Le bain au champagne, mythes et réalités …

En 2012, à Londres le très chic hôtel Catogan offrait (si l’on peut dire) la possibilité de prendre un bain au champagne pour la Saint-Valentin. La carte des “champagnes de bain” proposait plusieurs choix et notamment de  Louis Custine (4 700 € le bain de brut), du Perrier-Jouët (7 200 € pour le brut 2002, 9 500 € pour le brut rosé 2004) , de la Veuve Clicquot (9 500 € pour le bain millésimé 2006) voire  du Dom Pérignon Vintage  (29 570€).  Un prix qui se justifie par le nombre de flacons qu’il faut pour remplir la baignoire : environ 120 bouteilles. A noter qu’à la demande du client on pouvait faire chauffer le bain…Outre la notion d’hérésie vis à vis du produit, on peut imaginer les effluves de cuverie se dégageant de la salle de bain. De quoi calmer toutes les ardeurs de tous les amoureux du monde.

Depuis des lustres, le bain au champagne est un signe de richesse, de folie et de stars ou tzars. En voici l’histoire dans l’Histoire (source UMC) :

Les originaux se sont-ils baignés dans le champagne ? Edouard VII aurait dit à propos de l’Ordre du Bain : « Si encore c’était un Bain de champagne  » Il semble cependant qu’il se soit contenté de faire remplir de champagne les baignoires du Chabanais sans s’y immerger. On a prétendu, par contre, que d’autres personnages illustres se seraient adonnés aux bains de champagne. Il faut en tout cas oublier là totalement le vin pour ne plus avoir à l’esprit que l’image, dont le caractère un peu mystérieux confine parfois à l’insolite. Les motivations ne peuvent être dans ce cas que d’ordre psychologique, car personne ne peut prêter au champagne des vertus détersives. Patrick Forbes (The usine, thé land and thé people. Londres, 1967)  mais sans citer ses sources, affirme que Danton a pris un Bain de champagne . À la même époque révolutionnaire, si on en croit la “Physiologie du vin Champagne, par un abus indigne d’un citoyen et d’un buveur, Barras osa prendre un bain de corps dans une baignoire de vin de champagne !”

Une plaisante anecdote se situe un peu plus tard, la voici telle que la raconte Pierre Andrieu (Petite histoire du champagne et de sa province. Paris, 1965)  “Sous le Directoire, un général dont la chronique tait le nom, revient un jour brusquement à Paris. Il apprend par la soubrette que Madame prend un Bain de champagne, et, en même temps, que la réserve de la cave s’épuise. Il pénètre dans la salle de bain avec l’intention de tancer sévèrement la jeune femme, mais devant le tableau charmant de la générale, plongée dans un liquide jaune pâle tout crépitant de bulles d’or, il hoche la tête, riant, et dit : « Eh ! Madame, je le savais gourmand, mais je ne le croyais ivrogne ! “.

Au XIXe siècle et à la Belle Epoque, ce sont des danseuses et des actrices qui auraient pratiqué le bain de champagne. Quant à Sarah Bernhardt, l’auteur dramatique, Emile Moreau affirmait que les Champenois lui avaient offert ce qu’il appelait une trempette au champagne. Plus tard, Marilyn Monroe, aux dires de la presse, aurait eu le caprice de faire remplir sa baignoire de champagne de marque, et 350 bouteilles auraient été sacrifiées pour satisfaire une lubie matinale.

A cela on peut ajouter comme anecdote, le bad buzz ( mais l’excellent placement de produit) de Beyoncé en 2015 versant du Ace of Spade (Armand de Brignac) dans son jacuzzi qui n’est autre que la marque de champagne rachetée par son célèbre époux, Jay Z.

Compte twitter Beyoncé

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.