Jean-Baptiste Lecaillon à côté du buste du tsar Nicolas II (commanditaire de la cuvée Cristal)

Prix du raisin, rendement, disputes champenoises, querelles de gouvernance…alors que chacun se pose des questions sur le devenir de la Champagne devant le défi économique à relever pour faire face à la crise liée au coronavirus, Jean-Baptiste Lecaillon, chef de caves, directeur général adjoint du champagne Roederer et co-président de la commission technique du Comité Champagne, est convaincu que la région viticole ne pourra s’en sortir qu’en tirant l’appellation vers le haut. Et ce sommet à atteindre doit être consacré au développement durable ! ” Nous devons avancer et enfin sauter le pas pour devenir exemplaire” dit-il. À raison, on le sait la sauvegarde de la planète “champagne” ne passera que par une conduite exemplaire.

Bien sûr, il s’agit presque d’une évidence pour la maison Roederer qui possède le plus grand domaine bio de l’appellation voire sa propre philosophie qui s’ajoutent également à une marque à haute valeur ajoutée. Presque une réponse à cette Champagne qui se doit d’être “exceptionnelle“. Mais en tant que Champenois et coprésident de la commission technique, Jean-Baptiste Lecaillon fait remarquer de façon plus générale que : “la Champagne est une région de résilience“. Climat ingrat, terre difficile, situation géo-politique dangereuse…l’Histoire ne lui donne pas tort, la Champagne s’en est toujours sortie, et par la grande porte.

De fait, si c’est le domaine de l’économie qui s’impose, et est longuement débattu actuellement, dans les galipes, l’autre dossier sans équivoque est celui d’une Champagne qualitativement irréprochable. Et les prochaines vendanges pourraient être un bon moyen d’appliquer de telles ambitions. Si la précocité est, (comme désormais presque tous les ans), mise en avant, on ne peut pas oublier que la vendange 2017 (annus horriblis !) était également très précoce. Donc on l’a compris pour ne pas vivre ce même cauchemar, chacun doit veiller proprement sur ses vignes et suivre de près le bon déroulement de la campagne viticole. Car pour l’instant, la situation permet d’envisager le meilleur : ” C’est beau, c’est très beau, tous les voyants sont au vert. La fleur est au top, c’est rarissime, en trente ans, je n’ai jamais vu cela ! Elle s’est déroulée dans des conditions parfaites ! C’est l’occasion d’aller plus loin et éviter de traiter nos vignes avec des antibiotiques, ce serait dommage de faire des vendanges moyennes.  Et pourquoi pas alors, appliquer le slogan de la maison Roederer, “tutoyer la nature” ! 

Devenez membre de La Champagne de Sophie Claeys

 

 

 

 

 

1 COMMENT

  1. Enfin un commentaire positif et éclairant d un professionnel du champagne
    Oui la champagne doit toujours tirer son appellation vers le haut Pour être la meilleure
    Oui à la préservation environnementale
    Oui à de nouvelles mesures de gestion de notre AOC
    Comme une nouvelle étape de réduction des tailles lors du pressurage en augmentant les rendements
    Comme l augmentation du vieillissement en caves 18 mois pour le brut et 48 mois pour les cuvées spéciales
    Comme le repos de 6mois en cave après d’égorgement
    Etc etc

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.