Flavien Rutat (Champagne René Rutat)

C’est le petit « crush » de la semaine. Une découverte, une pépite, un coup de cœur… Une rencontre avec Flavien Rutat. Ce jeune vigneron a repris l’exploitation familiale, le Champagne René Rutat, avec son frère Baptiste en 2018. Une exploitation tenue par son père Michel, qui la tenait lui-même de son père René. Jusque-là rien de très nouveau : les successions de père en fils ou filles sont d’usage en Champagne.  « Quand nous avons repris, nous avons concrétisé un rêve de mon père. Celui-ci n’utilisait plus de désherbants depuis des années, il voulait aller plus loin, et évoquait de passer la certification en bio. Mais sur 7 hectares tout seul, c’était compliqué à réaliser » explique Flavien Rutat Les frères Rutat sont de bons fils, et ont exaucé le vœu de leur père en l’aidant à obtenir le fameux label. Chose faite en 2019. La reconnaissance « AB », c’est bien, faut-il encore l’utiliser au mieux pour élaborer un bon champagne. Là aussi, c’est chose faite.

Le terroir de Vertus

L’exploitation se situe à Vertus. Le terroir est connu et reconnu, déjà bien revendiqué par quelques viticulteurs de talent (Larmandier Bernier, Veuve Fourny, Colin, Docquet… et j’en oublie c’est sûr ! ) qui expriment bien ses qualités. Vertus est un Premier cru de chardonnay de la Côte des Blancs à forte personnalité. Et c’est bien cette personnalité que Baptiste et Flavien veulent mettre en valeur avec des blancs de blancs aromatiques, gourmands et élégants. Que cela soit en BSA, en Grande Réserve ou en millésime (vins d’avant certification), peu ou prou dosés (entre 6 et 7 g/l)… ce n’est que du plaisir à déguster.  Toujours en bons fils, les deux jeunes gens ont aussi décidé de faire honneur à leur père en créant une gamme dédiée éponyme, le Champagne Michel Rutat. Une gamme pointue travaillée sur des parcelles de vieilles vignes bio datant de plus d’une soixantaine d’années intégrant une partie boisée (33 %) dans une vinification sans dosage. Un rosé de saignée 100 % pinot noir de Vertus (macération de 15 heures) intègre également la gamme.  D’ailleurs, Flavien Rutat et son frère ont replanté du pinot noir en 2020 à Vertus, « à l’époque de mon arrière-grand-père, Vertus était un terroir de pinots noirs ». Un retour aux sources ancestrales, avec comme ambition d’élaborer un blanc de noirs.

Commercialisant 60 000 bouteilles, le Champagne René Rutat travaille surtout avec une clientèle de particuliers, de CHR et la grande distribution, quant à la part du marché à l’exportation, elle reste minime. Pour l’instant !

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.