La confusion sexuelle, ensemble c’est mieux !

Cette année encore, la technique de lutte contre les vers de la grappe par confusion sexuelle a été déployée sur de nombreux secteurs. Selon le Comité Champagne, en tout, près de 17 000 ha répartis sur 180 communes sont protégés, par cette technique de biocontrôle efficace, pour toute la saison 2019.

La confusion sexuelle en Champagne est un exemple pour de nombreux vignobles. L’énergie déployée par les coordinateurs de site pour fédérer les vignerons autour de cette technique de biocontrôle sont saluées. Une des clés du succès est l’efficacité de la technique, contrôlée chaque année depuis plus de 20 ans.

Pour le Comité Champagne, pour que la confusion sexuelle soit optimale, la mise en œuvre doit être collective. La participation aux journées de pose est primordiale : c’est un gage de réussite pour une organisation efficace des secteurs, pour fluidifier la pose le jour J et surtout pour optimiser le nombre de diffuseurs à l’hectare et par conséquent le coût.

Poser individuellement est un premier pas, mais il engendre un surcoût lié à une surconsommation inévitable de diffuseurs ; tous les diffuseurs contenus dans un sachet doivent être posés, sinon ils sont perdus. En posant collectivement, on optimise et gaspille moins. Alors, est-il significativement rentable d’économiser le coût d’une demi-journée de main-d’œuvre de pose collective ? L’union faisant la force, le mot d’ordre reste la pose collective !

Print Friendly, PDF & Email

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.