La Cogévi “Coopérative générale des vignerons) est en souffrance ! Alors que les vendanges sont terminées ou presque en Champagne et les raisins rentrés, on apprend que la plus ancienne coopérative champenoise rencontre de graves difficultés. Ainsi selon des proches de la structure, à trois mois de la fin de l’année, l’assemblée générale 2019 sera enfin tenue le 30 septembre prochain (son président, Jacques Marquette devrait ne pas se représenter…), avec un directeur en passe d’être remplacé, la “gouvernance” exécutive semble être absente et les problèmes d’endettement sont de plus en plus présents. À cela, comme on peut s’en douter, s’ajoutent les effets de la crise sanitaire sur les expéditions champenoises qui n’aident pas à rasséréner.

Rien de très surprenant puisque lors de l’assemblée générale déjà en 2018, il avait été déjà  évoqué un endettement important. Un endettement lourd surtout lié à la production avec la construction d’outils de production, mais également dûs à la rénovation du siège social, de la création d’un musée, d’un parcours oenotourisque, d’un lieu de réception qui sont réunis dans le grand projet de la Cité du Champagne à Aÿ.

Avec ses deux sites de production sur Aÿ et Oger (1 et 2) (125 000 hl répartis sur 300 cuves, 345 millions de bouteilles de capacité de stockage), la Cogevi, (900 adhérents/800 hectares d’approvisionnement) est l’une des plus importantes coopératives de la Champagne.  Née le 16 septembre 1921 juste après les grandes révoltes du vignoble champenois, elle doit célébrer ces cent ans.

Depuis la fin des années 90, la Cogévi  (Champagne Collet) est partie prenante du groupe Alliance Champagne regroupant la Covama  (Champagne Pannier) et l’Union Auboise (Champagne Devaux). Ces trois coopératives (regroupant environ 2 500 ha) représentent ensemble sur deux marques  : Jacquart et Montaudon.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.