Première vendange de Laurent Fresnet au sein de la maison Mumm !  Une vendange que le nouveau chef de caves (lire ici) ne pourra jamais oublier, marquée par cette année 2020 si étrange. En quittant le champagne Henriot où grâce à ses talents multiples, il a fait office durant quatorze ans de couteau suisse, passant alternativement de la communication avec les médias à l’oenologie aux relations “approvisionnements”, le voilà désormais à la tête des vins de G.H. Mumm, oserait-on dire, “The right man at the right place ” (comme dirait Jean Todt, référence pour les amateurs d’automobiles !).

“Là, je suis dans mon coeur de métier”

C’est à Bouzy, dans ces terres de pinots noirs Grand cru”, que le chef de caves du champagne G.H. Mumm m’a donné rendez-vous. ” Le pinot noir, c’est la marque de fabrique de la maison Mumm”  précise-t-il. Et dans le flux de caisses, des charges et des pressoirs, Laurent Fresnet se sent comme un poisson dans l’eau : “Là, je suis dans mon coeur de métier. Ici je retrouve un esprit familial que j’aime, mais également une belle ambition, Christophe Danneaux (directeur de l’activité champagne Mumm et Perrier-Jouët) qui m’a motivé pour venir chez Mumm et élaborer des vins, c’est un vrai challenge pour moi “.  Presque une profession de foi ! Et c’est bien son expérience qui lui fait constater (comme  d’autres en Champagne) que “cette vendange est complètement atypique. Elle est hétérogène même sur un même secteur. Les jets de chaleurs qui ont eu lieu durant le mois d’août ont perturbé la végétation. Comme nous souhaitons travailler sur la fraîcheur des vins, nous avons fait des déclarations de vendanges dans tous les secteurs. Nos premiers coups de sécateur a eu lieu à Bouzy le 19 août sur du meunier, puis le 20 août à Cramant dans une parcelle de vieilles vignes, le Buron du Midi.” Puis la récolte s’est arrêtée pour surveiller au plus près et attendre la bonne maturité : ” C’est évident que nous faisons du sur-mesure. Donc il faut être présent dans les vignes pour ne pas passer à côté du bon moment pour cueillir. Nous travaillons main dans la main avec le service Vignoble et nous sommes tous pour le pont ! ” À raison semble-t-il, “Pour l’instant tout ce que l’on rentre présente un bel équilibre et une belle fraîcheur”. 

Laurent Fresnet et Stéphane Varet (directeur vignoble et approvisionnement)

A propos du Covid 19

Covid 19 oblige, les mesures sanitaires établies par la maison (lire ici) sont suivies par tous, Stéphane Varet, directeur du vignoble et de l’approvisionnement le confirme : “Il faut reconnaître que les gens font très  attention. Ils portent leur masque et gèrent la distanciation physique et nous sommes à l’écoute “.  Ce qui, on le sait, n’est pas simple puisque la maison reçoit des centaines de vendangeurs pour son vignoble-maison (250 ha)  qu’elle loge, puis nourrit matin, midi et soir. ” Ce sont en majorité des barquettes-repas ” souligne Stéphane Varet. Si la sécurité et la qualité de l’accueil sont bien là, le coût (sûrement plusieurs centimes à déduire sur le prix du kilo de raisin !) et l’environnement risquent d’en pâtir. “Même si 85% de nos déchets sont recyclables, les masques, eux, ne le sont pas “. Quant aux petites bouteilles d’eau en plastique pour étancher sa soif dans les vignes, Stéphane Varet a donné son mot d’ordre : “on vérifie qu’elles ne soient pas les laisser par terre...”.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.