Gilles de la Bassetière

Nous voilà donc dans le monde du vin, de la religion et de l’ampélographie avec une légère touche de mysticime. Merci à Gilles de la Bassetière, président du champagne de Venoge, qui, grâce à l’élaboration d’un coteau champenois blanc (et d’un rouge également) me permet de satisfaire mon insatiable curiosité. Et avec le nom de la cuvée “Shaar Adonay”,  me voilà servie !  “Le vin s’appelle « Porte de Dieu », traduction de l’hébreu : Cha’ar – porte, Adona’ï – Dieu.  La ville sainte de Jérusalem était entourée par les Portes de Dieu ou des vignes étaient cultivées.  Thibaut IV, parti en croisade en 1239 , aurait ramené en France avec ses croisés des vignes cultivées dans la région, connues en hébreu sous le nom de sha’har adonai. vite francisé en chardonnay ” explique Gilles de la Bassetière . Une belle légende ! Car s’ il est possible que des croisés aient ramené des boutures de vigne à la maison au Moyen Âge, ces boutures provenaient-elles réellement du chardonnay ?

Bref, c’est une jolie histoire qui accompagne un très joli vin qui m’a ensorcelé. Car l’émanation de cette légende est surtout un assemblage de chardonnays (80%) et de pinots blancs (20%) issus  des vignes de la commune (elle-même mythique) Les Riceys (Aube) lors de la belle vendange de 2018. Vendanges en vert, à peine 5 000 kg/h récoltés à maturité, vinifiés en cuves inox, cet assemblage de blancs permet d’apporter à ce coteau une fraîcheur délicate, un parfum subtil et envoutant mêlant fleurs, agrumes, touche de fleurs d’oranger. C’est racé et élégant. Il s’agit du premier coteau blanc de la maison depuis 1950. Édition limitée à 1 000 flacons, ces cuvées sont à destination des restaurants gastronomiques ou/et d’amateurs “éclairés” d’une lumière divine oserait-on dire…

Prix indicatif 50 €

Soutenez La Champagne de Sophie Claeys ! 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.