“J‘ai fait partie des personnes qui ont fermé les grilles de la maison, c’était très émouvant !”. Un crève-coeur pour Julie Cavil nommée chef de caves de la maison Krug en début d’année. Trois mois à peine après avoir succédé  à son ami, son mentor, Eric Lebel (lire ici) voici l’une des oenologues les plus douées de sa génération contrainte de vivre une situation à peine croyable. “Les portes de la rue Coquebert à Reims fermées, j’ai travaillé chez moi durant quinze jours”.  Expériences, sensations et fiches de dégustations à l’appui, elle va ainsi penser et repenser les vins issus de la vendange 2019 en télétravail. Un moment à part, une sorte de trêve dans son monde trépidant, une trêve certes forcée mais somme toute assez “intéressante” pour la chef de caves qui doit penser à l’élaboration du 175 ème Krug édition et du 30 ème Krug Rosé. Comme une pause pour mieux affiner, voire un moment de calme pour la réflexion.

Les portes de la maison Krug se sont (légèrement) réouvertes le lundi 6 avril. Et comme d’autres de ses consoeurs et confrères, Julie Cavil est revenue à son bureau :  “on a ainsi recommencé doucement avec une petite équipe de six pour le travail en cuverie et pour l’assemblage des vins clairs “ précise-t-elle.  Et sur ce dernier point, crise sanitaire oblige, son quotidien a dû évoluer. Si on connaît l’histoire de la maison Krug, on sait que les dégustations des vins clairs pour définir le parfait assemblage sont considérées comme des  instants privilégiés associés à son fameux comité de dégustation réunissant oenologues, dirigeants et membres de la famille. Avec la distanciation sociale liée au Covid 19, ce rituel a été mis à mal.  “Nous avons dégusté avec deux personnes par salle et échangé nos impressions ensuite par téléphone ou vidéo” regrette Julie Cavil. Toutefois, elle a pu assembler les vins sur la base de 4 000 notes de dégustations des cinq derniers mois (250 parcelles de l’année dégustées 2 fois + 150 parcelles en réserve dégustées 1 fois). Un vrai exercice de style, presqu’une prouesse en ces temps compliqués !

Pourtant cette forteresse de la solitude du chef de caves a pu s’ouvrir sur le monde grâce aux fameuses “Krug Connect”, particulièrement sur le monde du digital.  Ces sessions vidéos “live” en circuit fermé sont destinées aux “Krug Lover,” partenaires ou ambassadeurs de la marque. Ainsi Julie Cavil a pu s’entretenir avec près de 300 personnes en même temps lors d’une présentation du 168 ème édition Krug qui vient de sortir des caves. Une expérience étonnante, des rencontres virtuelles dans un univers numérique ,et peut-être révélatrice d’une autre façon d’envisager la communication “vin” :  “je me suis rendue compte que, lors de ces échanges par vidéo, j’ai rencontré presque plus de monde en quelques heures que lors de mes voyages à travers le monde durant un an”.  En attendant de pouvoir évoquer en personne et en public cette 175 ème édition issue de la vendange historique et exceptionnelle de 2019 dont les conditions d’assemblage resteront également dans l’Histoire. Elle ne sera pas commercialisée avant sept ans. Mais il faut au moins cela pour “prendre le temps de créer l’inoubliable”, comme on le dit chez Krug.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.