Quand l’homme incarne la Maison, de 2015 au 1er semestre 2019, le classement des chefs de caves dans les médias

En préambule, commençons par la méthodologie. L’Observatoire du champagne de Data Observer est réalisé depuis 2012 sur une sélection de supports français (presse écrite et internet). Cet observatoire a pour but de montrer la visibilité globale d’une sélection de marques de champagne sur une période de référence. Il met en lumière les axes de communication choisi par les différents opérateurs champenois. Seules les retombées rédactionnelles sont prises en compte (hors publireportages, publicité, etc.). Les informations purement financières & stratégiques ne sont pas prises en compte. Les 19 marques étudiées sont : Billecart-Salmon, Bollinger, Charles Heidsieck, Deutz, Dom Pérignon, Krug, Lanson, Laurent Perrier, Moët & Chandon, Mumm, Nicolas Feuillatte, Perrier-Jouët,, Piper Heidsieck, Pommery, Roederer, Ruinart, Taittinger, Veuve Clicquot et Pommery. Pour info : certaines maisons de champagne seront ajoutées lors des prochains sondages. À noter également : sur ces 19 marques, certaines s’offrent effectivement les services de Data Observer, d’autres non.

Le chef de caves, le porte-parole d’une maison

Ce classement des chefs de caves de la Champagne n’arrive-t-il pas à point nommé ? Comme pour clore le mercato champenois qui se déroule depuis quelques mois. Reprenons un peu les données et l’histoire. En Champagne, il existe deux types de chefs de caves. Ceux que l’on place dans la lumière des projecteurs, ceux qui restent dans l’ombre (voire qui souhaitent le rester…). Nous allons évoquer les premiers d’entre eux.

Cristal, Dom Pérignon, Dom Ruinart, Grande Dame, Belle Époque, des flacons dont les noms font rêver les amateurs de vins. Auréolées d’une histoire, élaborées dans les règles de l’art champenois avec les plus beaux raisins. Ces cuvées sont liées à des hommes qui les façonnent depuis des siècles en transmettant leur savoir-faire au fil du temps. Avec une ère médiatique de plus en plus puissante, ces chefs de caves sont devenus de vrais portes-paroles des maisons. Le chef de caves transmet son savoir, sa passion, sa connaissance du produit. Il fait voyager, il rend désirable, il fait aimer ses créations. Il doit être l’incarnation de la marque, celui qui parle du terroir, du raisin, de la vigne, des hommes et des créations. Il doit incarner aussi les valeurs de la maison qu’il diffuse partout dans le monde. On appelle cela « la communication vin ».

Débuts des changements en 2018…

Depuis des années, plusieurs chefs de cave « emblématiques » trustent les huit premières places de l’Observatoire du champagne. Richard Geoffroy, Benoit Gouez, Dominique Demarville, Didier Mariotti, Frédéric Panaïotis, Jean-Baptiste Lécaillon ou encore Régis Camus. Au gré des sorties des nouvelles cuvées (millésimées, rosées, blancs de blanc, …) ou d’éditions limitées, selon l’actualité des marques, ils se partagent les premières places.

Toutefois on peut remarquer qu’en 2018, les trois premiers chefs de cave (Richard Geoffroy, Vincent Chaperon et Didier Mariotti) de l’observatoire étaient plus portés par leur actualité professionnelle que par les produits de leurs maisons respectives. Ce que l’on on peut constater dès le premier semestre 2019. Ainsi c’est Benoît Gouez, Frédéric Panaïotis  et Hervé Deschamps qui arrivent aux trois premières places . De fait, ces trois marques ont connu une actualité riche : les 150 ans du Brut Impérial de Moët & Chandon, la réouverture du Château Saran, le Repas Hypernature de Perrier-Jouët et la collaboration de Ruinart avec l’artiste Vik Muniz pour ne citer que cela.

D’autres encore en 2019…

Entre fin 2018 et début 2019, des grands changements se sont opérés, et ils continuent (…attention il faut suivre ! ). L’arrivée de Dominique Demarville chez Laurent-Perrier (même si la nomination n’est toujours pas officielle) apportera-t-elle une autre incarnation à la marque ?  La prise de fonction de Vincent Chaperon aura-telle un impact sur Dom Pérignon ? Quelle sera l’exposition de Didier Mariotti chez Veuve-Clicquot ? La nomination de Laurent Fresnet chez Mumm sera-t-elle bénéfique pour la maison ? Autant de questions qui trouveront probablement une réponse dans le prochain rapport annuel de l’observatoire du champagne en France… À suivre

A cela j’ajouterai une petite note personnelle : si j’ai écrit “l’homme incarne la maison” dans mon titre, c’est que force est de constater que ce classement manque cruellement d’une voire plusieurs touches féminines. Là aussi …A suivre.

Print Friendly, PDF & Email

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.