Photo IWA5

En Champagne, on le surnomme « le professeur » un surnom qui semble parfaitement adapté à Richard Geoffroy… Une impression, pour qui le connaît un tant soit peu, d’un homme contemplateur, passionné et… visionnaire. Un homme qui semble touché par la grâce des étoiles tout en affichant un pragmatisme presque paysan lié à sa terre d’origine de Vertus. Pour sa troisième vie (il a fait médecine !), après plus de vingt ans image iconique de Dom Pérignon, il s’est donc lancé dans une passion, celle du saké (lire ici).

Marché asiatique pour l’instant

Cette passion se concrétise par la création d’un grand saké japonais et par son lancement au printemps dernier. Un défi en ces temps si compliqués. De fait, il faut un certain culot, voire faire un sacré pied de nez à l’époque actuelle, pour créer et commercialiser une nouveau produit à haute valeur ajoutée. Et alors que l’Asie semble se sortir de la pandémie, IWA 5 crée par Richard Geoffroy a été lancé en mai au Japon, en juin Hong-Kong et connaît un beau succès. Déjà présent sur les cartes des grands établissements de gastronomie, Ducasse, Pic, des fameux Fifty Best , « Nous travaillons pour l’instant uniquement sur le continent asiatique où nous avons reçu un très bel accueil. Les consommateurs nous écrivent de nombreux éloges sur les réseaux sociaux “explique le désormais maître-brasseur champenois. Sans oublier que ces portes d’entrée permettent une introduction possible sur le marché chinois ensuite bien sûr, l’Europe sera concernée, puis les USA. Mais l’instant, comme il le souligne : ‘je vis la réalisation du projet le plus important de ma vie à distance ! Je suis à 11 000 km du Japon et je passe mes journées à travailler en visioconférence ou au téléphone. Fort heureusement, je suis très bien accompagné par une formidable équipe là-bas’.

Harmonie et symétrie

Le IWA 5 se veut être un processus expérimental évoluant doucement au fil des années, tout est là à la bonne place. La classe de riz, par exemple, comprend trois variétés : Yamada Nishiki, Omachi, Gohyakumangoku, la classe des levures, cinq souches sont rassemblées ou encore les différents régimes de fermentation.  Le flacon et la verrerie ont été conçus par Marc Newson. Le logo et l’identité visuelle ont été créés par Hideki Nakajima en collaboration avec la calligraphe Mariko Kinoshita. ” C’est vraiment un nouveau chapitre de ma vie, une troisième vie ! Mais j’y retrouve des liaisons avec le champagne, ces sens de la symétrie et de l’harmonie »

IWA a un point d’origine bien défini : le site de Shiraiwa, situé dans la ville de Tateyama (préfecture de Toyama). D’où le nom de l’entreprise, Shiraiwa, et le nom de la marque, IWA. Là, dans une rizière de dix hectares, le Shiraiwa kura (entrepôt japonais) ouvrira ses portes en janvier 2021. Il s’installera sur une ligne entre les contreforts des montagnes et les terres arables, avec un accès à de l’eau locale pure directement depuis le toit du Japon, au milieu des neiges. Il n’est pas rare d’y rencontrer des groupes de singes à face rouge traversant les rizières.

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.