“On est les seuls à trinquer !  Y en a marre ! ” lance Yves Couvreur, président des Vignerons Indépendants de Champagne,

Alors qu’on évoque  5 200 kg/ha pour la prochaine vendange Les Vignerons Indépendants de Champagne souhaitent pour le mieux 10 200 kg/ha et pas moins de 9 500 kg/ha. Les retombées économiques liés à la crise sanitaire ne risque -t-ils  pas d’entraîner une crise d’identité dans le vignoble champenois.

Les Vignerons Indépendants de Champagne viennent d’envoyer trois courriers : l’unPréfet, un autre à la directrice de la DRAAF et au directeur de l’INAO d’Epernay, dans lesquels ils réclament une place au Comité de Bassin, au Comité régional de l’INAO et au Comité exécutif de l’Interprofession champenoise. L’objectif : être autour de la table des négociations et notamment des décisions vendanges. « Ce n’est plus possible qu’elles se prennent sans nous, ou en faisant croire qu’elles ont été prises avec nous sous prétexte que nous siégeons au bureau du Syndicat Général des Vignerons (SGV) : nos opinions avec le SGV divergent clairement. Nous avons le sentiment d’être une variable négligeable au sein de cette instance » explique, dans un communiqué, Yves Couvreur le président des Vignerons Indépendants de Champagne, qui dit se sentir comme le seul représentant de l’ensemble des manipulants.

Toujours dans ce même communiqué, il est indiqué, “que l’on fait souvent remarquer aux Vignerons Indépendants qu’ils sont minoritaires et qu’ils ne font pas le poids face aux 80 % de surfaces engagées au négoce. Mais quid des 20 % restants desquels ils font partie ? Ils trinquent des décisions vendanges depuis 10 ans avec des rendements qui ont baissé de 11,30 % ; alors que leurs coûts n’ont cessé d’augmenter plus fortement que les autres familles (+7 % en moyenne), en même temps qu’ils innovaient et investissaient pour une viticulture plus propre et des champagnes plus sains (avec des engagements forts dans les certifications HVE et Bio). Ils souhaitent donc un double rendement : un pour les contrats aux négoces et un pour la manipulation, une position qu’ils ne pourront défendre que s’ils sont autour de la table des discussions.” « Il ne faut pas oublier que les décisions qui se prennent maintenant, ce sont pour des bouteilles vendues dans 3 à 5 voire 7 ans, on est en crise aujourd’hui mais dans quelques années, que se passera-t-il si les manipulants n’ont plus rien à vendre ? Comment feront-ils pour fournir des marchés sur lesquels ils se sont investis ? », conclut Yves Couvreur qui tacle le manque d’anticipation de l’interprofession

393 Vignerons Indépendants sont adhérents à la Fédération Régionale des Vignerons Indépendants de Champagne. Ils représentent près de 2 600 ha, soit 7,5 % du vignoble champenois. Ils produisent 15 millions de bouteilles par an, soit 25 % des ventes des vignerons de Champagne, et exportent près de 23 % de leur production.

4 COMMENTS

  1. En fait peu importe que l’on soit vigneron indépendant, vigneron manipulant ou vigneron coopérateur. Fixer des quotas pour la vente au kilos est logique puisqu’ils sont calculés en fonction des ventes du négoce. Mais un vigneron qui réussit à vendre la totalité de ses bouteilles et qui a besoin de produire plus pour répondre à une demande, se voit obliger de prendre une carte de négociant distributeur pour acheter du raisin au voisin, alors même qu’il pourrait récolter ce raisin dans ses propres vignes… ça mérite quand même réflexion.

  2. Bonjour oui en effet gros problème pourquoi payer si cher le kg et récolter moin faire le contraire pourrait être mieux non ,Mais bon les responsables font une politique d’autruche,ils ont raisons un jour les viticulteurs disparaîtront faut pas oublier que faut vendre des bouteilles pour que la champagne évolue et la concurrence dans les effervescences prendra la tête des ventes à réfléchir 🤔

  3. Il est grand temps de dissocier les manipulants des négociants. Nous travaillons 7/7 pour vendre notre vin et n’avons pas à subir les restrictions des maisons qui ont dissuadé les vignerons d’élaborer des bouteilles et qui sed retrouvent avec des caves pleines de bouteilles qu’ils ne savent pas vendre. Nous avons besoin de fournir nos clients et avons des raisins dans nos vignes pour cela. Il est donc normal que nous en rentrions une quantité suffisante.

  4. Il est aberrent de constater que le vigneron Récoltant Manipulant ne puisse pas récolter la quantité dont il a besoin pour les bouteilles qu’il transforme et qu’il vend, quitte a fixer un plafond (cela me semble évident) Je suis vigneron Indépendant, vends des vins qui passent environ 4.5 ans en cave, et on me demande encore de récolter moins pour faire face a une crise à court terme ! Mais je ne vends pas du 15 mois un 1 jour moi ! La stratégie commerciale du négoce ne me concerne donc pas… et celle du syndicat supposé me défendre ne me convient pas non plus d’ailleurs… Cela fait des années que nous nous travaillons pour poursuivre notre métier, pour valoriser notre travail, nos bouteilles, que nous employons de nouvelles méthodes et investissons quand d’autres ont choisi la “facilité” d’abandonner la vinification pour vendre au négoce… et aujourd’hui le président supposé nous défendre nous enfonce encore en disant que nous sommes trop peu nombreux pour être représentatifs de la champagne et avoir le droit d’excister… Mais bien sur ! Faudrait arrêter les copinages et réfléchir avant de parler. Nous avons un savoir faire, de beaux raisins dans nos vignes et de jolis vins en cave, alors laissez nous faire notre travail, un travail que vraissemblablement vous semblez ne pas connaitre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.