Millésime Celebris Gosset 1995 : en un mot, c’est… superbe !!!

J’ai de la chance ! Grâce à de sympathiques relations dont je tairai les noms, j’ai pu recevoir le fameux millésime Celebris 1995 (collection Célébrissimes) élaboré par la maison Gosset.  Et voici justement une petite digression à propos de certaines cuvées : quand le champagne arrive  à un tel degré de perfection association la maturité, la salinité, une délicate effervescence et la fraîcheur,  on se dit  » Oh my God !!! « . C’est le cas pour la Celebris 1995.

Petit mot sur l’année 1995

Juste pour le souvenir des uns et la culture des autres en ces périodes de vendanges, voici quelques éléments sur l’année 1995 :  » Après un hiver doux et pluvieux marqué par quelques gelées en mars qui font peu de dégâts sur les bourgeons. Le débourrement a lieu entre le 6 et le 20 avril alors qu’alternent douceur et froid. La chute des températures (jusqu’à – 4,5°) dans les nuits du 20 au 21 avril puis du 14 au 15 mai provoque des gelées dévastatrices : près de 600 hectares de vignes sont touchés principalement dans l’Aube. Le printemps est globalement ensoleillé mais les températures sont contrastées. De la mi-mai à la mi-juin, une période froide et très humide s’installe, ce qui a pour effet de ralentir le développement du vignoble. Surviennent ensuite dès le 16 juin de véritables conditions estivales ce qui permet à la fleur de se dérouler dans des conditions favorables. L’été est très chaud, sec et ensoleillé et la maturation particulièrement rapide. Quelques périodes d’échaudage sont remarquées mais elles font peu de dégâts. Le début de la vendange s’étale entre le 18 septembre et le début du mois d’octobre. La cueillette se déroule sous le soleil mais dans une certaine fraîcheur.Le degré alcoolique moyen est de 9,2% vol. et l’acidité totale de 8,7 gH2SO4/l.  peLes vins sont fins, vifs et charpentés.  L’année 1995 offre de beaux millésimes et apporte des tonalités originales dans les assemblages. »

Deux étapes de maturation

Après plus de 20 ans en caves, la maison Gosset décide donc de sortir son trésor des caves. Une série limitée d’un millier de bouteilles. Dans un premier temps, les flacons ont été conservés sur leurs lies dans les caves de la maison à plus de 18 mètres de profondeur. puis les vins ont bénéficié d’une deuxième étape de maturation sur liège avec plus de dix ans de repos après le dégorgement.  L’assemblage est composé de Grands crus de chardonnays (Avize, Cramant, Mesnil-sur-Oger et Oger) à 46% et de Grands crus de pinots noirs (Ambonnay, Aÿ, Bouzy et Verzenay) à 54%. Selon Odilon de Varine, chef de caves de la maison Gosset :  » ce double vieillissement, c’est l’expérience ultime d’un grand champagne : celle où l’effervescence s’efface pour laisser le vin d’exprimer pleinement. » Toujours selon les suggestions du chef de caves, « il faut mieux le carafer pour laisser le vin s’exprimer ». 

N’étant pas une adepte du champagne carafé, je n’ai pas suivi les conseils du maître de l’art, toutefois même sans carafe, c’est une expérience extraordinaire en terme d’arômes et de goûts. N’oublions pas que la maison ne pratique pas la fermentation malolactique, ce qui sans nul doute permet de garder une belle jeunesse à ce millésime qui à près de vingt-cinq ans (une petite pensée personnelle pour Jean-Pierre Mareigner !).

Évidemment à ce niveau d’exigence, la Celebris 1995 a un prix : environ 500 euros.

Packaging signé par le designer Pierre Charron.

 

Print Friendly, PDF & Email

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.