©Michel Jolyot

Les résultats proviennent de l’analyste de données Nielsen et montrent que les ventes au détail annuelles totales de Champagne en volume à la fin de 2020 ont augmenté de 3%, tandis que les ventes de vins mousseux ont augmenté de 10% sur la même période.  Notamment, sur les quatre semaines précédant les fêtes jusqu’au week-end du Noël, les ventes de Champagne ont augmenté de 13%, dépassant la croissance des vins effervescents, qui a augmenté de 9%. Selon le magazine anglais Drinks Business qui a étudié ces chiffres, en termes de croissance de la valeur, les hausses de champagne ont été encore plus importantes, en hausse de 12%. Quant au prix moyen d’une bouteille de champagne chez les détaillants britanniques, il a, pour la première fois, dépassé 25 £, augmentant d’année en année de 5,3% pour atteindre 25,15 £.

Et, la croissance du volume et de la valeur des ventes de Champagne dans le secteur de la vente au détail au Royaume-Uni est probablement supérieure à ce que Nielsen a pu relever : les importateurs du champagne au Royaume-Uni enregistrant une demande croissante du  « léviathan » en ligne Amazon et de principaux marchands de vins fins, de Bordeaux. Mais pas tous.  En effet, les chiffres de Nielsen tendent à refléter les ventes dans les supermarchés et les multiples spécialistes, ce qui signifierait qu’il ne parvient pas à capter une grande partie des ventes à très haute valeur de Champagne, en particulier les cuvées de prestige, qui ont tendance à passer par des spécialistes des grands vins.

Cependant, d’autres indicateurs peuvent être utilisés pour suivre ce secteur, comme Liv-ex, qui a enregistré un marché secondaire en plein essor pour le Champagne haut de gamme.

Consommation à la maison

Parlant du marché de détail du Champagne pendant cette année pandémique, et en particulier de la période des fêtes, alors qu’une grande partie de la Grande-Bretagne était soumise à des restrictions de verrouillage, Andrew Hawes, président de la Champagne Agents Association du pays, ainsi que directeur général de Mentzendorff – l’importateur de Bollinger et Ayala Champagnes au Royaume-Uni – ont déclaré que les résultats étaient «étonnants».

«Le champagne a toujours chuté en période de crise économique et a augmenté en période de reprise, nous nous attendions donc à ce qu’il suive ce modèle, et ce n’est pas le cas», a-t-il déclaré à propos de la croissance des ventes de cette année pendant la crise des coronavirus. Donnant à entendre que la croissance de la vente au détail pourrait être encore plus importante que les chiffres de Nielsen ne le suggèrent, l’organsime ayant enregistré des hausses importantes des ventes de Champagne dans des parties du marché non suivies par l’analyste de données. «Je ne pense pas qu’Amazon soit dans ces chiffres, et les ventes de Champagne d’Amazon sont en plein essor; Je le sais grâce à notre propre entreprise, et je suis sûr que ce n’est pas exclusif à Bollinger », a-t-il déclaré. Suggérant ainsi que la tendance à la hausse de la consommation de Champagne dans les foyers britanniques au plus fort de la pandémie était quelque peu anormale. Cela a à son tour permis aux marques de champagne de libérer des stocks supplémentaires pour le Royaume-Uni à partir d’autres marchés, contribuant à alimenter l’augmentation des ventes au détail chez les détaillants britanniques.

Bien que ces tendances de vente soient remarquables, ce n’est pas une raison de se « réjouir« , a souligné Andrew Hawes. La consommation de champagne dans les pubs, bars, hôtels et restaurants représentant plus d’un tiers des ventes au Royaume-Uni, la croissance de la demande auprès des détaillants pour boire à domicile ne compensera pas la perte d’activité dans le secteur de l’hôtellerie en raison des restrictions de coronavirus, qui ont vu la fermeture totale de cette partie du marché pour une grande partie de 2020. Et d’indiquer : « Je serais surpris si nous voyions rien de moins qu’une baisse de volume à deux chiffres des expéditions de Champagne vers le Royaume-Uni pour cette année si vous prenez en compte le sur-trade« .

De plus, j’ajouterai qu’il ne faut pas confondre consommation et expédition. De fait , à fin novembre, sur douze mois glissants, le Royaume Uni a perdu 19, 24 % en volume, 20, 3% en valeur avec un prix moyen de la bouteille qui a baissé de -1, 3%.


Soutenez La Champagne de Sophie Claeys ! 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.