Accueil DEGUSTATIONS Un traitement par le froid contre la perte de goût et l’odorat

Un traitement par le froid contre la perte de goût et l’odorat

C’est une bonne nouvelle qu’apportent les résultats d’une étude pilote récemment publiés dans la revue médicale « The Journal of integrative and Complementary Medecine » (article ci-dessous) la Cryothérapie Corps Entier s’imposerait comme un traitement efficace et innovant pour lutter contre l’anosmie – terme scientifique de la perte d’odorat – induite par le Covid-19. Le cauchemar des oenologues, chefs de caves ou simplement amoureux des vins. La cryothérapie corps entier est un procédé qui consiste à exposer le corps entier dans une chambre hermétique à de très basses températures (froid sec) durant trois à quatre minutes.

Menée en partenariat avec le Centre Hospitalier Universitaire et l’Université de Reims, l’étude met en avant les effets bénéfiques de la CCE pour lutter contre ce dysfonctionnement olfactif rencontré par près de 70% de la population à la suite d’une contamination de corona-virus. Symptôme fréquent et souvent persistant suite à une infection au Covid-19, l’anosmie (partiel ou total) touche une grande proportion de malades à travers le monde durant des périodes plus ou moins longues. Et comme le rappelle Bastien Bouchet, co-fondateur de Cryotera® et chargé de développement pour la Société Française de Cryothérapie Corps Entier (SFCCE), « il n’existe aujourd’hui aucune thérapie permettant de lutter efficacement contre cet effet secondaire de la Covid-19. La CCE apparaît donc comme l’une des seules solutions scientifiquement viables pour lutter contre ce phénomène qui handicape des centaines de milliers de personnes dans le monde ».

L’efficacité du froid sur de nombreuses pathologies

Guillaume Polidori, directeur du Pôle de recherche Cryotera®, enseignant-chercheur à l’Université de Reims, revient sur le lancement de l’étude : « Depuis plus d’une décennie, l’usage de la cryothérapie corps entier pour traiter des syndromes inflammatoires est mentionné dans de nombreux écrits scientifiques. L’exposition de l’ensemble du corps par cryothérapie permet de stimuler l’organisme et de générer des réflexes de protection luttant efficacement contre les syndromes inflammatoires et certaines douleurs chroniques. C’est ainsi qu’a germée l’idée d’expérimenter la CCE sur l’anosmie. Les résultats obtenus sont satisfaisants et démontrent un impact significatif de la Cryothérapie Corps Entier sur la perte de l’odorat post Covid-19 ». Composé d’expertises pluridisciplinaires , le Pôle de recherche Cryotera® s’applique, depuis près de 5 ans, à prouver scientifiquement l’efficacité du froid sur de nombreuses pathologies. « Cette dynamique de R&D est essentielle pour nous. Cela nous permet de déployer un accompagnement thérapeutique auprès de nos clients en lien avec leurs besoins. Pour ce faire il a été nécessaire de créer un pôle de compétences regroupant des ingénieurs de recherche, des professeurs d’université, des maitres de conférences, des thermiciens, un doctorant ainsi que des acteurs de la santé » explique Bastien Bouchet, co-auteur de l’étude dans un communiqué.

Depuis sa création en 2016 à Bezannes (51), Cryotera® a ainsi publié plusieurs études scientifiques sur des thématiques santé dont l’une sur la fibromyalgie en lien avec le centre anti-douleur de Reims, mettant en évidence l’impact de la CCE sur les douleurs, le bien-être, le sommeil et l’amélioration de la qualité de vie. Depuis 18 mois, le démarrage d’un travail de recherche mené par un doctorant constitue une nouvelle étape dans l’activité de Cryotera®, puisque l’objectif de cette thèse est d’identifier les moyens d’adapter de façon encore plus personnalisée la prise en charge des clients. « Le refroidissement cutané représente la clé de tous les effets de la cryothérapie corps entier sur l’homme. Nous souhaitons être en capacité de « prédire ce refroidissement » cutané via un algorithme innovant. Cela nous permettrait de personnaliser les séances de chaque client en fonction de leurs caractéristiques propres et de leurs pathologies » indique Bastien Bouchet, . A l’issue de ce travail, un « cryogiciel » devrait voir le jour qui proposera des séances personnalisées avec des temps d’exposition et des protocoles adaptés aux données personnelles de chaque client (morphotypes, IMC, pathologies etc.).

The Journal of intergrative and complementary Medicine.2021.0254


Soutenez La Champagne de Sophie Claeys ! 

Article précedentAppel à projet : « Plantons des haies » pour mieux favoriser la biodiversité dans le vignoble
Article suivantPiper-Heidsieck lance une édition limitée pour le nouvel an Chinois (Année du tigre)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.