée en 2016 à l’initiative de Valérie Murat, l’association française “Alerte aux Toxiques” informe et sensibilise aux dangers liés à l’utilisation de pesticides de synthèse dans la viticulture. Depuis 2018, elle fait analyser les résidus de pesticides dans le vin par un laboratoire agréé pour mettre en lumière la réalité des pratiques. Un financement participatif mis en place cette année lui a permis de récolter 5000 euros auprès de 155 donateurs et de faire analyser une nouvelle série de vins, tous labellisés “Haute valeur environnementale”.

Pour faire bref, l’association met en cause une vingtaine de vins certifiés HVE,  et indique, que pour « Alerte aux toxiques », « c’est un habillage pour la viticulture qui repose sur la chimie de synthèse, auparavant nommée pudiquement « agriculture raisonnée » qui cherche à rassurer les consommateurs, à « verdir » son image pour se démarquer sur le marché. (…) HVE n’est même pas une démarche de transition vers des pratiques respectueuses de la santé de l’homme et de l’environnement, du producteur au consommateur, mais uniquement un outil de marketing et de communication. » (Communiqué entier ici)

En réponse à ce communiqué, le CIVB (Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux) a, selon France Bleu Gironde, transmis le dossier à son avocat et se réserve la possibilité de porter plainte pour diffamation. Contacté, bien au courant, le Comité Champagne est en lien avec toutes les interprofessions des régions viticoles concernées pour évaluer ce dossier.

 

 

3 COMMENTS

  1. Bonsoir,
    Pourquoi tout le temps vouloir ne pas reconnaître les efforts faits par la profession et systématiquement la clasher par idéologie d’une agriculture sans pesticides de synthèse alors que rien ne prouve qu’elle est plus nocive qu’une agriculture Bio utilisant des pesticides dit ” naturel” …que vous en ayez contre la chimie ,soit ! J espère juste que lorsque vous avez une migraine ou autre ,vous n absorbez pas de paracétamol ou ….

  2. Je pense que le même sort sera reservé à la VDC. Mêmes causes ,mêmes effets. Des sigles très prometteurs et pas grand chose de changé dans le coktail de molécules utilisées donc à l’analyse nous nous faisons rattrapper par la patrouille. Ensuite quand il faut remonter la pente de la crédibilité,nous avons un tel boulet que la mission se complique toujours un peu plus;Chirac disait plus c’est gros plus ça passe,cette époque est révolue

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.