Covid 19 : plus de bisous et de shake-hands en Champagne !

Le plus souvent, la veille du week-end,  je rédige un post à propos d’une petite histoire “people” pour faire briller vos yeux avec des stars. Aujourd’hui l’ambiance générale particulièrement “plombante” (sans oublier le temps) est pourrie,  les étoiles me semblent bien ternes. De fait, “le virus ne circule pas tout seul, c’est l’homme, porteur du virus, qui circule” dit la doctrine nationale.  Et pourtant on peut encore sourire …Il suffit de voir notre air emprunté devant une situation qui nous dépasse : on ne peut plus se faire la bise ! Ni même se serrer la main. Un crève-coeur, car rappelons-le parfois en Champagne-Ardenne, c’est “quatre bises !”

Si on suit les recommandations du ministère des Solidarités et de la Santé face au Coronavirus COVID-19, les gestes dit “barrières” sont clairs :  se laver les mains très régulièrement; Tousser ou éternuer dans son coude. Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades. Et les Champenois suivent ces préceptes à la lettre.  A raison, sachant que les salariés, visiteurs, distributeurs, journalistes …viennent ou ont été à l’Etranger, mieux vaut prévenir…

Outre le salon  Prowein reporté, les voyages (et James Bond !) ajourné ou les flux logistiques ralentis, il faut penser à la vie de l’entreprise et dans l’entreprise “Champagne”.  Ainsi j’ai assisté à une soirée où les hôtes faisaient de leur mieux pour éviter les embrassades en jouant du coude ou du pied pour saluer près de cent journalistes venus du monde entier,  “les ordres sont donnés d’en haut”  dit-on. On veut bien les croire (en espérant que ce n’est pas du très très haut ! ). Certains maisons ont annulé des voyages voire défendu à leurs cadres de voyager. Bien sûr pour éviter qu’ils tombent malade, mais pour éviter également qu’à leur retour, certains restés “au pays” évoquent alors un droit de retrait. Et  si on passe au stade 3, il faudra alors aussi penser “notre” Printemps des Champagnes (c’est en avril prochain) avec sa vingtaine de manifestations, car à ce niveau-là,  les rassemblements et des activités collectives pourraient, peut-être, être restreints. Je  l’ai évoqué en début d’article, : ce n’est pas la joie ! Mais je vous fais un gros bisous via mon clavier (que je viens de nettoyer…)

NB : ne maîtrisant pas les aléas et mystères de l’informatique, il est évident que les articles « similaires » ne sont pas en rapport avec mon post ! Ça va mieux en le disant !!!

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.