En réponse aux demandes portées par les professionnels dont les vignerons champenois et les élus, le Gouvernement a annoncé hier un plan gouvernemental de soutien exceptionnel à la viticulture (lire ici) .

Selon le SGV, “ce plan repose principalement sur 2 mesures exceptionnelles : • Une enveloppe de 100 millions d’euros d’exonération de charges sociales patronales qui pourrait aller jusqu’à 100 % pour les exploitations les plus touchées ; • Un dispositif de distillation de crise à hauteur de 60 millions d’euros qui pourrait être complété par le programme national d’aides (aides européennes) “. Et sans être vraiment mécontents tout en étant un peu déçus,  les vignerons champenois par la voix du président du SGV, Maxime Toubart, réagissent à ce plan. En voici le communiqué de presse :  “Nous n’avons pas pour habitude de solliciter des aides financières auprès des pouvoirs publics et avons toujours démontré notre capacité à nous prendre en charge et réguler notre offre et nos marchés. Il n’en reste pas moins que la situation que nous traversons est exceptionnelle par sa gravité et que la filière Champagne est l’une des filières les plus impactées par la baisse des ventes pendant la période de confinement et risque de l’être encore pendant plusieurs mois en raison de la prolongation de la fermeture des cafés et restaurants. Ces difficultés viennent s’ajouter aux problèmes que rencontrait déjà la filière avant la crise du Covid. Il nous appartient à tous de trouver les moyens de rebondir et d’assurer un équilibre entre l’offre et la demande, tout en préservant la survie de nos exploitations. Nous prenons et continuerons de prendre nos responsabilités. ”

Pour le SGV, l’exonération de charges sociales patronales doit être accordée pour la période du confinement et  perdurer au delà de cette période  : ” C’est l’une des clés du rebond. Nous actons que le plan annoncé par le Gouvernement hier comprend une enveloppe de 100 millions d’euros d’exonérations de cotisations sociales patronales. Nous entendons cependant rester prudents à ce stade sur la mise en œuvre de cette décision qui ne doit laisser personne au bord de la route, y compris la filière Champagne”. Et d’insister “que les difficultés que nous rencontrons n’ont pas disparu avec la fin du confinement et se prolongeront dans les prochains mois. Nous considérons que cette enveloppe nationale est insuffisante pour soulager sur la durée les exploitations viticoles. Nous demandons aussi le rétablissement du calcul des cotisations sociales sur l’année en cours et non plus sur l’année N-1 pour coller à la réalité de la situation. Nous resterons néanmoins constructifs et participerons activement aux discussions sur la mise en œuvre de cette mesure. Nous notons enfin que le plan proposé ne constituerait qu’une 1ère étape et attendons du Gouvernement qu’il aille plus loin sur l’exonération de charges sociales pour permettre à la filière Champagne et à l’ensemble de la filière française de passer ce cap très difficile”.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.