Alors que la demi-finale du Concours du Meilleur Sommelier de France organisée par Union des Sommeliers de France (UDSF)s’est déroulé en partenariat avec la Maison Lanson (lire ici), le président de l’UDSF, Philippe Faure-Brac (Meilleur Sommelier du Monde 1992) explique sa vision du métier :

Sommelier est il un métier d’avenir ?

Oui, c’est un métier d’avenir !  Les gens sont demandeurs, sont prêts à dépenser, mais à un moment, ce n’est pas suffisant de servir un vin encore faut-il qu’il soit bien servi. A la bonne température dans des bons verres. Il faut être capable d’apporter une plus value par rapport à la boisson que l’on propose. Il s’agit d’un partage d’expériences, d’émotions et de souvenirs.

Mais actuellement, c’est quoi être sommelier ?

Sommelier, selon la définition de l’Organisation internationale du Vin (OIV), c’est un professionnel de la restauration, il peut également être caviste et prodiguer du conseil, mais initialement de la restauration. C’est quelqu’un qui est en charge de gérer tout l’univers des boissons. Bien sûr, on pense toute de suite au service du vin à travers ces différents terroirs, mais nous sommes les spécialistes de toutes les boissons, que cela soit l’eau, le café, le thé, la bière…Il faut posséder la connaissance, la culture, gérer les achats et le stock, savoir sourcer les produits, les connaître pour mieux les expliquer à ses équipes, travailler sur le savoir-faire, le savoir-être et  la transmission. C’est cela la dimension du rôle du sommelier.

Comment mettre en avant le métier de sommelier ?

En tant que président de l’Union des Sommeliers de France,  je suis concerné par les concours et les compétitions pour mettre en valeur le métier.  Bien sûr, il y a le brevet professionnel, mais je souhaite que notre métier évolue vers d’autres niveaux. Et ainsi avoir une reconnaissance sur le parcoursup pour que nos formations soient plus visibles. Je travaille aussi avec Vins et Société pour créer une commission de réflexion pour faire évoluer les médias, particulièrement ceux concernés par l’audio-visuel. On réfléchit pour voir comment évoluer à ce niveau pour que le vin et le service du vin soient reconnus.

Qu’apporte le Concours du Meilleur Sommelier de France

Ce concours apporte des reconnaissances à la fois à titre personnel et collectif, A titre personnel, celui qui gagne, bénéficie de l’aura de la victoire. Collectivement, c’est important puisque l’on peut parler du métier et susciter des vocations tout en apportant qualité et renouvellement.

Les résultats de la demi-finale :  Florent Martin : Premier Sommelier au Four Seasons George V à Paris. Aymeric Pollenne : finaliste du dernier concours du Meilleur jeune sommelier de France 2018, Meilleur jeune sommelier d’Angleterre, sommelier du Pavillon Ledoyen à Paris. Pierre Vila-Palleja : sommelier et restaurateur (Le Petit Sommelier, face à la gare Montparnasse, à Paris)

Devenez Membre, soutenez La Champagne de Sophie Claeys ! 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.