Une dégustation d’un champagne où le terroir de la Champagne « sableuse » prend toute son ampleur. Dixième génération de vigneron de la famille, installé à Pouillon sur le massif de Saint-Thierry depuis 1994 a quitté la coopérative de la commune (fondée en autre par son grand-père) pour se lancer, « depuis 2002, je mets en valeur mon terroir, celui du sol sableux du massif ». Et il y met du cœur à l’ouvrage. Il faut dire que le bonhomme est sympathique, dynamique et amoureux de son patrimoine (c’est également un bon cuisinier, regarder son profil Facebook). Dont le fer de lance est le pinot meunier. Je le connais depuis… longtemps puisque j’ai déjà rédigé des articles sur son travail sur un autre support journalistique. Car l’histoire est là. Depuis 2002, David Bourdaire se pose des questions sur son l’évolution de ses vignes et de ses vins. Sans cesse il se remet en cause pour mieux avancer et développer sa marque, le champagne Bourdaire-Gallois.  Ainsi son vignoble de 6, 5 ha est composé à 85 % de meunier  10 % de chardonnay, avec un âge moyen de 49 ans. Il est certifié bio depuis 2020. Précurseur pour la confusion sexuelle, les vignes sont enherbées et, dans la mesure du possible, il essaie de ne travailler que sous les rangs.

David Bourdaire revendique un champagne fortement marqué par son terroir d’origine. Une petite production soignée de 20 000 bouteilles, dont 70 % partent à l’export (même si cela n’a guère été facile pour cause de Covid), particulièrement au Japon, un pays que David Bourdaire apprécie, et pour cause, ses champagnes, qui sont en extra-brut sans dosage, s’y vendent bien. À la maison, nous avons dégusté sa gamme composée d’un Brut Tradition, Brut Rosé, Brut Réserve, Brut Symphonie Prestige, Brut Blanc de Blancs, Brut Millésimé. Chaque cuvée dont toutes (hormis le blanc de blancs bien sûr ! ) sont majoritairement à base de meunier et/ou à égal avec le pinot noir. Structuré, complexe et salin, l’univers organoleptique du champagne Bourdaire-Gallois est lié au terroir, et c’est bien grâce à ce sous-sol riche en sable et en silice que ses vins dégagent une fraîcheur et une sapidité remarquables.


Soutenez La Champagne de Sophie Claeys ! 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.