Certes, ils ont mis le temps, d’ailleurs certains résistent encore, mais force est de constater que les maisons, coopératives ou vignerons de la champagne sont désormais sur les réseaux sociaux. Et les”like”, ils adorent ça !

Pour la deuxième année consécutive la start-up bordelaise spécialisée dans le monde du vin,  MyBalthazar publie son classement des 50 Champagnes qui comptent sur le digital (dont Gabrielle Vizzavona a rédigé les textes du dossier). Cette étude inédite, basée sur plusieurs millions de données collectées et analysées par MyBalthazar. Il s’agit de données quantitatives*.

Et donc côté résultat, évidemment on n’est pas surpris : comme en 2018, c’est Moët & Chandon qui s’affirme comme le leader des champagnes sur les réseaux sociaux, devant Veuve Clicquot et Louis Roederer. Sa domination se renforce encore cette année, comme en témoigne sa progression dans les classements Facebook (+ 7 places) & Twitter (+ 1 place). Derrière, on assiste à une montée en puissance des maisons de Champagne les plus prestigieuses au détriment des outsiders, qui s’invitaient dans le Top 25 l’année dernière. Ainsi, Veuve Clicquot et Taittinger progressent nettement et s’installent parmi les premières positions, de même que les marques du groupe LVMH qui trustent désormais les 1ères, 3èmes, 4èmes et 8èmes positions du classement.

Selon le communiqué de la Mybalthazar, c’est Instagram qui devient la plateforme référence La position stratégique prise par Instagram est un des enseignements majeurs de cette année 2019. L’audience de l’application, en progression spectaculaire ces derniers mois, n’a pas échappé aux marques qui redoublent d’efforts pour émerger. Cela se traduit par une présence plus régulière, le développement des stories, et une augmentation de la pression publicitaire pour mettre en avant ses publications. On retrouve assez logiquement les maisons les plus prestigieuses parmi les plus dynamiques sur ce réseau : Si Dom Perignon et Moet & Chandon dominent toujours, ce sont Perrier Jouet, Bollinger et Louis Roederer qui enregistrent les meilleures progressions (9 places gagnées pour chacun d’entre eux).

Instagram, Facebook, twitter… 

On observe une montée des scores spectaculaires sur Instagram. De nombreuses marques en ont fait leur priorité. Les scores des dix premières maisons de champagne varient de 68/100 à 85/100 en 2018 et de 80/100 à 96/100 en 2019, signe d’une implication accrue. On observe, entre 2018 et 2019 la sortie du Top 10 sur Instagram de Pommery (qui perd 6 places), Lanson (qui perd 20 places), De Venoge (qui dégringole de 38 places) et Pol Roger (qui en perd 10) en faveur de quatre autres grandes maisons qui progressent et y font leur entrée ; Perrier-Jouët, Louis Roederer et Bollinger (qui gagnent chacune 9 places) ainsi que Laurent Perrier (qui en gagne 7).

Le même phénomène s’observe avec moins de force sur Facebook, qui reste incontournable. Le top 10 de 2019 oscille entre des scores de 82/100 à 89/100 contre 69/100 à 83/100 l’année précédente. Trois maisons sortent du Top 10 Facebook (Philipponnat, Mumm et Charles Heidsieck) et sont remplacées par trois autres (Bollinger, Laurent Perrier et Piper Heidsieck), certaines réalisant une progression fulgurante.

Sur YouTube aussi, les marques s’investissent plus, même si cela reste timide, les scores évoluant dans les mêmes tranches, avec la maison Moët & Chandon, première de la classe sur la plateforme, qui obtient la note maximale deux années consécutives et cumule 40 millions de vues de ses vidéos en 2019.

Le micro-blogging qu’offre Twitter, moins visuel, semble quant à lui s’essouffler. Les scores baissent, et certaines marques, qui y étaient profondément impliquées, délaissent la plateforme. On peut citer le cas de la maison Bollinger, qui en 2018 obtenait la note maximale de 100/100 sur Twitter, pour chuter de 12 places, avec un petit score de 64/100 en 2019. Krug délaisse le réseau, tout comme Armand de Brignac. Seule la maison Veuve Clicquot y escalade de 13 places accroissant son score de 72/100 en 2018 à 91/100.

Sur Vivino, les tendances sont moins lisibles. Contrairement à 2018 où les 4 premières marques (Dom Perignon, Louis Roederer, Moët & Chandon et Veuve Clicquot) obtenaient la note maximale, aucun 100/100 en 2019, même si les dix premiers ont, globalement, une meilleure moyenne que l’année passée. Cela s’explique par le changement de pondération de l’application Vivino au sein de l’algorithme MyBalthazar. Phénomène remarquable : la progression spectaculaire de Taittinger qui gagne 26 places sur Vivino et s’y positionne 7e (contre 33e l’année dernière).

 

 

 

 

 

*Methodologie : Le classement est établi grâce à la solution de calcul de score d’impact digital développé par MyBalthazar qui de janvier à décembre 2019 a traité plus de 20 millions de données sur les réseaux sociaux Facebook, Twitter, Instagram et YouTube ainsi que sur l’application de notation de vin Vivino. Pour les réseaux sociaux, l’algorithme prend en compte la taille de la communautés des marques, l’engagement de celle-ci (par des commentaires, des « likes » et des partages). Pour Vivino, sont retenus le nombre et la valeur des notes attribuées sur l’application. Les 90 maisons de Champagne majeures ont été soumises à cette étude. Le classement général a été établi en faisant la moyenne des scores sur 100 obtenus par les marques sur chaque source, corrigée de coefficients qui permettent d’en refléter l’audience réelle. Les classements par plateforme ont aussi été réalisés afin de déterminer quelles maisons de Champagne sont les plus performantes sur chacune.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.