Zéro désherbants d’ici 2025, l’objectif des co-présidents de la Champagne

deux objectifs : o et 100. Zéro herbicide en 2025 et 100 % des exploitations certifiées en 2030.
Deux objectifs : o et 100. Zéro herbicide en 2025 et 100 % des exploitations certifiées en 2030.

Evidemment les problèmes environnementaux ont été largement évoqués lors de l’assemblée de l’AVC par les co-présidents de l’interprofession champenoise.. Pour Jean-Marie Barillère, président de l’Union des maisons de champagne (UMC) : ” le débat politique sur le glyphosate qui n’est certainement pas la molécule la plus dangereuse, est illustratif. Il y a de fortes chances que les molécules que nous connaissons et employons aujourd’hui ne soient plus homologuées à partir de 2022, c’est-à-dire demain.” Pour le patron des maisons, il faut tracer la route d’une Champagne vertueuse : ‘  Soit, nous avançons, soit nous attendons qu’on nous oblige à avancer avec tous les risques que cela comporte en termes écologiques, en termes d’image et donc, en termes économiques pour notre filière et nos entreprises.” Un travail de longue haleine réaliser avec la région Grand Est afin de trouver des mesures d’aides à l’investissement.  L’objectif est clair : ” la Champagne doit être le plus rapidement possible à zéro herbicide. Nous nous fixons deux objectifs : o et 100. Zéro herbicide en 2025 et 100 % des exploitations certifiées en 2030. Et de justifier ainsi un prix du kilo de raisin qui serait différent entre un raisin conventionnel et un raisin sans herbicide ou un raisin certifié ViticultureDurable en Champagne ou certifié bio ou autres. 

“Voir disparaître des pratiques indignes”

Sur ce point, le discours de Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons (SGV) rejoint celui de son homologue de l’UMC ” : Oui, l’objectif est de pouvoir, dans quelques années, parler d’une Champagne100 % durable, engagée et exemplaire, et de pouvoir afficher 0 désherbants. Oui, nous devons poursuivre notre démarche qualitative, pour que nos raisins et nos vins soient irréprochables. ” A cette volonté politique, Maxime Toubart souhaite aller plus loin en ouvrant une parenthèse sensible :  ” une Champagne durable n’est pas seulement une Champagne respectueuse de l’environnement. Cela va bien plus loin. C’est aussi une question d’éthique, de manière de penser nos exploitations.Ce qui inclue par exemple le choix de nos prestataires, notamment au moment de la vendange. Que chacun prenne ses responsabilités afin de voir disparaître certaines pratiques indignes et honteuses ! Et nous sommes tous concernés ! Il serait trop simple de se dire que c’est le problème du voisin.” Bien dit ! 

Print Friendly, PDF & Email

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.